X

À La Une

La formation du gouvernement bute toujours sur l'attribution du ministère de la Justice

Liban

"Priver le président Aoun de ce portefeuille n'est pas adéquat", affirme Ibrahim Kanaan.

OLJ
20/10/2018

La formation du gouvernement que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, essaie de mettre sur pied depuis mai butait toujours samedi sur l'attribution du ministère de la Justice, que les Forces libanaises convoitent et auquel le président libanais, Michel Aoun, reste attaché. 

"Le président a dit ce qu'il avait à dire au sujet du ministère de la Justice, il ne vas pas faire de concessions à ce niveau à quelque partie que ce soit", a déclaré une source à la chaîne LBCI. 

Des sources proches de la présidence de la République, citées par notre correspondante à Baabda Hoda Chedid, avaient rapporté dans la journée de vendredi que le chef de l’État n'entendait pas céder le ministère de la Justice aux FL. Ces sources avaient renvoyé cet attachement au fait que le président insiste pour que le ministère de la Justice soit à égale distance de toutes les parties, et qu'une personnalité qui lui est proche est seule capable d'assurer cette neutralité, le chef de l’État étant le garant du respect de la Constitution. Le ministère de la Justice est aujourd'hui dirigé par Salim Jreissati, nommé par le président de la République et affilié au Courant patriotique libre. 

 Des informations avaient évoqué ces derniers jours l’éventualité que le président de la République octroie ce ministère aux FL, mais une source du CPL avait affirmé à L’Orient-Le Jour que la Justice resterait entre les mains du parti aouniste.


(Lire aussi : Gouvernement : la Justice, dernier obstacle avant le dénouement ?)


Le député Antoine Habchi (FL) a dénoncé ce changement soudain. "Il y a deux jours, l'optimisme planait après que nous ayons facilité les choses et le ministère de la Justice allait revenir aux Forces libanaises, avec l'accord du président et du Premier ministre désigné, a-t-il dit. D'un coup de baguette magique il y a eu un changement et on ne sait pas comment la Justice ne revient plus aux FL". "En dépit de toutes les complications, nous sommes optimistes sur le fait que nous allons revenir à l'accord conclu il y a deux jours et que le gouvernement sera formé", a-t-il ajouté. 

Plus tôt dans la journée, Saad Hariri avait affiché son optimisme et affirmé à propos de cette polémique entourant l'attribution du ministère de la Justice que "tous les problèmes ont une solution".

Selon le député Ibrahim Kanaan (CPL), les contacts se poursuivaient samedi afin que soit formé le gouvernement le plus vite possible. "Chaque partie est censée avoir sa part", a-t-il dit affirmant que "la part des FL, (trois ministres et la vice-présidence du Conseil), tenait compte du critère adopté". Au sujet du portefeuille de la Justice, M. Kanaan a affirmé que le président Aoun "a annoncé à plusieurs reprises que son mandat débutait avec le premier gouvernement formé à l'issue des législatives et que la première base pour la réforme était la justice".  "Priver le président Aoun de ce portefeuille n'est pas adéquat, il a un projet qu'il veut réaliser et pour cette raison il tient à ce portefeuille", a poursuivi le député. 

Sur la possibilité qu'un gouvernement soit formé sans que les FL n'en fassent partie, M. Kanaan a répondu: "Personne ne veut cela". 

A l'issue d'une réunion regroupant, en fin de journée, Saad Hariri et Samir Geagea à la Maison du Centre, en présence des ministres sortants de l'Information, Melhem RIachi (FL) et de la Culture, Ghattas Khoury (Futur), M. Riachi a affirmé que "l'atmosphère est positive". "Nous avons étudié en profondeur la situation actuelle concernant le gouvernement et la formation d'un cabinet équilibré", a-t-il souligné. 


Lire aussi

Gouvernement : le ministère de la Justice au centre de toutes les convoitises

Saintes indignations..., l'éditorial de Issa GORAIEB

N’oubliez pas les femmes, citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Gouvernement : un « coup de Jarnac » de dernière minute remet les compteurs à zéro

Une lecture régionale du « nœud druze »...le décryptage de Scarlett Haddad


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

En filigrane les sanctions prochaines et bien evidemment le TSL ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BLOCAGE : GENDRISSIMO-BEAUPERIEN... COMME D,HABITUDE !

Irene Said

"...le président insiste pour que le ministère de la Justice soit à égale distance de toutes les parties, et qu'une personnalité qui lui est proche est seule capable d'assurer cette neutralité..."
bon, ils n'en sont plus à une contradiction près depuis 5 mois, et nous avons pris l'habitude de ces nouveaux noeuds noués savamment chaque jour par ces personnalités qui prétendent diriger le Liban...elles seules !
La démocratie, on oublie, compris ?
Irène Saïd


Wlek Sanferlou

"le président Aoun "a annoncé à plusieurs reprises que son mandat débutait avec le premier gouvernement formé à l'issue des législatives"... Faut-il donc comprendre que ce aahed va débuter aux environs de 2022 et qu'entre temps le peuple se débrouille avec des batteries pour s'eclairer, des petits feux de camps pour les ordures, des plats faits avec des ingrédients produits maison, des cliniques entre voisins etc, une défense purement hezeb financé par nos copains iraniens et bien sûr de nouveaux concitoyens grâce aux déplacés syriens qui selon Archimède déplacent une quantité égale de libanais...
En fait un grand camp de vacances pour les 4 ans prochains.

Merci beaucoup à tout nos politiciens...

Wlek Sanferlou

On disait que les trois bases de l'état, législative, executive et judiciaire sont indépendantes.
Tout le monde n'a probablement pas reçu le circulaire....??

Sarkis Serge Tateossian

Personne n'est dupe ...

L'enjeu est de taille et selon que le ministère de la justice soit attribué aux FL ou au CPL les grandes décisions à venir n'auront pas les mêmes inclinaisons... C'est une évidence.

Les deux formations ont une vision parfois diamétralement opposée, même si sur le fond ils peuvent trouver beaucoup de points de convergence.

Cette querrelle en vaut-elle la peine ... ?




Gebran Eid

AH LES NAIIFS. GEAGEA CROIT VRAIMENT QUE HASSAN NASRALLAH VA LAISSER AOUN AGIR À SA GUISE. IL RÊVE EN COULEUR ET SE POSE DES QUESTIONS SUR LA BAGUETTE MAGIQUE COMME SI LA MAIN QUI MANIPULE CETTE BAGUETTE EST INVISIBLE POUR LUI ??? À MOINS QU'IL EST DEVENU AVEUGLE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué