X

À La Une

Légalisation du haschich : Berry transmet une proposition de loi aux commissions parlementaires

Liban

La semaine dernière, le leader chiite avait de nouveau réitéré son soutien à la légalisation de la culture du haschich pour des fins médicales et industrielles, estimant qu'"en plus d’un plan de sécurité, la Békaa avait besoin d’un plan de développement".

OLJ
07/09/2018

Le président du Parlement libanais et chef du Mouvement Amal, Nabih Berry, a transmis vendredi aux commissions parlementaires mixtes une proposition de loi pour la légalisation du haschich "à des fins médicales et industrielles", une question revenue récemment sur le tapis, alors qu'elle divise les experts et les dirigeants.

En juillet, M. Berry avait chargé une commission d'experts d'élaborer cette proposition de loi. Il avait alors déclaré que le Liban pourrait légaliser la culture du haschisch et son utilisation à des fins médicales. Il s'agit là d'une des propositions faites par le cabinet de conseil international McKinsey dans son plan pour réformer l’économie libanaise et la diversifier, en renforçant notamment les secteurs de l'agriculture, de l'industrie, du tourisme et de la finance.

La semaine dernière, le leader chiite avait de nouveau réitéré son soutien à la légalisation de la culture du haschich pour des fins médicales et industrielles, estimant qu'"en plus d’un plan de sécurité, la Békaa avait besoin d’un plan de développement".

La culture du haschich dans la Békaa est courante et, malgré son interdiction par la loi, reste tolérée en pratique par les autorités. En 2015, le chef de la brigade des stupéfiants au sein des Forces de sécurité intérieure, le général Ghassan Chamseddine, avait indiqué qu'environ 35 000 dounoums de haschich (3 500 hectares) sont plantés chaque année dans la Békaa centre et nord, dans les cazas de Baalbeck et Hermel, et dans une partie des cazas de Bécharré et Denniyé. "La production annuelle moyenne est d'une centaine de tonnes et le marché annuel de 60 millions de dollars environ", avait-il estimé.

Selon des cultivateurs de cannabis au Liban, le conflit en Syrie voisine a détourné l'attention de l’Etat et dopé le trafic avec une frontière devenue beaucoup moins contrôlée. L'armée détruisait auparavant chaque année quelques milliers d'hectares de cannabis dans la Békaa.

L’Etat avait mené des campagnes d'éradication, promettant des cultures alternatives. Mais depuis l'échec d'un programme de l'ONU, il y a plus de quinze ans, un bras de fer l'oppose aux cultivateurs qui réclament la légalisation de cette culture ancestrale. Selon les agriculteurs, la demande a augmenté de plus de 50% depuis 2012, et la majorité du haschich est écoulée vers la Syrie.


Lire aussi

« Que l’État libanais légalise donc notre haschisch ! »

Cannabis à usage médical : quels sont ses bienfaits et les pays qui l'autorisent ?


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Légaliser la culture du haschich au Liban, c'est mieux que légaliser les exécutions à l'Est du Golfe persique et les condamnations à mort à l'ouest du Golfe arabique.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué