Rechercher
Rechercher

Dans la presse

Trump « perd son temps » sur son « plan de paix ultime », estime une ministre israélienne

Israël est plus près que jamais de contrôler Gaza, en partie ou totalement, affirme un ministre israélien.

Lors d'une conférence à Jérusalem, le 21 novembre 2018, la ministre israélienne Ayelet Shakeda déclaré ne pas croire qu'un accord de paix puisse être atteint entre Israéliens et Palestiniens. Archives AFP / Thomas COEX

Le plan de paix israélo-palestinien préparé par le président Donald Trump est « une perte de temps », a déclaré la ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked mercredi, rapporte le Jerusalem Post. La ministre, numéro deux du parti nationaliste religieux Foyer juif de Naftali Bennett, s’exprimait dans le cadre d'une « Conférence diplomatique » organisée par le Jerusalem Post à Jérusalem.

« Je veux la paix comme tout le monde, mais je ne crois pas qu’un accord puisse être atteint », a-t-elle déclaré, soulignant que les divergences entre Palestiniens et Israéliens sont trop importantes. Dès lors, a-t-elle ajouté, je dirais à Trump : ne perdez pas votre temps ».

L'administration Trump dit travailler à une nouvelle initiative pour résoudre le conflit israélo-palestinien, parfois qualifié de « plan de paix ultime » par les Américains, et réaliser l'aspiration du président américain à conclure ce que lui-même décrit comme l'accord diplomatique le plus difficile de tous. Des éléments très fragmentaires et non confirmés ont émergé ces dernières semaines sans qu'on sache s'ils figureraient au bout du compte dans ce plan, dont la teneur reste inconnue, les Palestiniens allant jusqu'à mettre en doute son existence. M. Trump, dont le gendre, Jared Kushner, est très engagé sur ce dossier, a indiqué fin septembre que le plan pourrait être présenté dans « deux, trois ou quatre mois ». Il a aussi, pour la première fois, exprimé, sans s'engager, une préférence pour la solution dite à deux Etats, c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien qui coexisterait en paix avec Israël.


(Lire aussi : Le plan de paix mystère de Washington discuté lors d’une tournée au Moyen-Orient)


La question de Gaza a également été abordée par plusieurs ministres israéliens lors de cette conférence.

Israël est « plus près que jamais » de contrôler Gaza en partie ou dans son intégralité, a ainsi déclaré le ministre israélien des Affaires stratégiques, Gilad Erdan, rapporte le Haaretz. « Passer d’une stratégie défensive à une stratégie offensive contre le Hamas signifie lancer des opérations d’assassinats ciblés contre les chefs terroristes de la branche armée du Hamas », a-t-il ajouté. « Ceci implique d’être prêt à prendre le contrôle de la bande de Gaza et de garder ce contrôle jusqu’au démantèlement de l’infrastructure terroriste. Aujourd’hui, nous sommes plus près que jamais d’avoir le contrôle partiel ou total de la Bande », a-t-il souligné.


« Les jours de Yahya Sinouar sont comptés »

Dans le cadre de la même conférence, le ministre du Logement et de la Construction, Yoav Gallant, un général de l’armée israélienne à la retraite, a assuré qu’en cas de nécessité, Israël est prêt à lancer une opération militaire massive contre Gaza. « Que les choses soient claires, les jours du (leader du Hamas à Gaza) Yahya Sinouar sont comptés. Il ne finira pas à sa vie dans une maison de retraite », a lancé M. Gallant.

Selon le responsable israélien, le Hamas est aujourd’hui à un moment clé : soit il décide de continuer à combattre Israël, soit il maintient le calme des dernières semaines. « Regardez ce qu’Israël a fait au cours de la dernière décennie : nous avons fermé l’accès à la mer ; nous avons lancé des manœuvres terrestres à Gaza et dans le Sinaï. Je pense que Dôme de fer (le système israélien de défense anti-roquettes, ndlr) fait un bon boulot contre les missiles (tirés de Gaza, ndlr). Nous sommes en train de détruire tous les tunnels menant à Gaza. S’ils veulent se battre, nous les vaincrons. S’ils veulent négocier via une tierce partie, nous les écouterons », a-t-il martelé, ajoutant que la guerre « est l’option du dernier recours » mais qu’Israël est prêt à la mener si nécessaire.

L’ancienne ministre Tzipi Livni a appelé, de son côté, à renforcer l’Autorité palestinienne et à travailler avec la communauté internationale pour affaiblir le Hamas « dans l’intérêt de la paix ».



Le plan de paix israélo-palestinien préparé par le président Donald Trump est « une perte de temps », a déclaré la ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked mercredi, rapporte le Jerusalem Post. La ministre, numéro deux du parti nationaliste religieux Foyer juif de Naftali Bennett, s’exprimait dans le cadre d'une « Conférence diplomatique » organisée par le Jerusalem...

commentaires (0)

Commentaires (0)