Rechercher
Rechercher

Liban

Pollution record à Jounieh  : les députés du Kesrouan s’alarment

Pour Greenpeace, il faut surtout développer des énergies renouvelables et des transports publics efficaces.

Jounieh occupe la cinquième place après Dubaï, Riyad, al-Ahmadi (Koweït) et Bagdad du classement des villes les plus polluées dans le monde arabe selon un rapport Greenpeace.

D’une belle ville côtière ayant vocation à attirer les touristes, Jounieh, au nord de Beyrouth, est devenue l’une des cités les plus polluées du monde, occupant la cinquième position dans le monde arabe (après Dubaï, Riyad, al-Ahmadi au Koweït et Bagdad) et la vingt-troisième place à l’échelle mondiale, selon un dernier rapport de Greenpeace, publié la semaine dernière. Le document est basé sur une analyse des données captées par Sentinel 5P, un satellite entré en activité du 1er juin au 30 août 2018, qui fournit des données détaillées sur les niveaux de dioxyde d’azote (NO2) dans l’atmosphère.

Julien Jreissati, chargé de campagnes dans le monde arabe pour Greenpeace Méditerranée, explique à L’Orient-Le Jour que « le NO2 résulte de la combustion d’énergie fossile comme le pétrole, le gaz naturel… ». À Jounieh, les sources principales de NO2 restent « la centrale de Zouk, les navires de production d’électricité, les générateurs des quartiers et le trafic routier », souligne-t-il. « Le rapport ne définit pas la part de chaque source dans cette pollution, poursuit-il. Par contre, il définit l’émission de NO2 en cours de semaine et le week-end. Aussi, en fin de semaine, celle-ci baisse de 27 %, parce que le trafic routier est moins important. »

Cette triste réalité a mobilisé les députés du Ftouh-Kesrouan : Farid el-Khazen, Chamel Roukoz, Neemat Frem, Roger Azar et Chawki Daccache. Ceux-ci ont tenu samedi une réunion au Regency Palace, à Adma, en présence du ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil. Ce dernier a constaté que la pollution de l’air à Jounieh et dans les environs « n’est pas nouvelle dans les villes côtières du Liban », soulignant que le problème est partiellement dû à la géographie de la région, les montagnes empêchant une bonne ventilation des villes, mais aussi aux générateurs des quartiers, au trafic routier et aux usines industrielles.


(Lire aussi : EDL réfute la mise en cause par Greenpeace de la centrale de Zouk)


Préserver la santé des citoyens
De leur côté, les parlementaires ont proposé une série de solutions, insistant notamment sur la nécessité d’entamer les travaux d’agrandissement de l’autoroute du Kesrouan le plus rapidement possible et d’assurer l’alimentation du Kesrouan-Ftouh en électricité 24 heures sur 24.

Pour Julien Jreissati, les solutions doivent être écologiques et durables. Se penchant sur le secteur de l’énergie, il souligne à L’OLJ la nécessité de « mettre en place une stratégie pour combler le déficit en électricité, et ce en ayant recours aux énergies renouvelables avec le développement des champs d’énergie solaire ». Selon lui, « cela permettra de bannir les générateurs qui sont excessivement polluants et d’autant plus dangereux qu’ils sont entre les habitations ». M. Jreissati affirme dans ce cadre que ce projet est écologique et économique « puisque le coût des énergies renouvelables a baissé de plus de 80 % au cours des dernières années ». « À Dubaï, les autorités ont réussi à décrocher une offre pour développer un projet d’énergie solaire à trois cents le kilowatt par heure, affirme-t-il. Au Maroc, d’ici à 2020, l’énergie proviendra à 42 % de l’énergie renouvelable. Une proportion qui atteindra les 52 % d’ici à 2030. Nous sommes bien loin de ces pays et même de l’Égypte où plusieurs champs d’énergie solaire et éolienne sont déjà en opération. »

En ce qui concerne le secteur des transports, M. Jreissati constate qu’au Liban, il existe une voiture pour trois personnes. Insistant sur la nécessité de penser à protéger la santé de la population, il met l’accent sur la nécessité de « rendre les voitures moins attrayantes, en augmentant les taxes sur celles qui sont les plus polluantes comme celles dotées de gros moteurs, et de développer un réseau de transports publics qui soit durable et efficace ».



Lire aussi

Ces microplastiques qui barbotent dans le ventre de nos poissons...

Les 16 sites classés « propres à la baignade  au Liban», selon le CNRS



D’une belle ville côtière ayant vocation à attirer les touristes, Jounieh, au nord de Beyrouth, est devenue l’une des cités les plus polluées du monde, occupant la cinquième position dans le monde arabe (après Dubaï, Riyad, al-Ahmadi au Koweït et Bagdad) et la vingt-troisième place à l’échelle mondiale,

commentaires (9)

Au Maroc, dans 2 ans , 42 %de l’énergie viendra de l’énergie renouvelable....il s’agit d’un pays pauvre du Maghreb....houhou?! y’a quelqu’un au Liban ?

L’azuréen

21 h 50, le 05 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Au Maroc, dans 2 ans , 42 %de l’énergie viendra de l’énergie renouvelable....il s’agit d’un pays pauvre du Maghreb....houhou?! y’a quelqu’un au Liban ?

    L’azuréen

    21 h 50, le 05 novembre 2018

  • EST-CE QU,ILS NE VIVENT PAS AU LIBAN POUR S,ALARMER A LA NOUVELLE -TRES ANCIENNE- ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 33, le 05 novembre 2018

  • Parce que franchement il fallait le rapport de Green Peace pour le savoir. Il n'ont pas eu de pif sur ce coup là!

    Tina Chamoun

    17 h 20, le 05 novembre 2018

  • Elargir l'autoroute de Jounieh sera une grave erreur car cela attirera encore plus de voitures. En guise d'élargissement, il faut créer une ligne de train léger électrique, rapide et efficace, reliant Beyrouth à Tripoli, et une voie dédiée aux bus qui doivent être réguliers, fiables, propores et modernes. Plus on élargit les routes et on en condtruit de nouvelles, plus on attire les voitures et on tourne dans un cercle vicieux.

    Abichaker Toufic

    14 h 59, le 05 novembre 2018

  • YA LA TIIIIIF

    Gebran Eid

    13 h 17, le 05 novembre 2018

  • Il arrive à certain(e)s de voir la paille dans l'œil de Dahiyeh , et pas la poutre dans celui de Jounieh !

    FRIK-A-FRAK

    13 h 11, le 05 novembre 2018

  • A entendre jour et nuit certain(e)s nous rabâcher les oreilles que Dahieh est polluée comme pas possible , j'en serai même jaloux que Jounieh lui ravisse la place de la ville la plus polluée du Moyen Orient .

    FRIK-A-FRAK

    12 h 26, le 05 novembre 2018

  • Ce n'est d'ailleurs peut-être pas juste de ma part d'accuser les américains de la mentalité de "voiture" car aussi les européens et 'les arabes' ou les orientaux ou les gens en géneral souffrent de la même idée que la voiture, c'est plus important que le pain ...

    Stes David

    12 h 01, le 05 novembre 2018

  • Une voiture pour trois personnes ce n'est pas "normal" pour un petit pays; c'est ce qui se passe quand on transpose la façon de vivre américaine où il y a beaucoup d'espace vers un pays beaucoup plus petit. Pour les américains, on ne peut pas "vivre sans voiture", mais au Liban ca devrait être parfaitement possible car les distances sont très petites.

    Stes David

    11 h 54, le 05 novembre 2018