X

Liban

Farès Souhaid à « L’OLJ » : Aoun se comporte comme « un parfait allié du Hezbollah »

Entretien

L’ancien député établit un lien entre le surplace gouvernemental et les ambitions iraniennes au Liban.

Yara ABI AKL | OLJ
01/08/2018

Plus de deux mois après la désignation de Saad Hariri pour former le prochain gouvernement, le processus continue de buter sur plusieurs nœuds, principalement liés à la représentation des druzes, des chrétiens et des sunnites ne gravitant pas dans l’orbite du Futur. Nombreux sont ceux qui imputent la responsabilité des entraves principalement au chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. Mais d’autres pointent plutôt le Hezbollah et reprochent au président de la République, Michel Aoun, d’assurer au parti chiite une légitimité chrétienne, voire étatique.

C’est ce point de vue que présente à L’Orient-Le Jour Farès Souhaid, président du Rassemblement de Saydet el-Jabal et ancien député de Jbeil, connu pour sa farouche opposition tant au parti chiite qu’au pouvoir en place. « Michel Aoun se comporte comme un parfait allié du Hezbollah, dans la mesure où il assure à ce parti les garanties qu’il demande », souligne M. Souhaid, avant d’en conclure qu’il « n’est donc pas le président de tous les Libanais ». Commentant les accusations lancées contre Gebran Bassil d’entrave à la mise sur pied de l’équipe ministérielle, l’ancien député estime que le chef du CPL « fait le bonheur de tout le monde ». « Tous les protagonistes lui font des cadeaux. Le Premier ministre avait déclaré qu’il était son allié. Une façon pour lui d’éviter de se rapprocher du Hezbollah. Quant au leader des FL, Samir Geagea, il profite de l’opposition à laquelle se heurte le ministre des Affaires étrangères dans les milieux chrétiens pour renforcer son poids populaire », analyse-t-il. « Le Hezbollah a, lui aussi, besoin de M. Bassil pour exécuter un agenda iranien sans être en confrontation directe avec le Premier ministre. »


(Lire aussi : Entre Aoun et Hariri, les choses se compliquent à nouveau)


Dimension régionale
C’est à partir de ce constat que Farès Souhaid place les tractations gouvernementales dans un contexte régional plus large. Selon lui, « nous sommes confrontés à un obstacle majeur : il s’agit de l’agenda que la République islamique voudrait exécuter au Liban, après avoir obtenu ce que l’on pourrait appeler “deux polices d’assurances” : l’accession de Michel Aoun à la présidence de la République et une loi électorale qui lui a donné une victoire quasi totale lors des législatives du 6 mai dernier ». « L’Iran recherche donc une troisième police. C’est-à dire un gouvernement libanais qui défendrait ses intérêts », poursuit-il, rappelant que « Téhéran considère que la situation régionale lui est favorable. Il en veut pour preuve le maintien au pouvoir (du président syrien) Bachar el-Assad et sa position forte en Irak. Il voudrait donc consolider ses gains au moyen d’un cabinet qui lui serait favorable au Liban. » M. Souhaid semble toutefois conscient que Saad Hariri ne formera pas un tel cabinet. « Le Premier ministre désigné ne peut pas mettre sur pied un tel gouvernement parce que la communauté internationale a envoyé des messages clairs : Le Liban ne bénéficierait pas, dans ce cas, des aides approuvées lors des récentes conférences internationales (Rome le 15 mars, Paris le 6 avril et Bruxelles le 25 avril) », souligne le président de Saydet el-Jabal, notant, toutefois, que « la résistance politique a des limites dans un pays comme le Liban, qui risque de devenir un champ de bataille entre l’Iran et l’administration Trump ».



Lire aussi

Bassil à Aïn el-Tiné pour la première fois depuis sa dispute avec Berry

Souhaid vers la formation d’un nouveau courant politique ?

Gouvernement : Berry s’invite à nouveau dans la partie

Gouvernement : tout dépendra de la rencontre Hariri-Bassil...

Hariri et Bassil attendent « une nouvelle donne »





À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PERE DE FAMILLE... OU BEAU PERE ?

Pierre Hadjigeorgiou

"le Liban ... risque de devenir un champ de bataille entre l’Iran et l’administration Trump ». Il ne le risque pas ou plus, il est en plein champ de bataille. Marquez mes mots: "Reagan nous a sorti de la main mise Palestinienne, Bush de l'occupation Syrienne, Trump sortira le Liban de la grippe Iranienne. Le comment du pourquoi est une autre histoire, mais les événements régionaux portent a croire que tous les éléments présents nous dirigent vers une telle conclusion. Les sanctions que le Hezbollah a cru pouvoir balancer d'un revers de la main sont de jour en jour plus intenses mettant l’économie du pays a genou. La même chose se passe en Iran qui elle n'en peut plus et aucune autre puissance ne peut arrêter cela. Ni Poutine, ni la Chine ni personne... Il finiront a genou... Le Liban reste important pour l'avenir des réserves de gaz offshores et jamais les puissances mondiales n'accepteront que celles-ci restent entre les mains de voyous ou de corrompus quitte a détruire tout, tout autour, et reconstruire par après... Une fois de plus marquez mes mots...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué