X

À La Une

La justice ordonne un examen psychiatrique de Marine Le Pen, qui s'indigne

France

"Je croyais avoir eu droit à tout: eh bien non ! Pour avoir dénoncé les horreurs de Daech par tweets, la +justice+ me soumet à une expertise psychiatrique ! Jusqu'où vont-ils aller ?!", s'insurge la cheffe de l'extrême droite française. 

OLJ/AFP
20/09/2018

La cheffe de l'extrême droite française Marine Le Pen s'est insurgée jeudi contre la décision d'un juge de lui imposer un examen psychiatrique --comme le prévoit la loi-- pour avoir diffusé en décembre 2015 des photos d'exactions du groupe jihadiste Etat islamique sur Twitter.

"C'est proprement hallucinant. Ce régime commence vraiment à faire peur", a écrit sur son compte Twitter la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN), en publiant l'ordonnance de cet examen.



L'ordonnance est datée du 11 septembre et émane de la juge qui instruit l'enquête dans laquelle Mme Le Pen est inculpée pour "diffusion d'images violentes". Elle demande de procéder à un examen psychiatrique de Marine Le Pen "dans les délais les plus brefs".

"Je croyais avoir eu droit à tout: eh bien non! Pour avoir dénoncé les horreurs de Daech par tweets, la +justice+ me soumet à une expertise psychiatrique! Jusqu'où vont-ils aller?!", a aussi tweeté la finaliste de la présidentielle en 2017.



"Dans les régimes totalitaires c'est une des méthodes qui est utilisée contre les opposants. Les faire passer pour des fous", a-t-elle dénoncé.


Une des figures les plus fameuse de la droite populiste européenne, le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, a exprimé son soutien à Mme Le Pen: "Une juge d'instruction ordonne un examen psychiatrique de Marine Le Pen. Je n'ai pas de mots ! Solidaire avec elle et avec les Français qui aiment la liberté !"



Cet examen vise, notamment, à vérifier "si elle est en mesure de comprendre les propos et de répondre aux questions" et si "l'infraction reprochée au sujet est en relation avec des éléments factuels ou biographiques de l'intéressée". La procédure pénale impose, pour l'infraction pour laquelle Mme Le Pen est inculpée, une expertise médicale, selon le parquet de Nanterre, près de Paris, où est instruite l'enquête.

Dans les couloirs de l'Assemblée nationale, la députée a affirmé qu'elle ne se rendrait pas à cette expertise. Elle a le droit de la refuser, ce qui sera constaté dans la procédure.

Ses partisans sur Twitter qualifiaient cette mesure de dictatoriale. "La psychiatrisation des adversaires était une spécialité soviétique et des régimes totalitaires", a tweeté son compagnon et dirigeant RN Louis Aliot.

Le chef de la France insoumise (extrême gauche) Jean-Luc Mélenchon a exprimé sur Twitter son "désaccord total avec la psychiatrisation de la décision politique". "Madame Le Pen est politiquement responsable de ses actes politiques", selon lui.

Marine Le Pen avait tweeté le 16 décembre 2015 des photos d'exactions du groupe EI, en réponse au journaliste Jean-Jacques Bourdin qu'elle accusait d'avoir "fait un parallèle" entre l'EI et le FN. Évoquant un "dérapage inacceptable" et des "propos immondes", Mme Le Pen avait posté sur son compte trois photos mentionnant l'animateur de BFMTV-RMC avec le texte "Daech c'est ça!". Les photos montraient un soldat syrien écrasé vivant sous les chenilles d'un char, un pilote jordanien brûlé vif dans une cage et une photo du journaliste américain James Foley, le corps décapité et la tête posée sur le dos. Un mois après les attentats parisiens qui ont fait 130 morts, les pires jamais commis en France, ces publications avaient immédiatement soulevé un tollé au sein de la classe politique mais aussi au-delà. Le parquet de Nanterre, près de Paris, avait lancé le jour même une enquête pour "diffusion d'images violentes" suite à un signalement des clichés par le ministre de l'Intérieur d'alors.


Pour mémoire

France : Marine Le Pen dénonce la "folle politique immigrationniste" de l'UE

Emplois fictifs au Parlement européen: Marine Le Pen de nouveau convoquée par les juges

Affaire Benalla : Marine Le Pen prête à voter la motion de censure

Marine Le Pen en appelle au respect de la démocratie après une saisie de fonds à son parti

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Déjà, au joyeux temps du communisme en Russie, les opposants étaient considérés comme aliénés et envoyés en hôpitaux psychiatriques. La Macronie va-t-elle suivre l'exemple?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE RIGOLADE !

gaby sioufi

C vrai , cela fait peur.
que n'importe quel "juge" se permet d'appliquer la loi selon son bon vouloir- non, selon son bon caprice " ?
cela ressemble bcp trop a la justice telle qu'appliquee dans le tiers monde ou plutot comme l'indique cet article , comme le fut une spécialité soviétique et des régimes totalitaires".

Salim aurait il ete le maitre a penser du juge de nanterre?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué