X

Liban

Jounieh parmi les cinq villes les plus polluées du monde arabe

Environnement
01/11/2018

Si certaines villes arabes comme Dubaï, Riyad ou encore Le Caire apparaissent régulièrement dans les classements des villes les plus polluées dans le monde, pour Jounieh, en revanche, c'est une première. De fait, elle occupe la cinquième place des villes dont l'air est le plus pollué dans le monde arabe -après Dubaï, Riyad, al-Ahmadi (Koweït) et Bagdad et avant Le Caire, Doha et Erbil- dans un classement établi par l’association Greenpeace.

Greenpeace a publié hier les résultats de l’analyse des données captées par Sentinel 5P, un satellite qui fournit des données détaillées, précises et sans précédent sur les niveaux de dioxyde d’azote (NO2) dans l’atmosphère. Le satellite est entré en activité du 1er juin au 30 août 2018. Il couvre toute la planète et passe au-dessus de chaque région une fois par jour vers midi, heure locale. Le satellite a réussi à identifier les sources d’émissions préjudiciables à la qualité de l’air et à la santé publique, notamment le NO2 qui constitue le polluant majeur de l’atmosphère terrestre et qui est notamment produit par les moteurs à combustion et par les centrales thermiques.

« Nous étions très choqués par les données sur Jounieh qui occupe la 23e place au niveau mondial sur 50 pays concernés par cette étude », confie à L’Orient-Le Jour Dania Cherri, responsable de la communication à Greenpeace. « Certaines villes, comme celles de pays du Golfe qui produisent du pétrole ou qui sont des villes industrielles, figurent toujours parmi les 50 villes les plus polluées, ce qui n’est pas étonnant, mais le cas de Jounieh était surprenant », a-t-elle enchaîné.

Quelles sont les causes de la pollution de l’air dans cette ville côtière ? Pour Greenpeace, plusieurs éléments entrent en jeu. Il s’agit notamment de la pollution résultant des embouteillages, des générateurs privés et du navire-centrale de production d’électricité à Zouk, entre autres. « Les centrales de Zouk constituent une cause principale de la pollution de l’air dans la région », a ajouté Mme Cherri, avant de souligner que l’émission de NO2 était beaucoup plus élevée pendant les jours de semaine que pendant le week-end ou les jours de vacances. « Cela veut dire que l’embouteillage dans la région de Jounieh et ses alentours est une autre cause majeure de pollution », a-t-elle relevé.

Le rapport qui se penche en long et en large sur ce problème ne manque pas de proposer des solutions. « Il faut commencer par mettre en place une politique d’énergie renouvelable, profiter du climat au Liban pour recourir à l’énergie solaire et réduire surtout les embouteillages grâce aux transports publics », a répondu Mme Cherri.

En réaction à ce rapport dont les résultats ont circulé sur les réseaux sociaux, le député du Kesrouan Farid Haykal el-Khazen a tiré la sonnette d’alarme, appelant les députés de la région à s’entretenir avec le ministre de l’Énergie afin d’aboutir à des solutions pour résoudre ce problème.


Lire aussi

Quand Greenpeace s’en va-t-en guerre contre le plastique

Ces microplastiques qui barbotent dans le ventre de nos poissons...

Alerte au plastique, l’édito de « L’Orient-Le Jour »

Le plastique, un casse-tête aussi bien national que mondial


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Je me serai attendu à lire que Beyrouth Ouest dans sa banlieue ( Dahiyé) serait plutôt à cette place , tellement on entend certaines personnes érudites et scientifique nous dire et nous écrire que les espaces occupés par la résistance du hezb libanais seraient les plus délabrées ..


Faudrait que ces personnes se recyclent , surtout que ces personnes prennent pour argent comptant ce genre de rapport biaisé. Et toc sur la tique !

Wlek Sanferlou

La pollution au Liban est scientifiquement un résultat d'une pollution des mentalités et des traditions! Celles là sont imposées au peuple libanais qui lui en souffre alors que les profiteurs se bourrent les poches de billets verts et autres!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CERTAINEMENT LA PLUS POLLUEE NON SEULEMENT EN EXHALAISONS DE GAZ TOXIQUES MAIS EN DECHETS QUI JONCHENT LES DEUX COTES DE TOUTES SES ROUTES ET L,AUTOSTRADE ETC... ETC... ETC...

Georges Lebon

Polluer autant sans rien produire en dit long sur cette société de cons-ommation...
Mettre en place des solutions nécessite une action politique (développer les transports publics) mais aussi une volonté citoyenne (les utiliser...)

Sarkis Serge Tateossian

En effet choquant mais est-ce vraiment une surprise ?

Les minicentrales privées, le navire centrale, les embouteillages et autres pollutions industruelles, la somme de tout devient un cocktail toxique dont les médecins peuvent aisément expliquer la dangerosité et son lien directe à un nombre élevé de décès... Par an.

Des solutions bien sûr qu'il y en a.

Il manque juste un gouvernement pour commencer à soigner ces plaies ....de la république.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants