Dernières Infos

Espagne : la vente de navires de guerre à l'Arabie en difficulté

AFP
07/09/2018

Le gouvernement espagnol a reconnu implicitement vendredi que la vente de de cinq navires de guerre à l'Arabie saoudite, un contrat de 1,8 milliard d'euros, était en difficulté, après qu'il a bloqué la livraison de 400 bombes à guidage laser à Riyad.
Le ministère de la Défense avait annoncé mardi son intention d'annuler la vente de 400 bombes à guidage laser à l'Arabie saoudite, impliquée dans le conflit meurtrier au Yémen. Riyad a déjà réglé les 9,2 millions d'euros prévus pour ces bombes. Cette décision a généré une grande inquiétude au sein des chantiers navals Navantia en Andalousie, où des milliers d'emplois sont en jeu avec la fabrication de navires de guerre pour Riyad. Les syndicats ont reproché au gouvernement de ne pas avoir mesuré les conséquences de cette annulation d'un contrat signé.

"Je ne crois pas qu'il y ait une crise diplomatique avec l'Arabie saoudite", a déclaré la porte-parole du gouvernement, Isabel Celaa, en réponse à un article du journal en ligne El Independiente. "Il peut y avoir un échange d'opinions et une divergence dont je crois qu'elle se résoudra", a-t-elle cependant admis. "Le gouvernement travaille avec l'objectif de maintenir les bonnes relations avec l'Arabie saoudite et de défendre les contrats pour la construction de cinq corvettes dans les chantiers navals de Navantia dans la province de Cadix", a dit Mme Celaa. "Cela implique de maintenir les engagements internationaux du gouvernement", a-t-elle ajouté, ouvrant la porte à ce que le gouvernement revienne sur sa décision d'annuler la vente des bombes à laser.

Simultanément, la secrétaire d'Etat au Commerce, Xiana Méndez, a déclaré aux députés de la Commission Défense que le gouvernement était "conscient de l'importance de ce (...) magnifique contrat de 1,8 md d'euros, avec près de 6.000 emplois" à la clef. "Autant que je sache, ce contrat est toujours en vigueur", a-t-elle dit. La secrétaire d'Etat a appelé à la "tranquillité", en assurant que "le gouvernement ne va pas mettre en péril" la vente de ces navires de guerre. Elle a également annoncé qu'un groupe de travail était chargé de mettre en place un système permettant de vérifier l'usage qui est fait des armes une fois qu'elles ont été vendues.

Des ONG telles qu'Amnesty international, Oxfam et Greenpeace réclament l'arrêt immédiat de toute vente à Riyad d'armes pouvent être utilisées dans le conflit au Yémen, où l'Arabie saoudite est engagée dans une guerre qui a fait quelque 10.000 morts, surtout civils, et provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants