X

À La Une

"Nous sommes tous lésés " : des dizaines de manifestants mobilisés samedi à Beyrouth

Liban

"Toutes les parties au pouvoir sont responsables de la crise économique et environnementale, de la corruption et du chômage", accuse une activiste. 

OLJ
13/01/2019

Des dizaines de manifestants issus de collectifs de la société civile se sont rassemblés samedi peu après 13h30 devant le siège du ministère du Travail, avant de se rendre au siège du ministère de la Santé, afin de dénoncer la crise de l'emploi et la situation du secteur de la Santé dans le pays.

Ce rassemblement est organisé par le collectif "Vous Puez" qui s'est fait connaître durant les années précédentes lors des manifestations contre la crise des déchets qui avait frappé le Liban en 2015. L'appel au rassemblement de samedi, avec pour slogan "Nous sommes tous lésés, nous sommes tous responsables", a été lancé il y a plusieurs jours sur les réseaux sociaux.

Une activiste, Nada Nassif, s'est exprimée au nom des manifestants accusant "toutes les parties au pouvoir d'être responsables de la crise économique et environnementale, de la corruption et du chômage", rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).  "Tous les Libanais payent le prix de la corruption", a-t-elle accusé.

Elle a critiqué l'incapacité des forces politiques à former un nouveau gouvernement "au moment où les crises s'accumulent".  

La formation du gouvernement, attendue depuis plus de sept mois et qui semblait imminente à la veille des fêtes de fin d'année, semble reportée sine die. Le processus continue de buter sur le fameux obstacle sunnite, né de l’insistance des six députés sunnites hostiles au Courant du Futur – et bénéficiant d’un appui indéfectible du Hezbollah – de prendre part au cabinet.

Avant les fêtes, les six députés sunnites pro-8 Mars avaient annoncé qu'ils retiraient le nom de Jawad Adra de leur liste de ministrables à présenter au président de la République. Selon des informations concordantes, cette décision était motivée par la volonté du chef du CPL, Gebran Bassil, d'attirer M. Adra dans son giron et de former avec les ministres nommés par son parti et le chef de l’État un groupe de 11 ministres pour constituer un tiers de blocage au sein du gouvernement. Dans ce contexte, le Hezbollah fait porter la responsabilité du blocage de la formation du cabinet au Premier ministre désigné Saad Hariri. Ce dernier accuse pour sa part le parti chiite d'entraver la formation d'une nouvelle équipe ministérielle.


L'activiste a appelé le peuple libanais à se mobiliser pour trois causes en particulier : "Un système de santé qui assure une couverture au citoyen et une carte de santé, l'application de l'article 46 du Code du travail relatif à la correction annuelle des salaires parallèlement à l'inflation, l'interdiction de recruter des employés touchant un salaire inférieur au salaire minimum et sans sécurité sociale". 

Une autre manifestation est prévue dimanche à Beyrouth, à l'appel du Parti communiste libanais. Plusieurs manifestations d'ampleurs variées ont récemment eu lieu, principalement dans la capitale. Le Liban occupe le 143e rang sur 180 pays du monde au classement 2017 de l’indice de perception de la corruption de l’ONG Transparency International.

Les rémunérations des fonctionnaires constituent l'un des plus importants postes de dépenses budgétaires avec le service de la dette et les subventions versées à Électricité du Liban (EDL). Le Parlement libanais a approuvé en juillet 2017 un relèvement de la grille des salaires de la fonction publique, une hausse financée par l’adoption quelques mois plus tard d’une série de mesures fiscales.

Le président de l'Inspection centrale, Georges Attié, avait récemment annoncé des "mesures exceptionnelles" pour l'année 2019 dans le cadre de la lutte contre la corruption, indiquant que les visites surprises des inspecteurs au sein des administrations publiques allaient se poursuivre.


Pour mémoire 

Grève générale des transporteurs terrestres aujourd’hui au Liban

Au Liban, un ras-le-bol unanime, mais une grève non générale

Blocage du gouvernement : le RDCL et Sabaa appellent à la grève générale

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON GROGNE, ON SE PLAINT, ON S,EXHIBE PUIS ON SUIT ET ON SE TAIT !
C,EST CA LE LIBAN !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué