X

Liban

L’examen de la proposition de loi sur la carte sanitaire achevé en commissions

Parlement
OLJ
16/01/2018

La commission parlementaire de l'Administration et de la Justice a achevé hier l'examen de la proposition de loi sur la santé globale obligatoire, connue sous le nom de carte sanitaire. La proposition de loi devra être examinée par la commission parlementaire des Finances avant d'être soumise à l'Assemblée générale du Parlement.
Présenté par le président de la commission parlementaire de la Santé Atef Majdalani en 2013, ce texte a subi quelques retouches de la part du ministre de la Santé, Ghassan Hasbani. Il s'inscrit dans le cadre de la stratégie de santé globale 2025 proposée par le ministre.
Cette proposition de loi prévoit deux packs sanitaires : primaire et global. « Le premier pack englobe tous les citoyens, qu'ils soient ou non couverts par une assurance privée ou par un tiers-payant, explique à L'Orient-Le Jour le Dr Majdalani. Il leur permet d'avoir un dossier médical et leur assure les soins de santé primaires et la prévention conformément aux protocoles du ministère de la Santé, comme des analyses de sang routinières, une mammographie... Ces examens seront réalisés dans les centres de soins de santé primaires relevant du ministère à condition d'être munis de cette carte. »
Le second pack englobe les citoyens ne bénéficiant d'aucune couverture médicale et qui sont traités aux frais du ministère de la Santé. Ils constituent près de 42 % de la population. Ceux-ci bénéficieront de tous les avantages du pack essentiel, en plus de la couverture des frais d'hospitalisation dans tous les établissements hospitaliers (privés ou publics) et des examens médicaux qui seront effectués dans les centres de soins gouvernementaux.
Le projet sera financé en grande majorité par le budget alloué au ministère de la Santé, mais le citoyen contribuera aussi de manière symbolique à son financement. Ainsi, 8 % du montant de la facture du téléphone mobile sera prélevée à la fin de chaque mois, précise le Dr Majdalani.
Une fois adoptée au Parlement et publiée dans le Journal officiel, il faut compter six mois pour que la loi soit mise en application.
M. Hasbani a expliqué, à l'issue de la réunion, que de nombreux décrets d'application de la loi devront être publiés, « mais nous n'attendrons pas qu'elle soit adoptée pour commencer à travailler, nous avons déjà entamé de nombreux points prévus par cette proposition de loi, comme l'installation des réseaux, l'amélioration de la technologie, etc. ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

David Hale à Beyrouth pour affirmer le maintien de la présence US au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué