X

À La Une

L'Orient-Le Jour speaks (aussi) English

édito
10/12/2018

A presque 100 ans, n’est-il pas temps, pour L’Orient-Le Jour, de lancer une petite révolution ?

Depuis 95 ans, L’Orient, Le Jour, puis L’Orient-Le Jour vous informent en français. Depuis 95 ans, nous portons, comme un flambeau, la francophonie. Et nous comptons bien continuer de le faire pour 95 ans et bien plus encore.

Mais notre attachement à la francophonie, à tout ce qu’elle charrie de culture, de valeurs et d’Histoire, ne peut et ne doit pas nous empêcher de nous engager dans de nouvelles expériences linguistiques.

Ces dernières années, nous avons fait quelques incursions du côté de l’anglais, sur des projets bien précis : à l’occasion de l’« Impact Journalism Day », et pour notre série « Lebanons of the USA ». Des expériences menées sur notre site et dont les résultats ont été positifs. Il s’est en effet avéré que nous avions un vrai lectorat pour ces articles en anglais.

Aujourd’hui, nous passons au cran supérieur avec le lancement d’une rubrique spéciale en anglais. Dans cette rubrique, seront disponibles les traductions en anglais d’une sélection de nos articles. Des reportages, au Liban ou dans la région, des analyses, des portraits, des rencontres, des décryptages... Traduire ces articles nous permet d’aller plus loin dans la mission que nous nous sommes donnée depuis des décennies : vous fournir les clés pour comprendre cette région compliquée, vous offrir de la matière pour construire une réflexion propre et un avis éclairé sur les grandes problématiques qui agitent le Liban, le Moyen-Orient et au-delà.

Il nous semblait intéressant, aujourd’hui, de traduire ces articles en anglais pour deux raisons principales.

L’Orient-Le Jour a toujours été un journal engagé pour la défense de certaines valeurs. Pour le respect des droits de l’Homme, l’égalité, la protection de l’environnement, la liberté d’expression, la promotion du vivre-ensemble, le dialogue des cultures et des peuples. Aujourd’hui, ces valeurs sont, plus que jamais, menacées. Les défendre, plus que jamais indispensable. Avec l’anglais, il nous semble possible de porter la défense de ces valeurs plus loin encore. Plus loin, en tout cas, que notre cercle de lecteurs déjà convaincus. De les porter, surtout, au cœur d’un Moyen-Orient qui en a terriblement besoin, et dont la jeunesse (pilier de l’avenir) est souvent plus anglophone que francophone.

L’anglais est, aussi et surtout, un autre canal pour recréer du lien avec ceux qui, parmi vous, font partie de la diaspora libanaise et ont plus d’affinité avec la langue de Shakespeare qu’avec celle de Molière.

Aujourd’hui, nous sommes convaincus que le français n’est jamais aussi vulnérable que quand il se bunkérise. C’est en s’ouvrant aux autres langues, notamment à l’anglais, qu’il devient plus fort. Voilà pourquoi nous nous lançons dans cette aventure anglophone. Il s’agit là d’une expérience, votre retour, vos commentaires, sont indispensables et nos oreilles grandes ouvertes.

Veuillez croire, enfin, que cette expérience ne change en rien notre attachement, notre engagement, notre penchant pour ce français que nous avons et continuerons d’avoir en partage.


Notre rubrique spéciale "in English" est accessible ici



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bercin Thierry

Bercin Thierry
thierry@bercin.com


Bonjour,

Ravi de cette initiative de traduire des articles en anglais, mais pourquoi pas en arabe, la langue officielle et nationale du pays ?

Toutes mes félicitations pour vos articles, éditoriaux et d'une manière générale les analyses pertinentes de vos journalistes qui mériteraient une traduction en arabe pour une diffusion plus large dans la population.


Amitiés,


Rebiard Fabienne

Un rappel le journal Magazine avant paraissait en français chaque semaine depuis un an cet hebdomadaire est devenu mensuel et j'ai l'impression que ce mois ci il n'est pas paru. Si l'orient le jour se met à l'anglais ce n'est pas pour protéger la langue française mais pour avoir plus de lecteurs, plus d'abonnés et donc plus de fric. Avec cela fera un lecteur en moins dans ce cas

Bery tus

nous sommes donc d'accords sur le principe d'instituer une nouvelle langues .. mais en espérant que le marketing sera moins agressif que celui pour la langue française

je suis sure que vous m'avez compris

Chaccal Marie Hélène

Je ne vois pas en quoi la francophonie est menacee .
Les temps sont durs et si l’arrivee d’un nombre supplementaire de lecteurs permet a notre OLJ de survivre ,tant mieux!

Remy Martin

A ceux qui s'en offusquent je rappelle que la Francophonie, bien au delà d'une langue, est surtout une culture, une façon de voir et de penser les choses, une façon d'être. Son rayonnement ne devrait donc pas être affecté par des barrières linguistiques.

Mireille Kang

As an expatriate, I have started subscribing to OLJ digital edition because I want to support independent journalism in Lebanon, while at the same time getting an unbiased coverage of the political, economic and cultural news in the country. Expanding to an English edition is a brilliant move which I wholeheartedly support as well given that many expatriates cannot understand or speak French. I would like to see OLJ expand into the audiovisual field e.g. launch a robust youtube channel, and a daily or weekly podcast. Lebanon, more than ever needs independent journalism to thrive and prosper. Without it, democracy dies. Moreover, articles by Lebanese journalists should be archived and preserved in a national library in order to help write the contemporary history of our beloved country.

Le Faucon Pèlerin

Depuis 1924 période du général Maxime Weygand (1923-1925) en passant par la période de l'excellent Ambassadeur Armand du Chayla (1946-1952) jusqu'à la période de l'Ambassadeur Emmanuel Bonne (2015-2017), notre journal L'Orient était 100% francophone.
Depuis la période de l'Ambassadeur Bruno Foucher en 2017, L'Orient cherche à se maintenir pour garder son titre du plus important des journaux francophones du Proche et du Moyen-Orient. Que s'est-il passé depuis ce matin ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE INITIATIVE QUE J,APPLAUDIS DE TOUT COEUR BIEN QUE JE CONTINUERAIS PERSONNELLEMENT A LIRE ET M,EXPRIMER EN FRANCAIS TOUT EN FAISANT DES INCURSIONS DE CURIOSITE DANS VOTRE RUBRIQUE ANGLAISE !

Sarkis Serge Tateossian

Pour comprendre cette émotion...
imaginons les grandes rédactions anglophones d’Angleterre ou d'Amérique se mettre à publier en français ... chose qu'ils ne peuvent même pas imaginer ...

Talaat Dominique

ohhhhhhhhhhhhhhhhhhh
je suis déçu, comme on disait avant : "tout fout le camps !"
déjà, que je trouvais que la francophonie au Liban diminuait beaucoup

Le Faucon Pèlerin

La disparition partielle de "L'Orient" fondé en 1924, au profit de l'anglais, équivaut à la disparition partielle d'une université francophone. "L'Orient" était un monument de la francophonie de la rue Trablos.
En ma qualité de Franco-Libanais, j'appelle à la démission immédiate de la Secrétaire d'Etat de la francophonie pour son incompétence dans sa mission de développer la langue française à travers le monde spécialement au Liban, dernier bastion francophone dans l'Orient compliqué.

AIGLEPERçANT

Les articles de Scarlett aussi seraient traduits ?

Si c'est le cas vous aurez fait un grand bond en avant , la langue n'est qu'un vecteur pour exprimer une idée , une opinion mais en aucun cas ne saurait être une véhicule d'acculturation .

Stephane W.

Excellente initiative

Sarkis Serge Tateossian

Cela m'émeut un peu .. à vrai dire, car avec cette nouvelle version du L'orient le jour c'est un peu la francophonie qui va surement perdre de sa luisance ... mais en même temps je conçois le réalisme de la direction et c'est peut-être mieux ainsi ...

Couvrir un plus grand public est l'objectif premier d'un journal n'est-ce pas ? !

Bonne chance à toute l'équipe.

Remy Martin

Excellente initiative. Allez-y plein gaz !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants