X

Liban

Les critiques à l’adresse du CPL convergent vers Baabda

Vie politique

Pour Yassine Jaber, le mandat « conduit le Liban droit au gouffre » et pour Tammam Salam, « il n’augure rien de bon ».

24/09/2018

État de nécessité oblige, compte tenu du blocage qui persiste au niveau de la mise en place d’une nouvelle équipe ministérielle, le Parlement tiendra aujourd’hui une réunion ordinaire dans la forme, mais extraordinaire au niveau du fond, en présence des membres d’un gouvernement sortant. À l’ordre du jour, des textes de loi dont l’approbation est nécessaire pour la bonne marche d’un pays « où la situation est devenue extrêmement dangereuse », pour reprendre les termes employés par le patriarche, Mgr Béchara Raï, en tournée paroissiale depuis vendredi au Canada. Au niveau du fond, étant donné la tension et les clivages qui prévalent au niveau politique, à cause de l’épreuve de force engagée entre les différentes parties autour de la composition de la nouvelle équipe de Saad Hariri, l’hémicycle risque fort, à la faveur des interventions traditionnelles des députés à l’ouverture de la séance, de se transformer en caisse de résonance au conflit qui paralyse le pays.

C’est que, en dépit d’un gentleman’s agreement entre les différents protagonistes de cette épreuve de force pour calmer les esprits et mettre fin aux joutes oratoires, notamment sur les réseaux sociaux, la tension et le mécontentement générés par l’attitude et la gestion par le CPL de certains dossiers restent palpables, comme en témoignent les critiques dont celles-ci font l’objet. Il est intéressant de relever à ce niveau que ces critiques émanent de personnalités, représentant des courants politiques, qui ne sont pas forcément alliées mais qui se sont retrouvées autour d’une même opposition à la ligne politique cautionnée par le chef de l’État qui se retrouve ainsi dans la ligne de tirs. C’est désormais le président Michel Aoun, et non plus seulement le CPL de Gebran Bassil, qui est pris à partie.

Au ras-le bol exprimé donc devant les Libanais de Halifax par le chef de l’Église maronite – qui n’y est pas allé de main morte pour critiquer la classe politique « dans son ensemble », en prenant soin de n’exclure personne – a fait écho, à Beyrouth, une levée de boucliers contre le mandat Aoun. Celle-ci a été amorcée par la fuite d’un enregistrement audio du député Yassine Jaber, membre du bloc parlementaire du président de la Chambre, Nabih Berry. La fuite de l’enregistrement a coïncidé avec la publication de propos tout aussi critiques de l’ancien Premier ministre, Tammam Salam, et du député Tony Frangié (Marada), s’articulant autour de faux pas qu’ils reprochent au président. Il n’en fallait pas plus pour que ces critiques drainent d’autres, parmi les cercles hostiles à Baabda, et que les réseaux sociaux s’enflamment.

Dans cet enregistrement, M. Jaber accuse sans ambages le chef de l’État de conduire le Liban à sa perte, après s’être indigné parce que le Liban officiel avait rejeté une proposition de la chancelière allemande, Angela Merkel, d’aider le Liban à régler le problème de l’électricité. « Ils (le CPL) ont fait rater au Liban une occasion en or. Durant les deux dernières semaines, des diplomates étrangers, des responsables de l’ONU m’ont dit : “Comment Merkel a-t-elle pu être traitée de cette façon ? Comment avez-vous pu refuser une offre pareille ? Vous êtes fous ?” », peut-on entendre M. Jaber dire. « Malheureusement, ce mandat va détruire le Liban », a-t-il ajouté, avant de poursuivre : « Lundi (aujourd’hui), pour pouvoir assurer l’électricité pour quelques heures durant les trois prochains mois, soit jusqu’à la fin de l’année, le président et le ministre de l’Énergie vont réclamer (au Parlement) une nouvelle ligne de crédit de 500 millions de dollars en plus du 1,5 milliard de dollars qu’ils avaient obtenu dans le cadre du budget de 2018. Malheureusement, le pays est en train d’être poussé au bord du gouffre », a encore dit M. Jaber. Son interlocuteur est resté inconnu tout comme les circonstances au cours desquelles il a tenu ces propos.

Le parlementaire s’était déjà offusqué, il y a quelques mois, dans une interview à la télévision al-Jadeed, parce que le Liban avait rejeté une offre de Siemens, véhiculée par Mme Merkel, pour l’aider à redresser le secteur de l’électricité, sans passer par la location de navires-centrales. Dans l’enregistrement audio fuité hier, il réagit à un article du quotidien ad-Diyar, daté du 17 septembre, dans lequel le journal, citant le Der Spiegel allemand, évoque « la colère de la chancelière allemande contre le Liban » en raison, notamment, de l’accueil qui lui avait été réservé à l’aéroport de Beyrouth et de l’attitude négative des autorités libanaises concernant les projets d’investissements allemands au Liban.


(Lire aussi : Une séance plénière qui s’annonce « électrique »)


Joumblatt et Harb : « Écoutez Yassine Jaber »

Lors de sa visite au Liban en juin dernier, Mme Merkel, qui était accompagnée d’une délégation économique comprenant parmi ses membres des représentants de Siemens, avait fait part, lors de ses entretiens avec les dirigeants libanais, de son souhait de développer la coopération économique avec le Liban, d’autant que son pays est membre du comité de suivi de CEDRE. Les représentants de Siemens avaient à leur tour expliqué à leurs interlocuteurs qu’ils pouvaient construire en 18 mois des centrales électriques au Liban, mais leur offre avait été déclinée, selon Der Spiegel.

Le ministre de l’Énergie, César Abi Khalil, n’a pas tardé à réagir aux propos de Yassine Jaber : « Si seulement “les voix patriotes” avaient fondé leurs commentaires sur des faits et les comptes-rendus (du Conseil des ministres) au lieu des rumeurs et des racontars », a-t-il écrit sur son compte Twitter. Et d’ajouter : « Nous ne savons plus ce que vous voulez : que nous respections les règles ou que nous ayons recours aux (contrats de) gré-à-gré, comme vous avez l’habitude de faire. Soit dit en passant, Siemens n’a pris part à aucun appel d’offres. »

Le chef du PSP, Walid Joumblatt, a tout de suite réagi aux propos de Yassine Jaber, dans une série de tweets, lesquels, tout en étant critiques à la gestion CPL du dossier de l’électricité, ont dans le même temps montré que le leader druze reste attaché à la « trêve » conclue récemment avec le CPL. « Si seulement les responsables concernés pouvaient tenir compte des propos de Yassine Jaber. Sa voix s’ajoute à celle des personnes soucieuses de l’intérêt public et dénonce la mascarade des navires-centrales qui est une des raisons majeures du déficit et de la dette publique », a écrit M. Joumblatt sur son compte Twitter. L’ancien député Boutros Harb a, lui aussi, invité les Libanais à « écouter Yassine Jaber (…) pour réaliser le niveau auquel sont tombés les responsables et la fausseté des slogans de réforme et de changement ».

Un peu plus tard, dans un deuxième tweet, M. Joumblatt devait directement s’adresser au ministre de l’Énergie, César Abi Khalil, pour lui expliquer que ses propos « ne sont pas motivés par la rancune, mais par un souci de préserver l’intérêt public ». « Si seulement vous aviez tenu compte des remarques formulées par Mounir Yehya (consultant en génie électrique et ancien membre du conseil d’administration d’EDL), en présence du Premier ministre Saad Hariri. Vous aviez décidé de les ignorer, parce qu’il semble que S.D (l’intermédiaire à travers qui le Liban a loué deux nouveaux navires-centrales à la Turquie) est au-dessus de tout le monde. » Et ce n’est pas sans ironie que le chef du PSP a relevé qu’il ne souhaite pas que ses propos soient « mal interprétés politiquement ». « Nous poursuivrons les efforts d’apaisement et de dialogue, avec ou sans électricité, à la lumière des bougies, des lampes à huile ou de la lune. La lune est notre voisine après tout (Nehna wel amar jirane) », a-t-il écrit en référence à une célèbre chanson de Feyrouz.

« Les Libanais sont à bout »

Tammam Salam, lui, a axé ses critiques sur la gestion aouniste du dossier gouvernemental, l’accusant de s’autoriser ce qu’il avait refusé à d’autres. Dans une interview au quotidien panarabe al-Charq al-Awsat, M. Salam a estimé que « les positions du chef de l’État ne favorisent pas la formation d’un gouvernement ». « Lorsqu’il faisait partie de l’opposition, il refusait que le président de la République soit représenté par des ministres au gouvernement et maintenant qu’il est au pouvoir, il considère cette pratique, agréée dans le cadre de l’accord de Doha, en 2008 (….) comme étant une règle sacrée. » Il a insisté sur le fait que « le parcours du président Aoun n’augure rien de bon, surtout qu’il considère que le Conseil des ministres ne peut pas se tenir en son absence ».

Député des Marada, parti dont les relations se sont sensiblement détériorées avec le CPL depuis l’élection du général Aoun à la tête de l’État, Tony Frangié a exclu la formation d’un gouvernement dans un proche avenir, accusant les proches du chef de l’État de nuire au mandat. « La réussite d’un mandat n’est pas mesurée par le nombre de ministres qu’il obtient, mais par ce qu’il réalise pour le Liban. Les Libanais sont à bout. Ils avaient placé tous leurs espoirs en ce mandat, mais ils vivent aujourd’hui une sorte d’abattement avec l’accumulation des échecs dans nombre de dossiers », a-t-il déclaré samedi, lors d’un déjeuner donné en son honneur à Ehden. Et de poursuivre : « Les partisans du CPL n’avaient pas milité pour des ministres et des gendres, mais pour le Liban. (….) Ce n’est pas le mandat qui est à l’origine de sa propre paralysie, mais ceux qui l’entourent. » « L’équipe de travail peut conduire à l’échec parfois », a assuré M. Frangié, dans une allusion à peine voilée au chef du CPL, Gebran Bassil.


Lire aussi

Aoun au Figaro : J'ai veillé à rétablir l'autorité de l'État

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

EL KHALIL ABDALLAH

Deux ans apres son avenement au pouvoir toutes les realisations que le pouvoir actuel pretend avoir faites sont le produit de son propre imagination .En fait ses accomplissements et reussites sont seulement d'ordre mediatique.

Bibette

Entre se laisser - eventuellement - corrompre par les champions de la corruption allemande i.e. Siemens et consort, en vue d'un projet de construction de centrales electriques qui assurent la production electrique suffisante, permanente a moyen terme 18 mois de maniere definitive, propre et efficace, et la corruption continue par la location des navires producteurs d'electricite polluante, insuffisante et temporaire, le choix est claire, j'opte pour Siemens en exigeant une transparence extreme et au lieu des pots de vin, j'exigerais un rabais dans le prix.

Lebinlon

aucune surprise dans la réaction des Aounistes.Ils reviennent a leur bonne vieille méthode: attaquer l'accusateur, ignorer son argument.
Les Anglais ont une expression magnifique pour ca " Play the ball, NOT the man"
revoilà donc le CPL revenu à des tactiques de Hooligans, ca va etre dur de gouverner avec des gens qui sont contre ces pratiques (Vol, Hooliganisme, etc...)

Bibette

Entre se laisser - eventuellement - corrompre par les champions de la corruption allemande i.e. Siemens et consort, en vue d'un projet de construction de centrales electriques qui assurent la production electrique suffisante a moyen terme 18 mois de maniere definitive, propre et efficace, et la corruption continue par la location des navires pour une production d'electricite polluante, sale,insuffisante et temporaire, le choix est claire, j'opte pour Siemens en exigeant une transparence extreme et au lieu des pots de vin, j'exigerais un rabais dans le prix, ou le versement de ces dessous de table a la CNSS.

gaby sioufi

a ce jour on avait evite de s'en prendre a M Aoun ( joumblat mis a part ) mais bon lui !!!
en harmonie avec un dicton Libanais qui veut :"" on le dit a la voisine pour que la Brue entende ""
Or il s'avere que la Brue ne veut rien entendre ,
et le gendre n'en continue que mieux a vouloir faire la pluie et le beau temps,avec a ce jour le OK tacite de HN,en attendant on l'espere qu'il intervienne autrement, comme il sait bien le faire publiquement ou secretement , kif kif.

Irene Said

La photo en tête de l'article illustre parfaitement le duo qui se complète:

l'un jeune et culotté à l'extrême et avide de pouvoir et de dollars...et qui a bien compris les bénéfices qu'il pouvait tirer de la personnalité de son beau-papa

l'autre trop indulgent envers le gendre, oubliant souvent que c'est lui le Chef de notre Etat, le Liban.

Nous appréhendons déjà de ce que ces deux-là vont être capables de dire et faire à New York !
Irène Saïd

NAUFAL SORAYA

Sauf erreur et sans excuser quiconque dans cette gestion catastrophique de l'EDL en 28 ans, n'est-ce pas l'Allemagne qui est (en partie) responsable de la situation économique désastreuse de la Grèce, ses entreprises, notamment Siemens, ayant largement corrompu toutes les personnes qu'elles pouvaient, pour se faire des sous?

D'autre part, quelles sont les conditions cachées de la proposition de Mme Merkel?

Zovighian Michel

Le Général Aoun c’est hissé à la présidence il y a deux ans gràce aux voix du 14 Mars mais qu’il néglige maintenant qu’il est devenu Président. Une bonne partie de ces alliés traditionnels le critiquent ouvertement. Une partie de sa base le critique en coulisse. Sa stratégie pour combattre la corruption piétine voire échouer. L’economie du pays se dirige vers un gouffre. La population s’appauvrit. Que nous reste t’il donc d’un mandat qualifié de “fort”?

Quatre ans.

Mireille Kang

The FPM is isolating itself and alienating its supporters by continuing to drag its feet and derail the formation of a new government, placing its narrow partisan interests over the general interests of the Lebanese people. It is time for President Aoun play an active role to expedite the formation of a new government which can work to rescue Lebanon away from the abyss, try to resolve the many crises we’re facing and jumpstart the economy. If the FPM persists in its obstructive policies, once the mandate of President Aoun is over, they can never dream of putting another FPM member in the Baabda palace. Gebrane Bassil needs to have some insight. His persistent arrogance will result in ending his political career or relegating him and his Party to the ranks of the opposition for years to come. The delay in forming a new government can only help the enemies of Lebanon. The political parties in Lebanon have to learn how to deal with aftermath of Parliament elections and agree on a reasonable formula for power sharing.

Gebran Eid

IL SAIT PARLER LE PETIT FISTON TONY !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST DIT ET CONFIRME : LE BLOCAGE EST GENDRISSIMO-BEAUPERIEN !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué