Rechercher
Rechercher

Camps palestiniens

À Miyé w Miyé, le Fateh appelle à remettre les fauteurs de troubles aux autorités

Plusieurs habitants du camp ont demandé, hier lors d’un sit-in, à l’État libanais de chasser Ansar Allah.

Les hauteurs de Miyé w Miyé lors des derniers affrontements. Photo ANI

Le mouvement Fateh a appelé hier à remettre aux autorités libanaises les responsables des affrontements qui ont ébranlé le camp de Miyé w Miyé dernièrement. Un cessez-le-feu conclu samedi dernier a mis fin aux hostilités qui ont eu lieu ces dix derniers jours entre le Fateh et le groupuscule palestinien Ansar Allah, proche du Hezbollah.

« Il y a une décision unanime de toutes les factions pour remettre ceux qui ont mis à mal la sécurité du camp à l’État libanais », a déclaré hier Fathi Abou el-Ardate, secrétaire général du Fateh au Liban, lors d’une réunion avec la députée de Saïda Bahia Hariri. Il a, par ailleurs, assuré que les résultats du cessez-le-feu seront visibles « dans les prochains jours ».

C’est un calme précaire qui prévaut donc depuis le week-end dernier à Miyé w Miyé, après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu samedi soir. Après plusieurs tentatives infructueuses, le cessez-le-feu a été finalement conclu sous l’égide de l’ambassadeur palestinien à Beyrouth, Achraf Dabbour, et en présence de représentants du Fateh, du Hezbollah et du mouvement Amal.

Interrogée par L’Orient-Le Jour, une source bien informée révèle que l’accord de cessez-le-feu comprend cinq clauses, dont les trois premières ont été respectées. « L’accord prévoit en premier lieu la cessation des hostilités, deuxièmement l’acheminement de vivres à l’intérieur du camp et en troisième lieu l’entrée de membres civils non armés du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), du Jihad islamique et du Hamas, après que ce dernier a contesté sa mise à l’écart dans un premier temps. Ces trois clauses ont été respectées », indique le responsable à L’OLJ.

Les quatrième et cinquième clauses semblent plus difficiles à mettre en place puisqu’elles prévoient d’éliminer toute apparition d’éléments armés et de livrer aux autorités tous ceux qui sont responsables des derniers affrontements et tous ceux qui ont mis en danger la sécurité du camp, « ce qui veut dire qu’on risque d’ouvrir de vieux dossiers », selon le responsable précité.

Une délégation du Fateh présidée M. Abou el-Ardate s’est également rendue hier chez le député de Saïda Oussama Saad. Ce dernier a appelé à réglementer la présence des armes dans les camps palestiniens.


(Lire aussi : Les affrontements à Miyé w Miyé, un timing suspect..., le décryptage de Scarlett HADDAD)


Sit-in contre Ansar Allah

Sur un autre plan, plusieurs habitants du camp de Miyé w Miyé ont organisé hier un sit-in pour réclamer à l’État libanais de chasser Ansar Allah du camp et notamment le chef de ce groupe, Jamal Sleimane. « Un sit-in sans doute inspiré par le Fateh lui-même, pour se sauver la face vis-à-vis des habitants du camp », a indiqué la source précitée à L’OLJ.

Beaucoup d’habitants avaient fui lors des affrontements, trouvant refuge chez des membres de leurs familles à Saïda ou dans le camp de Aïn el-Héloué. Les affrontements ont fait quatre morts du côté du Fateh et une victime du côté d’Ansar Allah.

L’armée libanaise est postée à l’entrée du camp depuis quelques jours. En vertu des accords du Caire de 1969, elle n’est pas supposée entrer dans les camps et doit laisser les factions palestiniennes y assurer la sécurité. Par ailleurs, le commandant de l’armée, le général Joseph Aoun, a reçu hier l’évêque de Saïda et Deir el-Qamar pour les grecs-catholiques, Mgr Élie Haddad, accompagné du président de la municipalité de Miyé w Miyé Rifaat Abou Saba. Le général Aoun les a rassurés sur le fait que l’armée prend les mesures nécessaires pour empêcher que les affrontements ne se répandent en dehors du camp.



Lire aussi

Miyé w Miyé : déploiement d’une force mixte civile pour contrôler le cessez-le-feu

Pour mémoire

Échec de deux accords successifs de cessez-le-feu dans le camp de Miyé w Miyé

L’armée libanaise déployée « en profondeur » dans le camp de Miyé Miyé



Le mouvement Fateh a appelé hier à remettre aux autorités libanaises les responsables des affrontements qui ont ébranlé le camp de Miyé w Miyé dernièrement. Un cessez-le-feu conclu samedi dernier a mis fin aux hostilités qui ont eu lieu ces dix derniers jours entre le Fateh et le groupuscule palestinien Ansar Allah, proche du Hezbollah.

« Il y a une décision unanime de...

commentaires (1)

Encore une sequelle de l'Accord du Caire de 1969! A quand cela va durer? Faudrait envoyer l;armee nettoyer tout ca.

IMB a SPO

12 h 59, le 30 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Encore une sequelle de l'Accord du Caire de 1969! A quand cela va durer? Faudrait envoyer l;armee nettoyer tout ca.

    IMB a SPO

    12 h 59, le 30 octobre 2018