X

À La Une

Macron lève le tabou de la torture pendant la guerre d'Algérie

France

Le président français promet l'ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens.

OLJ/AFP
13/09/2018

Emmanuel Macron a reconnu jeudi que la France avait mis en place un "système" entraînant des actes de "torture" pendant la guerre d'Algérie (1954-1962), donnant un coup d'accélérateur à ce chantier mémoriel, source de nombreuses blessures pas encore refermées dans la société française.
Le chef de l'État français a remis une déclaration en ce sens à la veuve de l'opposant communiste Maurice Audin, mort après avoir été enlevé par des militaires français à Alger en 1957, lui demandant "pardon". "Il importe que cette histoire soit connue, qu'elle soit regardée avec courage et lucidité. Il en va de l'apaisement et de la sérénité de ceux qu'elle a meurtris (...) tant en Algérie qu'en France", a dit M. Macron, qui affiche son volontarisme sur les sujets mémoriels et se pose régulièrement en briseur de tabous.

Le président a également promis l'ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens, Paris et Alger entretenant des relations intimes et compliquées du fait de l'Histoire coloniale et des migrations entre les deux pays.

Ces déclarations promettent de provoquer de vives réactions en France où la guerre d'Algérie, bien que largement documentée, reste un sujet hyper-sensible et le recours à la torture, bien que connu, demeure un tabou de l'histoire officielle.
Français ayant dû fuir l'Algérie (les "pieds-noirs"), combattants algériens s'étant battus pour la France puis abandonnés par cette dernière (les harkis), familles des disparus enlevés par les Français ou les Algériens, jeunes appelés du contingent jetés dans la guerre... Des pans entiers de la société française ont été meurtris par cet épisode et Emmanuel Macron semble décidé à crever l'abcès.

"Guerre d'Algérie : le geste historique d'Emmanuel Macron", titre le quotidien français Le Monde, alors que le travail mémoriel français sur ce sujet avance prudemment depuis quelques années.

"On est dans une continuité. Les premiers gestes datent de Jacques Chirac. Quand il fait reconnaître par son ambassadeur, en 1998, les massacres de Sétif (en 1945). Il ouvre alors un processus de reconnaissance que poursuit François Hollande en reconnaissant la répression de la manifestation d'octobre 1961 à Paris, aussi dans son discours sur la dureté du système colonial en 2012", explique à l'AFP l'historien Patrick Garcia, spécialisé dans les questions de mémoire. "Un seuil est franchi avec la reconnaissance de la torture à travers le cas emblématique de Maurice Audin. Emmanuel Macron est au plus près des travaux des historiens qui ont établi les choses depuis bien longtemps", analyse-t-il.

Le gouvernement algérien a salué une "avancée" du gouvernement français. Le ministre des anciens combattants, Tayeb Zitouni, jugeant sur la télévision Ennahar TV que "le dossier de la mémoire entre la France et l'Algérie" serait "traité avec sagesse par les deux pays".

Les conséquences de cette reconnaissance, diversement accueillie en France, restent encore incertaines.


(Pour mémoire : Jean-Marie Le Pen aurait "sans doute" torturé en Algérie si on le lui avait demandé)


"Crimes de guerre" ? 
"Pour la première fois, la République assume que, pendant la guerre d'Algérie, des militaires français, qui accomplissaient leur devoir, ont pu se rendre coupables de ce qu'il faut bien appeler des crimes de guerre", analyse dans Le Monde l'historienne Raphaëlle Branche, auteure notamment de "La torture et l'Armée pendant la guerre d'Algérie".

"On a toujours condamné la torture. Si elle a bien existé pendant la guerre d'Algérie, la grande majorité des militaires d'active et ceux du contingent ont servi loyalement dans une période douloureuse, très troublée et difficile à vivre, et mis en échec un putsch en avril 1961 qui aurait poussé le pays dans l'abîme", a déclaré à l'AFP Serge Drouot, de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc, Tunisie (Fnaca).

"Quel est l'intérêt pour le président de rouvrir des blessures, en évoquant le cas de Maurice Audin ? Il souhaite surfer sur la division des Français, au lieu de les réunir dans un projet", a jugé la finaliste de la présidentielle de 2017, Marine Le Pen, dont le père Jean-Marie, figure historique de l'extrême droite et ancien combattant en Algérie, a qualifié l'action de M. Macron d'"incongruité".

Le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent, s'est quant à lui réjoui que "le mensonge d'État qui durait depuis 61 ans tombe".

"Il ne faut jamais craindre la vérité, mais en même temps il ne faut pas instrumentaliser l'Histoire" a estimé jeudi matin le chef de file des sénateurs de droite Les Républicains, Bruno Retailleau, prévenant contre "la concurrence mémorielle qui brise souvent le tissu national".


Pour mémoire
À Alger, Macron refuse d’« être otage du passé »

Algérie: Bouteflika presse Paris de reconnaître les crimes de la colonisation

En Algérie, Macron mesure "le poids du passé" mais voit aussi "l'avenir"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Précision : Les soldats français stationnés à Jounieh : L'armée française avait réquisitionné les locaux de la bâtisse appelée aujourd'hui Amwaj. A l'époque, l'immeuble était un rez-de-chaussée. Les Français y sont restés trois ou quatre mois.
Les fusiliers-marins avait construit par la suite un blockhaus devant l'immeuble Azzi (Pharmacie Mouawad) à sa tête le capitaine Renault, sa Croix de Lorraine et son pompon rouge avaient conquis les coeurs des élèves de la Sainte-Famille française. La houle a englouti le blockhaus en 1945.

Le Faucon Pèlerin

Maurice Audin, communiste français combattait contre son pays la France dans sa guerre en Algérie...
En 1939, âgé de 10 ans, j'ai assisté à l'ouverture de caisses de fusils envoyés de France pour les soldats français stationnés à Jounieh. Les fusils arrivés sans culasses. Un soldat Régis originaire de Nimes me dit : C'est un sabotage des ouvriers communistes...
Les communistes français, s'étendaient sur les rails afin que les armes envoyés en Indochine ne parvenaient pas à Marseille pour être embarquées.
Qui a livré le plan de la bataille de Dien Bien Phu préparé par le général Navarre aux Viet Minh en Indochine en 1954 ? Les communistes français.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué