X

Économie

Les pays du Golfe doivent s’habituer à un pétrole à bas prix, estiment les experts

Hydrocarbures
OLJ/AFP
13/12/2018

Les pays arabes du Golfe, qui dépendent fortement du pétrole, doivent s’attendre à des prix bas à long terme et à une croissance économique modérée, ont estimé des experts réunis hier lors du Forum des stratégies arabes à Dubaï. La perspective d’une « guerre économique » entre les États-Unis et la Chine, et un ralentissement économique mondial à partir de l’année prochaine vont freiner la demande sur le pétrole et maintenir les prix à un bas niveau, selon ces experts. « Les prix du pétrole resteront bas pendant longtemps », a déclaré l’ancien ministre libanais de l’Économie, Nasser Saïdi. Un ralentissement de l’économie mondiale réduira la demande sur le brut, tandis que la concurrence croissante des sources d’énergie renouvelables et du pétrole de schiste entraînera une baisse des prix du baril, a-t-il souligné.

« Cela aura un impact négatif sur la croissance dans l’ensemble de la région (...) qui sera confrontée à une crise financière et économique », a déclaré M. Saïdi.

L’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, Oman, le Qatar et le Koweït, membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), pompent environ 18 millions de barils par jour et tirent plus de 80 % de leurs revenus du pétrole et du gaz naturel. Ces pays ont perdu des centaines de milliards de dollars depuis l’effondrement des prix du brut à la mi-2014. Les prix ont toutefois rebondi depuis un an et demi après la décision de producteurs membres et non membres de l’OPEP de réduire leur production.

Mais les prix ont de nouveau plongé lorsque ces pays ont recommencé à produire presque à pleine capacité. Depuis le début d’octobre, le prix du baril a chuté de 25 % par rapport à 85 dollars, son plus haut niveau enregistré au cours de ces quatre dernières années. Pour Mahmoud Mohieddine, vice-président de la Banque mondiale, la croissance économique des pays du CCG va dépendre des prix du pétrole. « Nous sommes dans une période d’incertitude (...) La croissance dans les pays du Golfe devrait atteindre 3 % l’an prochain (...) mais elle pourrait être révisée » à la baisse, à la suite de la chute des prix du pétrole, a-t-il déclaré. Le taux de chômage est de 30 % auprès des jeunes vivant dans des pays arabes, et plus haut encore auprès des femmes, a-t-il ajouté, mettant en cause la croissance qui ne génère pas suffisamment d’emplois.

Observant la dégringolade des prix du pétrole ces deux derniers mois, les producteurs membres et non membres de l’OPEP ont décidé en décembre de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour à partir de janvier pour soutenir les prix. Capital Economics, un groupe de réflexion basé à Londres, a révisé à la baisse la croissance économique du CCG en raison de la chute des prix du pétrole et des réductions de production. « Nous pensons que l’accord de l’OPEP aura un impact négatif global sur la croissance du PIB dans le Golfe au cours des prochains trimestres », a estimé Capital Economics la semaine dernière après l’annonce des nouvelles réductions.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET A RAISON. ILS SONT NES SUR LES NAPPES. DU FRIC POUR RIEN !

ACQUIS À QUI

Quelle punition ! Il va falloir qu'ils s'habituent à bosser et retrousser les manches, franchement ils ne savent pas faire du tout . Quelle torture ! Hahaha...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué