Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Syrie: Poutine appelle Erdogan à des "mesures plus énergiques" pour la trêve à Idleb


Le président russe Vladimir Poutin et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan en marge du G20 à Buenos Aires, le 1er décembre 2018. AFP / SPUTNIK / Mikhail KLIMENTYEV

Le président russe Vladimir Poutine a appelé samedi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à prendre des "mesures plus énergiques" afin de cimenter la trêve dans la province syrienne d'Idleb, a indiqué le Kremlin. M. Poutine s'est entretenu avec M. Erdogan samedi en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, cette rencontre étant venue remplacer celle qui devait avoir lieu entre le président russe et Donald Trump, annulée par le locataire de la Maison Blanche.

Lors de l'entretien avec Recep Tayyip Erdogan, Vladimir "Poutine a naturellement parlé de la nécessité de prendre des mesures plus énergiques visant à mettre en oeuvre l'accord russo-turc sur Idleb", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse publique RIA Novosti. Ces mesures sont nécessaires "pour empêcher des cas comme celui des tirs récents contre Alep (dans la province voisine, ndlr), y compris avec des obus toxiques", a-t-il expliqué.

La mise en place d'une "zone démilitarisée" à Idleb, ultime grand bastion insurgé et jihadiste en Syrie, avait fait l'objet d'un accord conclu le 17 septembre entre Moscou, allié du régime de Bachar el-Assad, et Ankara, soutien traditionnel des rebelles, pour éviter une offensive de grande ampleur du régime contre la région.

L'accord devait entrer en vigueur mi-octobre mais sa mise en oeuvre a buté sur le refus des jihadistes de déserter cette zone tampon. La région est depuis plusieurs semaines le théâtre de bombardements et d'affrontements sporadiques entre forces du régime et jihadistes.

Dominés par le groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), émanation de l'ex branche syrienne d'el-Qaëda, les jihadistes contrôlent environ 70% de cette future "zone démilitarisée", selon l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'homme).

Dimanche, la Russie a mené dans la région d'Idleb des frappes aériennes --les premières en plus de deux mois-- contre des positions "terroristes" en représailles à une attaque chimique présumée menée selon Damas à Alep, dans la province voisine.

Les médias syriens ont accusé des "groupes terroristes" --une terminologie habituelle du régime qui ne fait pas de distinction entre jihadistes et rebelles-- d'avoir mené samedi soir une attaque au "gaz toxique" dans trois quartiers d'Alep.


Le président russe Vladimir Poutine a appelé samedi son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à prendre des "mesures plus énergiques" afin de cimenter la trêve dans la province syrienne d'Idleb, a indiqué le Kremlin. M. Poutine s'est entretenu avec M. Erdogan samedi en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, cette rencontre étant venue remplacer celle qui devait avoir lieu entre le...