Fransabank : des liens privilégiés avec les institutions financières internationals

Entretien avec le président-directeur général du groupe Fransabank, Adnane Kassar.

OLJ
31/07/2018

Le Groupe Fransabank a été choisi comme membre fondateur de l’Association interbancaire entre la Chine et les pays arabes. L’annonce a été rendue publique par le président chinois Xi Jinping. De quoi s’agit-il exactement ?

Le Groupe Fransabank a été choisi comme membre fondateur de l’Association interbancaire Chine-pays arabes, lancée le 12 juillet à Pékin et pilotée par la China Development Bank, première banque mondiale de développement. Les banques membres ont été sélectionnées en fonction de leur performance commerciale, de leur influence sur les marchés financiers, et nous sommes fiers d’avoir été choisis comme seule banque libanaise dans cette association, qui sera dotée d’un fonds de trois milliards de dollars pour la coopération financière sino-arabe et bénéficiera d’un prêt de 10 milliards de dollars pour la reconstruction et la revitalisation industrielle. C’est pour nous un nouveau chapitre de coopération avec la China Development Bank, qui nous permettra de financer conjointement des projets-clés dans notre région et d’attirer les investissements et les financements nécessaires sur nos marchés.

Comment évaluez-vous les résultats financiers de votre banque en 2017 et au cours des six premiers mois de 2018 ?

En dépit des difficultés politico-économiques qui persistent au Liban et dans la région, le groupe Fransabank a continué de développer ses activités et de réaliser des performances satisfaisantes. Nous avons clôturé l’exercice 2017 avec un profit net de 180 millions de dollars et nous projetons pour 2018 de bons résultats. Comme les perspectives de croissance économique au Liban sont intimement liées à l’évolution de la conjoncture politique dans le pays, nous espérons un consensus rapide à ce niveau et que nous souhaitons durable.

Quels sont les principaux défis auxquels le secteur bancaire doit faire face dans le contexte actuel ?

La modernisation des systèmes bancaires est à nos yeux l’un des défis majeurs du secteur bancaire, tant au Liban qu’à l’étranger. La banque du futur est en marche et notre secteur s’applique à accompagner les changements structurels, technologiques et en ressources humaines que cette modernisation implique. Cela suppose des investissements lourds et des formations intensives pour améliorer et mettre à niveau les qualifications professionnelles, mais qui contribueront à définir les futurs acteurs du marché.

Le second défi majeur est la mise en application depuis début 2018 du standard international IFRS 9 qui impose une nouvelle approche pour les risques dans les banques. Fransabank, quant à elle, se conforme aux normes et répond déjà à ces exigences.

Quels sont les produits que vous avez récemment lancés ? Quels sont les secteurs qui ont contribué à la réussite de votre banque ?

Fransabank est une banque universelle offrant une panoplie complète de produits et services à une clientèle de détail aussi bien qu’aux petites, moyennes et grandes entreprises.

Les consommateurs ont toujours besoin d’acquérir des biens et de souscrire à des produits de bancassurance. Nous proposons des produits flexibles dans l’échelonnement des remboursements ainsi que des taux d’intérêt préférentiels de façon à satisfaire les attentes de nos clients tout en évitant leur surendettement.

Depuis 2012, nous misons aussi sur les énergies durables et avons été les premiers à nous préoccuper de la préservation de l’environnement dans lequel nous vivons. Nous sommes pionniers dans le financement de projets verts – SEF (Sustainable Energy Finance) – dans tous les secteurs : agriculture, industrie, bâtiment, éducation, santé, tourisme, etc. Nous avons lancé avec succès en avril 2018 les premières obligations vertes (Green Bonds) qui renforceront davantage notre position pionnière dans ce secteur. Ces trois dernières années, nous avons financé des projets d’efficacité énergétique, d’énergies renouvelables et de bâtiments verts pour une valeur de totale de plus de 110 millions de dollars. Nos clients privés et institutionnels ont non seulement réduit leurs factures énergétiques, mais également réduit les émissions de gaz à effet de serre.

Enfin, nous développons nos services bancaires électroniques pour inclure les fonctionnalités les plus à la pointe de la technologie. Par ailleurs, en collaboration avec MasterCard, Fransabank lance la première carte bancaire biométrique au Liban et dans la région du Levant. Elle remplacera le code PIN par l’empreinte digitale et sera alors l’unique carte impossible à frauder pour garantir à nos clients une sécurité ultime.


Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué