Rechercher
Rechercher

Lifestyle - This is America

Saviez-vous que le père Noël a deux résidences ?

Un tour du monde informatisé va permettre aux enfants de voir leur héros s’approcher de chez eux.


La maison du père Noël dans l’Alaska. Photo santaclaushouse.smugmug.com

Le père Noël est lui aussi un émigré, puisqu’il descendrait, selon la légende, de saint Nicolas, évêque d’une ville antique de la Turquie, connu pour sa générosité. On le retrouve, aujourd’hui, domicilié dans deux contrées aussi froides : l’Alaska, aux USA, et Rovaniemi, en Laponie, au nord de la Finlande. Ces lieux, les plus fréquentés en cette période de l’année, lui ont ouvert les bras, d’abord pour l’esprit de la Nativité, puis pour faire prospérer ces coins perdus de la planète.

Ainsi, dans les années 50, un couple américain, Con et Nellie Miller, pressentant des potentialités dans l’État de l’Alaska pas encore développé, et après avoir amorcé un commerce ambulant de fourrures, décident de s’installer non loin de la ville de Fairbanks où ils aménagent un bureau de poste. Un jour de décembre, alors que Con finissait son travail, vêtu des habits du père Noël, un petit garçon l’interpelle ainsi : « Hello Santa, tu bâtis ta maison ? » L’idée a été saisie au vol et les Miller mettent ainsi sur pied, en plein pôle Nord, ce qui existe toujours sous le nom de « Santa Claus House ». Le visiteur est accueilli à l’entrée par la plus grande statue du père Noël (15 mètres de haut), existant dans le monde, et un groupe de rennes se pavanant à l’extérieur. L’ensemble attire chaque année plus de 100 000 visiteurs, mais il est en contact avec le monde entier à travers un système intitulé « La lettre du père Noël ». À la demande des parents, les enfants ont la joie de recevoir une lettre personnalisée et joliment illustrée portant la signature du bonhomme rouge. Coût de l’envoi en provenance de l’Alaska : 9,95 dollars. Les responsables ont récemment précisé qu’ils refusent de se mettre à l’heure de Twitter, soulignant qu’ils ne veulent que « rien n’interrompe, autant que faire se peut, la magie que Noël exerce sur les enfants ».


Eleanor Roosevelt en Laponie

À l’autre bout du grand froid, en Laponie, le père Noël est aussi chez lui, cette fois-ci dans un village portant son nom. Tout a commencé en 1927 quand l’animateur d’une station de radio avait annoncé qu’il connaissait le lieu secret où vivait le personnage mythique : un endroit montagneux en forme d’oreille de lapin dont se servait le père Noël pour épier les enfants afin de savoir s’ils avaient été gentils ou pas. Cette révélation, sortie de son imagination, avait fait tilt, et s’était vite répandue. Elle est même devenue réalité, par accident et grâce à Eleanor Roosevelt, l’épouse du président américain Franklin Roosevelt. Lors d’une tournée qu’elle effectuait, en 1950, dans le cadre de la reconstruction de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale, elle se rend dans la petite ville finlandaise de Rovaniemi, complètement détruite par les Allemands. Là, elle demande à visiter la maison du père Noël dans l’Arctique, inexistante encore. Les responsables de la ville se dépêchent alors de construire en toute hâte une cabane aux couleurs du père Noël. Une idée qu’ils saisissent et développent par la suite. Aujourd’hui, ce « Santa Claus Village » accueille chaque année plus de 500 000 visiteurs.

Et en ce siècle informatisé, les enfants sont encore plus gâtés. En plus de l’image du père Noël volant dans les cieux à bord de son traîneau tiré par des rennes, ils peuvent suivre son parcours, afin de savoir s’il se rapproche de chez eux. L’affaire est sérieuse. Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (Norad) a établi un partenariat avec Google dans un but précis, ainsi expliqué : « Tracer le parcours du père Noël, afin que les petits garçons et les petites filles qui l’attendent puissent suivre en ligne les étapes de son voyage, n’est pas uniquement l’opportunité, pour ceux qui y croient, de le voir se rapprocher de chez eux, mais aussi une chance pour les parents d’apprendre aux enfants un petit quelque chose sur l’univers. » Naïf de croire au père Noël ? Plus tellement…


Dans la même rubrique

L’heure est aux Christmas Cookies !

Thanksgiving an I, un brunch convivial « Blancs » et « Peaux-Rouges »

Le père Noël est lui aussi un émigré, puisqu’il descendrait, selon la légende, de saint Nicolas, évêque d’une ville antique de la Turquie, connu pour sa générosité. On le retrouve, aujourd’hui, domicilié dans deux contrées aussi froides : l’Alaska, aux USA, et Rovaniemi, en Laponie, au nord de la Finlande. Ces lieux, les plus fréquentés en cette période de l’année,...
commentaires (2)

A offrir des jouets par millions il doit pouvoir s'offrir beaucoup de résidences à travers notre planète...

Wlek Sanferlou

13 h 54, le 21 décembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • A offrir des jouets par millions il doit pouvoir s'offrir beaucoup de résidences à travers notre planète...

    Wlek Sanferlou

    13 h 54, le 21 décembre 2018

  • Un immigré dont les pays d'accueil profitent largement! Mais lui est arrivé en traîneau pas en boat people, ça a un autre cachet quand même.

    Tina Chamoun

    12 h 45, le 21 décembre 2018

Retour en haut