Le billet de Gaby NASR

Santé, les cocus !

Billet
Gaby NASR | OLJ
28/09/2018

Cruel constat : depuis le début de la semaine, il est infiniment plus facile de recaser les migrants à travers toute l’Europe que de loger et nourrir à New York l’imposante délégation libanaise qui n’en finit pas de se déployer. À grands coups de biftons verts la nuitée, sans compter les extras et autres frais de bouche, on espère que les pique-assiettes, dont la présence à l’ONU est pour sûr indispensable, se goinfrent bien à la santé du Trésor public et du contribuable qui paye l’ardoise. Les Libanais, qui n’ont plus que l’impôt sur les os, sont ravis d’apprendre à quoi servent leurs taxes.

Mais récapitulons pour le plaisir : une bonne quarantaine d’affamés donc pour le pince-fesses du Machin onusien, que la MEA a bichonnés en réquisitionnant un avion après l’avoir vidé de ses gueux, prestement largués sur le tarmac ; pas moins de 30 ministres lourdauds au rire épais prévus dans le prochain gouvernement; 128 députés pantouflards qui ronronnent à la Chambre ; plus de 400 000 fonctionnaires, dont près de la moitié sont là à glander pour même pas 30 heures de taf par semaine… Tout cela dans un pays pas plus grand qu’une chiure de mouche sur Google Maps. Chapeau, les planqués ! Et gare à l’AVC pour surmenage!

Évidemment, il ne viendrait jamais à l’esprit de cette classe politique arriérée d’assainir les finances et les dépenses publiques, dissoudre la mauvaise graisse de l’administration qui va finir par engloutir la moitié de la population, tailler dans les délégations pléthoriques et la smala familiale qui accompagnent les présidents et les ministres à l’étranger, se débarrasser des épaves turques qui nous coûtent bonbon… Autant de postes d’économie budgétaire, affublés du pudique euphémisme de « gaspillage ». Bref, mettre à la diète forcée cet État vorace qui ne songe qu’à racketter le contribuable à chaque fois qu’il veut se refaire une santé.

Mais à quoi bon se faire de la bile, quand les chargés de la ferme boivent du petit lait ?

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Effectivement, Santé!

FAKHOURI

Par cet article vous étalez notre impuissance, nous , citoyens de cette chiure de mouche
je ne rate aucun de vos articles
Que Dieu vous prête vie

TROLL & PSEUDONYMES

Bonjour M. Nasr, vous écrivez :""Tout cela dans un pays pas plus grand qu’une chiure de mouche sur Google Maps.""

mieux vaut hurler cette sentence, au risque de réanimer la Ligue Arabe ! Bonne journée.
C.F.

AIGLEPERçANT

Dans ce monde insupportable et violent , il est vrai que la dérision ironique style Gaby , ça détend pas mal . Que pouvons nous y faire ?.

Le Faucon Pèlerin

Les affamés pour le pince-fesses du Machin* onusien étaient 80 aux temps d'Emile Lahoud aux frais de la princesse agenouillée devant Hafez el-Assad.

* le mot "Le machin qu'un appelle l'ONU" est du général de Gaulle le 10/9/1960. Avec la permission de Gaby Nasr.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR UN PAYS AU BORD DU GOUFFRE ECONOMIQUE... ET JE PASSE SUR CELUI POLITIQUE ET CIVIL... IL AURAIT SUFFI QUE LE REPRESENTANT DU PAYS AUPRES DE L,ONU LISE LE DISCOURS... SANS LES BULLES D,AIR QUI S,Y SONT ECHAPPEES... ! HUMILITE OBLIGE !

Irene Said

Et pourtant, notre président et ses fidèles courtisans continuent de prétendre la main sur leur coeur qu'ils oeuvrent pour un LIBAN FORT, et cela partout où ils se trouvent.

Bon week-end Monsieur Gaby Nasr !
Irène Saïd

Saliba Nouhad

Pour une fois vous avez l’air très cinglant, cynique, et même fâché, Mr Nasr!
Il y a de quoi, car tourner régulièrement en dérision toutes ces énormités criminelles finit par user les nerfs et devient frustrant...
Vous nous dilatez la rate à chacun de vos billets, mais en fait, il y a de quoi en pleurer de rage et de désespoir...
Néanmoins, continuez de dénoncer, il en restera toujours quelque chose pour consoler la populace, ne serait-ce que pour son équilibre psychique!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants