X

À La Une

En Syrie, le cursus scolaire fait polémique dans les régions kurdes

Education

Plusieurs écoles syriaques, qui suivaient le cursus officiel du régime et donnaient cours en araméen, ont été fermées dans la région semi-autonome kurde.

OLJ/AFP/Delil Souleiman
13/09/2018

Les autorités semi-autonomes kurdes font face à une montée de la grogne parmi les chrétiens syriaques du nord-est de la Syrie après la fermeture de plusieurs écoles où le programme scolaire du régime est enseigné. Les divergences au sein de la petite communauté syriaque viennent illustrer les divisions dans les territoires kurdes, entre les défenseurs de la semi-autonomie acquise à la faveur du conflit déchirant la Syrie depuis 2011, et les partisans des autorités de Damas.

Cette autonomie de facto remonte à la mi-2012 quand les troupes du régime s'étaient retirées du nord et de l'est syrien. La minorité kurde a alors progressivement construit ses propres autorités locales, avec ses forces de police, ses impôts et un cursus scolaire alternatif. Le programme est enseigné dans les écoles kurdes dans la langue de la communauté, mais les établissements syriaques peuvent donner cours dans leur dialecte, dérivé de la langue du Christ, l'araméen. Certaines écoles de cette communauté ancestrale ont résisté à la règle. Les élèves y suivaient le cursus officiel du régime de Bachar el-Assad, alors les autorités locales ont fermé 14 écoles dans les villes de Qamichli, Hassaké et Malikiya.

"L'enseignement dans la langue maternelle est un des droits de toutes les communautés de la région", indique le professeur de sciences Danny Saliba, à Qamichli. Mais "il n'existe aucune université, en Syrie ou à l'étranger, qui reconnaît le cursus ou le diplôme" décerné par les autorités kurdes, nuance-t-il. "Le problème c'est (l'absence de) reconnaissance du cursus", insiste l'enseignant.

Fin août, des dizaines de Syriaques ont manifesté à Qamichli pour dénoncer la fermeture des écoles, brandissant des drapeaux syriens et scandant des slogans à la gloire du président Assad. Des négociations ont alors été entamées entre les autorités semi-autonomes et des responsables de la communauté syriaque.

Mardi, l'archevêché syriaque orthodoxe de la région a annoncé la réouverture des "écoles privées" en vertu d'un accord avec les autorités locales. L'accord porte sur l'abolition du programme du régime de Damas pour les deux première années de primaire. Pour les autres classes, le cursus officiel est maintenu mais des cours de syriaque vont être introduits.


(Pour mémoire : En Syrie, des chrétiens syriaques accueillent leur nouvel évêque emplis d'espoir)


Légitimité de Damas
Le régime de Damas n'a jamais reconnu cette autonomie de facto des Kurdes et cherche à reconquérir tout le pays. Il a déjà mis la main sur près des deux-tiers de la Syrie, avec des offensives meurtrières contre les rebelles et les jihadistes. Acculés, les Kurdes n'ont eu d'autres choix que d'entamer fin juillet des négociations avec Damas, espérant préserver un système "décentralisé".

La région semi-autonome kurde, qui s'étend sur près de 30% du territoire syrien, accueille plusieurs groupes ethniques, notamment, des arméniens, des arabes et des syriaques. Ces derniers représentent 15% des 1,2 million de chrétiens de Syrie. Certaines organisations et factions armées syriaques appuient l'administration semi-autonome kurde. Mais une milice baptisée Sutoro a combattu auprès des forces du régime, notamment contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Quant au clergé syriaque, il soutient l'autorité centrale de Damas. A l'intérieur de l'église de la Vierge Marie à Qamichli, le père Saliba al-Abdallah est pour le moins dubitatif à l'égard du projet éducatif kurde. "Qui reconnaît ce cursus à l'international? Y a-t-il un Etat qui reconnaît la situation actuelle dans le canton de Jaziré?", s'interroge-t-il, en référence à sa province de Hassaké, dominée par les Kurdes. "La légitimité de nos écoles vient de la légitimité du gouvernement syrien", insiste-t-il.


(Repère : Les Kurdes de Syrie, longtemps marginalisés, autonomes de facto dans le Nord)


"Discriminations"
Les chrétiens Syriens sont largement perçus comme des partisans du régime Assad, bien que certains opposants parmi les plus réputés soient également issus de la minorité. Mais la polémique actuelle dans les territoires semi-autonomes concerne aussi la question fondamentale de l'autodétermination, estiment certains. Des décennies durant, les Kurdes eux-mêmes ont souffert de discriminations sous le pouvoir de Damas.

"Le cursus de l'Etat syrien est entaché de discriminations", assène Elizabeth Kouriyat, présidente de l'association culturelle syriaque, liée à l'administration semi-autonome. "Il y avait de nombreuses distorsions concernant l'histoire et la langue syriaques", poursuit-elle. "Le syriaque était enseigné comme langue liturgique. C'était seulement pour les prières". "Il y a une grande différence quand un enfant suit un enseignement dans sa langue maternelle, qui le lie à son peuple, sa terre et son Eglise", ajoute-t-elle.

Dans un centre de langue syriaque, Samira Hanna, 47 ans, accueille des étudiants venus acquérir, en habit traditionnel, l'alphabet de leurs ancêtres. Elle se réjouit d'exercer ce métier et de la renaissance d'une langue jusque-là en voie d'extinction. "Par le passé, toutes les matières étaient enseignées en arabe dans les écoles publiques", se souvient-elle. "Désormais, les mathématiques, l'histoire et la géographie sont inculqués en syriaque".

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

le kurde a plusieurs dialectes : sorani, kurmandji...
le syriaque si je me rappelle à aussi plusieurs dialectes

Stes David

Je dois ajouter que je respecte les arabes, syriaques et kurdes et que mon commentaire de se poser s'il existe UN SEUL dialect du kurde, arabe ou syriaque ce n'est pas avec dédain pour ces langues. En tous cas il existe un parallèle avec la France https://www.lorientlejour.com/article/1133878 ou aussi la situation des immigrants espagnols aux USA ; les anglophones au USA voient l'espagnol et son enseignment comme une ménace pour l'anglais.

Stes David

Je me demande aussi se 'le syriaque' et 'le kurde' existe car il se peut que comme pour 'l'arabe' il existe plusieurs dialectes comme le tunésien le libanais l'égyptien etc. Pour le syriaque et le kurde c'est peut-être aussi le cas. Pour l'arabe je trouve qu'il vaut mieux parler du dialecte car la langue arabe standard est lié politiquement à des mouvements politiques comme le 'pan-arabisme'.

Stes David

En Syrie kurde polémique en concernant le syriaque , en France en concernant l'arabe (https://www.lorientlejour.com/article/1133878 ). En effet il y a un lien étroit entre culture et politique ... D'un coté on peut comprendre les kurdes d'autre coté il faut regarder les droits des "minorités" arabes, arméniens, turques, syriaques et autres ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants