X

Liban

Hasbani fait le point, pour « L’OLJ », sur le projet de la carte de santé

Commissions parlementaires
Nada MERHI | OLJ
11/09/2018

Le projet de loi sur la carte de santé, déjà approuvé dans les commissions parlementaires de la Santé, de l’Administration et des Lois lors de l’ancienne législature, est actuellement en examen à la commission parlementaire des Finances et du Budget. Hier, celle-ci s’est réunie sous la présidence du député Ibrahim Kanaan pour discuter des moyens de financer la carte, en présence notamment du ministre sortant de la Santé Ghassan Hasbani, qui a présenté des études sur le secteur au Liban.

« Quelque 1,8 million de Libanais ne bénéficient d’aucune couverture médicale, et théoriquement, ils sont couverts par le ministère de la Santé, explique à L’Orient-Le Jour M. Hasbani. Actuellement, 13 % d’entre eux sont pris en charge par le ministère. La majorité des patients se situent dans la tranche d’âge allant de 25 à 55 ans, suivie des enfants de moins de 18 ans et des personnes du troisième âge. Ces patients bénéficient d’une couverture hospitalière, ainsi que de médicaments pour les maladies chroniques et le cancer. »

Rappelant que les tiers-payants publics sont nombreux (ministère de la Santé, Caisse nationale de Sécurité sociale, armée, forces de sécurité, Caisse des retraites, Coopérative des fonctionnaires…), M. Hasbani souligne que l’objectif est de présenter une proposition globale susceptible d’organiser le secteur de la santé. « Dans le cadre de la proposition de loi sur la carte de santé, toutes les personnes prises en charge par les tiers-payants publics auront un dossier électronique, note-t-il. Aussi, annuellement, ces personnes, selon leur tranche d’âge, sont appelées à effectuer des examens de santé basiques et nécessaires dans les centres de soins de santé primaire (taux du cholestérol dans le sang, taux d’insuline, taux des triglycérides, mesure de la tension…). Tout acte médical que le patient aura subi, une chirurgie à titre d’exemple, sera ajouté à ce dossier auquel auront accès les tiers-payants publics. Cela permet, d’une part, d’éviter de refaire des examens inutilement, et, d’autre part, de baisser le coût des hospitalisations puisque le patient peut recevoir, en cas d’un problème de santé bénin, les soins nécessaires dans les centres de soins de santé primaire qui offrent une panoplie de services. Les hospitalisations se feront pour les cas compliqués et graves. »

Quid du secret médical si tous les tiers-payants auront accès au dossier médical ? « La carte de santé sera dotée des empreintes biométriques du patient, répond M. Hasbani. De plus, le système informatique sera sécurisé. »

Se penchant sur le financement de la carte, il rappelle que « les ressources du ministère de la Santé sont déjà insuffisantes » et que ce projet « implique des dépenses supplémentaires ». Pour le financer, plusieurs formules ont été proposées, au nombre desquelles « le fait de prélever 8 % du montant de la facture du téléphone mobile » pour en financer une partie, « et l’autre partie sera assurée par d’autres moyens, comme le fait d’augmenter à titre d’exemple la taxe sur les cigarettes ».

« Nous avons émis plusieurs autres propositions de financement, avance M. Hasbani. L’étude que nous avons présentée aujourd’hui donne une projection du coût de la santé jusqu’en 2050. » Et le ministre de conclure : « Le budget alloué à la santé au Liban reste inférieur à celui observé dans les pays développés, sachant qu’au niveau des services de santé, le Liban se trouve en première position par rapport aux pays du Moyen-Orient et en trente-deuxième position à l’échelle mondiale. Nous devons atteindre le jour où, à l’instar des pays développés, le citoyen contribuera d’une manière minime aux soins de santé. »


Pour mémoire

Atef Majdalani : La relation entre le Parlement et le gouvernement est biaisée

L’examen de la proposition de loi sur la carte sanitaire achevé en commissions

Ghanem : 1,4 million de Libanais se soignent aux frais du ministère

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ORGANISER TOUT EN COUPANT LES ABUS ET LA CORRUPTION !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué