X

À La Une

Transmission de la nationalité : HRW plaide auprès de Aoun pour la fin de la discrimination

droits

Dans un rapport, HRW avait appelé le Liban à amender sa loi "dépassée" en matière de nationalité.

OLJ
04/10/2018

Le directeur exécutif de l'organisation Human Rights Watch Kenneth Roth a évoqué jeudi, lors d'un entretien avec le président libanais Michel Aoun, la question de la transmission de la nationalité au conjoint et aux enfants dont sont privées les Libanaises mariées à des étrangers, pour laquelle milite l'ONG, et s'est prononcé contre un retour prématuré des réfugiés syriens dans leur pays.

"Réunion aujourd'hui avec le président libanais afin de discuter de la crise des réfugiés syriens (dispense des frais pour tous et pas de pression prématurée pour un retour en Syrie). Consultations étendues concernant la crise des déchets, les actions menées pour mettre fin à la torture et la fin de la discrimination de genre (et de nationalité) pour la transmission de la nationalité", a écrit M. Roth sur son compte Twitter.



En mars, le ministre libanais sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, avait annoncé qu'il envisageait de présenter un projet de loi permettant aux Libanaises mariées à des étrangers, à l'exception des Palestiniens et des Syriens, de transmettre leur nationalité à leurs enfants.


(Lire aussi : Au Liban, les mères divorcées pourront enfin mentionner les noms de leurs enfants sur leurs extraits d’état-civil)


Loi "dépassée"
Dans un rapport publié mercredi, HRW, organisation internationale de défense des droits de l'homme basée à New York, avait appelé le Liban à amender sa loi "dépassée" en matière de nationalité afin d'assurer que les enfants et conjoints de femmes libanaises puissent jouir du même droit de citoyenneté que les Libanais. 

L'organisation a estimé dans ce rapport que "la loi actuelle (adoptée en 1925) discrimine les femmes mariées à des étrangers, leurs enfants et leurs époux en refusant la citoyenneté à leurs époux et enfants, ce qui affecte presque tous les aspects de leur vie, y compris en matière de droits de séjour et d'accès à la vie professionnelle, à l'éducation, aux services sociaux et aux soins de santé". A cause de cette loi "certains enfants risquent d'être apatrides", poursuit le texte. 

"Des mesures récentes visant à permettre l'accès à des droits fondamentaux comme l'éducation et le travail pour les enfants et époux de Libanaises constituent un pas dans la bonne direction, mais des mesures décousues et confuses ne peuvent pas servir de substitut à un accès égal à la citoyenneté", a affirmé la vice-directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Lama Fakih. 

Le rapport oppose l'argument évoqué par les responsables libanais pour empêcher ce transfert de nationalité, à savoir que "permettre aux femmes ayant épousé des Palestiniens de transmettre leur nationalité ébranlerait l'équilibre confessionnel libanais", à un recensement effectué en 2016 selon lequel seuls 3.707 chefs de famille palestiniens sont mariés à une épouse d'une autre nationalité. 

D'après le texte de HRW, qui se base sur une étude effectuée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), 18.000 Libanaises se sont mariées à des étrangers entre 1995 et 2008. Parallèlement, une enquête de l'Association Frontiers Ruwad, avait révélé en 2013 que 73% des personnes apatrides présentes au Liban, à l'exclusion des personnes d'origine palestinienne, étaient nées d'une mère libanaise. Cette association estimait, dans un article non publié mais qui a pu être consulté par HRW, que le Liban comptait entre 60 et 80.000 apatrides, sans compter les Palestiniens et migrants. 


Pour mémoire
Nationalité : mises en garde contre une instrumentalisation des Libanaises mariées à des étrangers

Naturalisations : Les Libanaises mariées à des étrangers dénoncent une « trahison »


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUTES LES MERES LIBANAISES DOIVENT AVOIR LE DROIT DE TRANSMETTRE LEUR NATIONALITE A LEURS ENFANTS !
ASSEZ DE L,INJUSTICE !

Antoine Sabbagha

Il est grand temps apres 1925 de changer la loi permettant aux Libanaises mariées à des étrangers, à l'exception des Palestiniens et des Syriens, de transmettre leur nationalité à leurs enfants.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants