conflit

L'Iran promet une réponse "terrible" après un attentat meurtrier

Téhéran a dénoncé un acte "terroriste" et accusé un "régime étranger" soutenu par Washington d'être derrière l'attentat, qui a fait également des dizaines de blessés.

Un soldat courant devant plusieurs de ses camarades blessés après une attaque, revendiquée par l'EI, lors d'un défilé militaire à Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, le 22 septembre 2018. AFP / ISNA / MORTEZA JABERIAN

Le président Hassan Rohani a promis une réponse "terrible" de l'Iran après un attentat contre un défilé militaire dans le sud du pays dans lequel au moins 29 personnes, dont des civils, ont été tuées samedi. 
L'attaque, dénoncée par Téhéran comme un acte "terroriste", a été perpétrée dans la matinée par un commando armé à Ahvaz, la capitale de la province du Khouzestan, peuplée majoritairement d'Arabes. C'est l'une des plus meurtrières qu'ait connu l'Iran en près de huit ans. Elle a été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique (EI).

La fusillade a duré "dix à quinze minutes", a déclaré à l'AFP Behrad Ghassemi, photographe local présent sur les lieux du drame. Il a dit avoir vu un assaillant vêtu d'un uniforme des Gardiens de la Révolution et armé d'un fusil mitrailleur AK-47 avec "trois chargeurs attachés ensemble avec du ruban adhésif". "J'ai vu un enfant de quatre ans et une femme être atteints par des balles", les assaillants "tiraient sur toute personne qu'ils pouvaient" atteindre, a-t-il ajouté.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a vu dans l'attentat "une continuation de la conspiration des gouvernements de la région à la solde des États-Unis et qui cherchent à répandre l'insécurité dans notre cher pays".

L'attaque, qui a fait également 57 blessés, dont plusieurs dans un état grave, a eu lieu à la veille du départ annoncé de M. Rohani pour New York, où il doit participer à l'Assemblée générale de l'ONU. Elle survient dans un climat de tensions très fortes entre l'Iran et les États-Unis, qui s'apprêtent à intensifier début novembre leurs sanctions économiques contre la République islamique.

"La réponse de la République islamique à la moindre menace sera terrible", a déclaré M. Rohani, selon un communiqué officiel.
Le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a accusé "des terroristes recrutés, entraînés et payés par un régime étranger" d'avoir "attaqué Ahvaz" et a mis en cause "les parrains régionaux du terrorisme et leurs maîtres américains".


(Pour mémoire : L'EI promet de commettre de nouvelles attaques en Iran)


"Déstabiliser l'Iran"
Les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, ont pour leur part accusé les assaillants d'être liés à un groupe séparatiste soutenu par l'Arabie saoudite.

Les autorités n'ont pas encore fourni un décompte précis permettant de distinguer entre les morts civils et militaires. "Parmi les martyrs, figurent une fillette et un ancien combattant qui a été tué sur sa chaise roulante", a déclaré le général de brigade Abolfazl Shekarchi, porte-parole des forces armées iraniennes, accusant "deux États du Golfe" d'avoir financé et entraîné le commando à l'origine de l'attaque.
Un autre responsable, civil, a indiqué qu'un journaliste avait été tué.

Selon le général Shekarchi, trois des "terroristes" ont été abattus sur les lieux de l'attaque et le quatrième membre du commando a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Premier chef d'État étranger à réagir à l'attaque, le président russe Vladimir Poutine s'est dit "horrifié" par l'attaque, selon le Kremlin. "Cet événement nous rappelle la nécessité d'une bataille sans compromis contre le terrorisme sous toutes ses formes", a dit M. Poutine dont le pays soutient, avec l'Iran, le régime de Bachar el-Assad contre les insurgés dans la Syrie en guerre.
M. Assad a condamné "dans les termes les plus forts un acte terroriste, criminel et lâche", selon l'agence officielle SANA. La diplomatie turque a condamné de son côté "une attaque terroriste odieuse".
Le Hezbollah a accusé "des mains diaboliques qui veulent déstabiliser" l'Iran "pour son refus de la politique américaine".

La France a présenté ses "condoléances aux familles des victimes ainsi qu'au peuple iranien" et "condamné avec la plus grande fermeté" l'attentat, selon la porte-parole des Affaires étrangères à Paris.

L'attentat a eu lieu alors que l'Iran marque la Journée nationale des forces armées, qui commémore chaque 22 septembre le déclenchement, par Bagdad, de la guerre Iran-Irak (1980-1988).


(Pour mémoire : L’exception iranienne n’existe plus : Téhéran frappé au cœur par l’EI)


"Colère contre nos missiles" 
Les premières attaques en Iran revendiquées par l'EI remontent à un peu plus d'un an. Le 7 juin 2017, des hommes armés et des kamikazes avaient attaqué le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran, faisant 17 morts et des dizaines de blessés. Les Gardiens de la Révolution avaient alors accusé l'Arabie saoudite et les États-Unis d'"implication" dans les attentats.

Accusé de déstabiliser le Moyen-Orient, l'Iran est dans le collimateur des États-Unis depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump qui a rétabli des sanctions contre Téhéran et annoncé son retrait de l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien. L'Arabie saoudite, alliée des États-Unis, est le grand rival régional de l'Iran, les deux pays s'opposant sur de nombreux dossiers au Moyen-Orient, notamment dans les conflits en Syrie et au Yémen.

Dans un discours à Téhéran samedi peu avant l'annonce de l'attentat, M. Rohani a prévenu que son pays augmenterait "jour après jour" ses "capacités défensives", faisant référence aux missiles que développe Téhéran et qui inquiètent les Occidentaux. "Le fait que vous soyez en colère contre nos missiles montre que ce sont nos armes les plus efficaces", a indiqué M. Rohani en présidant un défilé militaire à Téhéran.


Pour mémoire
L’attentat déjoué contre une réunion d’opposants iraniens en France assombrit la tournée de Rohani

Les auteurs des attentats de Téhéran avaient sévi en Syrie et en Irak


Le président Hassan Rohani a promis une réponse "terrible" de l'Iran après un attentat contre un défilé militaire dans le sud du pays dans lequel au moins 29 personnes, dont des civils, ont été tuées samedi. 
L'attaque, dénoncée par Téhéran comme un acte "terroriste", a été perpétrée dans la matinée par un commando armé à Ahvaz, la capitale de la province du...

commentaires (9)

On disait "Al aba'ya'kouloun al hossrom wal awlad yadrossoun" le gouvernement iranien et ses enfants en sont un exemple..

Wlek Sanferlou

23 h 37, le 22 septembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • On disait "Al aba'ya'kouloun al hossrom wal awlad yadrossoun" le gouvernement iranien et ses enfants en sont un exemple..

    Wlek Sanferlou

    23 h 37, le 22 septembre 2018

  • Acte de désespoir des terroristes wahabites manipulé par le grand satan

    Chady

    21 h 45, le 22 septembre 2018

  • On a suffisamment donné , qu’ils foutent la paix au Liban

    L’azuréen

    20 h 59, le 22 septembre 2018

  • ET QUI PAIE LES TERRORISTES PAKISTANAIS, AFGHANS ET AUTRES QUI COMBATTENT AUX COTES DU REGIME SYRIEN ? LES ACTIONS ATTIRENT LES REACTIONS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 31, le 22 septembre 2018

  • Qu'ils laissent tranquille le Liban

    Eleni Caridopoulou

    20 h 09, le 22 septembre 2018

  • Quand on sème le vent, on récolte la tempête

    TousAuPoteau

    16 h 21, le 22 septembre 2018

  • ACTIONS... ET REACTIONS... ET LES INNOCENTS PAIENT PARTOUT LE PRIX !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 50, le 22 septembre 2018

  • Le mois de Novembre se rapproche ...

    Remy Martin

    14 h 15, le 22 septembre 2018

  • Un début de quelque chose...?

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 56, le 22 septembre 2018