Dernières Infos

Possible report des élections présidentielles en Afghanistan

AFP
26/11/2018

Les élections présidentielles en Afghanistan, prévues le 20 avril, pourraient être reportées de trois mois, a indiqué lundi l'organisateur du scrutin qui n'a toujours pas rendu public l'ensemble des résultats des législatives d'octobre.
L'élection pourrait ainsi être reportée au 13 juillet, ont annoncé conjointement la Commission électorale indépendante (IEC) et la Commission de vérification électorale (ECC).

Cette annonce de probable report intervient alors que les Etats-Unis intensifient leurs efforts pour parvenir à un accord de paix avec les talibans après 17 années de conflit. Certains craignent que cette élection présidentielle puisse retarder les pourparlers alors que l'envoyé spécial américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad a déclaré espérer un accord de paix entre gouvernement et talibans avant le scrutin.

"La situation économique, sécuritaire et climatique" avec l'approche de l'hiver "nous presse d'apporter quelques changements au calendrier des élections", a déclaré au cours d'une conférence de presse lundi à Kaboul le responsable de l'IEC, Abdul Badi Sayyad.
"Des réponses techniques et juridiques doivent encore être apportées (si les élections sont effectivement retardées)", a ajouté le porte-parole de l'ECC, Ali Reza Rohani.
Outre l'élection présidentielle, des scrutins pour la composition des assemblées provinciales ainsi qu'un niveau inférieur des districts doivent également être organisés en 2019. Des élections législatives doivent également se tenir dans la province de Ghazni (centre)."Nous devons vérifier si cette date du 13 juillet est adéquate et si nous organisons les quatre élections en même temps", selon M. Rohani.

Le président Ashraf Ghani, élu en 2014 au cours d'élections controversées, a annoncé ce mois-ci être candidat à sa réélection.
Le chef de l'exécutif, Abdullah Abdullah, battu lors des deux précédents scrutins présidentiels, l'ex-chef de la sécurité nationale, Mohammad Haneef Atmar, ainsi que l'ex-gouverneur de la province de Balkh (nord), Atta Mohammad Noor, sont de potentiels candidats.

Les élections législatives d'octobre, organisées avec trois ans de retard, devaient être une répétition générale de cette présidentielle. Mais le scrutin a été marqué par de nombreux dysfonctionnements et violences.

Des résultats ont été proclamés dans seulement 10 provinces et des recomptages sont en cours dans la plus peuplée d'entre elles, celle de la capitale Kaboul.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avant la visite de Bassil en Syrie, Sergueï Lavrov attendu à Beyrouth

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants