Liban

Une rue Moustapha Badreddine à Ghobeyri ?

OLJ
18/09/2018

Le conseil municipal de Ghobeyri, dans la banlieue sud (fief du Hezbollah), a décidé de donner à l’une des rues du quartier le nom du « martyr Moustapha Badreddine », cerveau présumé de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005. La municipalité avait adressé le 14 juin 2017 au ministère de l’Intérieur une note l’informant officiellement de sa décision. Dans un communiqué publié hier soir, le conseil municipal souligne que conformément à la loi sur les municipalités, la décision en question est devenue légale et effective du fait qu’une année s’est écoulée depuis la notification faite par la municipalité sans que le ministère de l’Intérieur se prononce à ce sujet en avalisant ou en rejetant cette mesure. « En l’absence de réaction du ministère de l’Intérieur, la décision devient légale », affirme le conseil municipal.

Le ministre sortant de l’Intérieur Nouhad Machnouk a toutefois démenti avoir donné son accord à l’attribution du nom de Badreddine à une rue de Ghobeyri. « Je n’accepte pas l’attribution de ce nom à la rue. Par conséquent, la décision de la municipalité de Ghobeyri a été rejetée par le ministère de l’Intérieur », a affirmé M. Machnouk, indiquant que son refus de la signer ne peut être considéré comme « une autorisation tacite », notamment lorsqu’il s’agit d’un différend politique de nature confessionnelle et sécuritaire qui est susceptible de troubler l’ordre public. Le ministère de l’Intérieur adressera aujourd’hui à la municipalité une lettre administrative dans laquelle il ordonne de retirer les panneaux frappés du nom de Moustapha Badreddine.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Moustapha baddredine: mort a l’étranger en service commandé étranger . C’est bien ça ?

Le Herisson

pourquoi pas aussi une rue Habib chartouni a Achrafieh tant qu'a faire!!! c'est honteux!!

gaby sioufi

hehehehe !
voyons voir si HN ou N Berri voudraient lui faire plaisir au mashnouk !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué