Rechercher
Rechercher

Sécurité

Le chef du FBI assure Beyrouth du soutien des USA à l’armée

Le président de la République Michel Aoun entouré du chef du FBI Christopher Wray et de l’ambassadrice américaine Elizabeth Richard. Photo Dalati et Nohra

En visite à Beyrouth, le chef du Federal Bureau of Investigation (FBI), Christopher Wray, s’est entretenu hier tour à tour avec les différents pôles du pouvoir, affirmant le soutien des États-Unis à l’armée et rendant hommage à la troupe pour les efforts qu’elle fournit dans la lutte contre le terrorisme.

Lors de sa visite à Baabda où il a été reçu par le président de la République Michel Aoun, en présence de l’ambassadrice des États-Unis Elizabeth Richard et du ministre sortant de la Justice Salim Jreissati, M. Wray a indiqué que « les États-Unis vont accroître leur soutien à l’armée libanaise et lui prodiguer davantage de formations », soulignant que « le bureau du FBI au sein de l’ambassade américaine poursuit sa coordination avec les forces de sécurité libanaises pour réaliser les objectifs communs dans la lutte contre le terrorisme ». L’émissaire américain a salué dans ce cadre la troupe pour « avoir prouvé de grandes capacités et compétences dans la préservation de la sécurité au Liban ».

Le chef du FBI a par ailleurs remercié le président Aoun pour « les efforts que l’État déploie en vue de garantir la stabilité et la sécurité des citoyens américains qui se trouvent au Liban ». « Le terrorisme ne distingue pas entre les nationalités et les religions, ce qui rend la confrontation complexe et nécessaire », a-t-il ajouté.


(Pour mémoire : Dix responsables du Hezbollah, dont Nasrallah, sanctionnés par les États-Unis et des pays du Golfe)


M. Aoun a de son côté affirmé que « le Liban a réussi à faire face aux défis sécuritaires et au terrorisme grâce à l’expertise de l’armée et au soutien qui lui a été accordé par les pays amis, notamment les États-Unis ». Il a affirmé dans ce cadre que « le Liban, qui a réussi à déloger les groupes terroristes de la Békaa et de partout où ils se trouvaient sur le territoire, continuera de poursuivre les cellules dormantes ». Le président Aoun a en outre insisté sur « la nécessité d’activer et développer les relations bilatérales dans tous les secteurs ».

M. Wray s’est ensuite entretenu avec le président du Parlement Nabih Berry autour des relations bilatérales et des développements en cours. Il s’est rendu dans l’après-midi à la Maison du Centre, où il a discuté avec le chef du gouvernement Saad Hariri de la situation générale dans la région et des moyens de coopération sécuritaire entre les deux pays, notamment avec les forces compétentes.



Plus de tolérance

M. Wray s’est également rendu auprès du directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim, avec lequel il s’est penché sur la situation de la sécurité dans le pays et dans la région et sur les moyens de coopération pour combattre le terrorisme. Le chef du FBI n’a pas manqué de saluer les « performances » réalisées par la direction générale de la SG dans ce domaine. Lors d’un déjeuner donné par le directeur général des Forces de sécurité intérieure, Imad Osman, les discussions ont également porté sur les questions de sécurité qui touchent aux deux pays, et sur les moyens de renforcer la coopération dans les domaines des renseignements, ainsi que de la formation et de l’équipement de l’armée.

Notre correspondante Hoda Chedid commente cette visite à « caractère sécuritaire » en notant que l’expression de l’appui américain intervient à un moment où les rumeurs circulent quant à la probabilité pour les États-Unis de cesser leurs aides à l’armée et aux forces de l’ordre. Elle note par ailleurs que la visite de M. Wray coïncide avec la rédaction d’un rapport secret portant sur les événements qui se sont récemment déroulés sur le territoire, rapport qui montre un net recul des différents actes criminels, notamment les enlèvements à main armée, les tirs et les vols de voitures, d’établissements commerciaux et de domiciles…

Au-delà des questions touchant à la lutte contre le terrorisme, il semble que les discussions engagées par le chef du FBI ont porté également sur les sanctions financières à l’encontre du Hezbollah. Des sources informées indiquent que M. Wray a fait savoir aux responsables que les sanctions américaines prononcées récemment à l’encontre de cadres du parti chiite vont être appliquées de manière ferme, l’administration de Donald Trump ne voulant plus maintenir la phase de tolérance qui régnait lors du mandat de son prédécesseur, Barack Obama.

Selon les mêmes sources, la question du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a été évoquée lors des échanges avec les responsables, notamment les répercussions que pourrait provoquer son jugement dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, prévu dans quelques mois, ainsi que les prochains procès liés aux assassinats de personnalités du 14 Mars, sur lesquels le TSL devra plancher par la suite.





En visite à Beyrouth, le chef du Federal Bureau of Investigation (FBI), Christopher Wray, s’est entretenu hier tour à tour avec les différents pôles du pouvoir, affirmant le soutien des États-Unis à l’armée et rendant hommage à la troupe pour les efforts qu’elle fournit dans la lutte contre le terrorisme.

Lors de sa visite à Baabda où il a été reçu par le président...

commentaires (2)

"...ainsi que les prochains procès liés aux assassinats de personnalités du 14 Mars...etc." Donc, encore des millions de dollars à débourser pour de futurs résultats minables comme ceux du TSL actuel...qui a travaillé depuis...9 années pour en arriver à des conclusions qui ne peuvent convaincre personne ! Irène Saïd

Irene Said

09 h 33, le 22 septembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • "...ainsi que les prochains procès liés aux assassinats de personnalités du 14 Mars...etc." Donc, encore des millions de dollars à débourser pour de futurs résultats minables comme ceux du TSL actuel...qui a travaillé depuis...9 années pour en arriver à des conclusions qui ne peuvent convaincre personne ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 33, le 22 septembre 2018

  • KELLO METLEL 3ASSAL A LIRE L,ARTICLE. POURTANT LES DISCUSSIONS PROBABLEMENT FURENT SUR LE HEZBOLLAH ET SUR L,APPLICATION DES SANCTIONS COMME SUR LES DECISIONS ONUSIENNES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 26, le 22 septembre 2018