Ligne bleue

La Finul dément tout empiétement sur le territoire libanais de la part d’Israël

Des soldats israéliens patrouillant le long de la Ligne bleue, à hauteur de Kfar Kila, le 9 mai 2018. Photo d'archives Reuters

Les travaux effectués par Israël pour la construction d’un mur de séparation en béton sur la ligne bleue entre le Liban et Israël ont suscité des remous au plan local au cours des dernières vingt-quatre heures. Des sources libanaises ont en effet affirmé hier que ces travaux empiétaient sur le territoire libanais au niveau de la porte de Fatmé, face aux localités de Kfarkila et Adaïssé (caza de Marjeyoun), où l’armée israélienne a entrepris le creusement de deux tranchées. Les sources précitées ont rapporté que ces travaux se sont étendus sur une profondeur de cinq mètres à partir de la ligne bleue, grignotant donc une partie des sept mètres auxquels le Liban a droit depuis la cloison technique. L’armée libanaise a demandé dans ce cadre à la Force intérimaire des Nations unies pour le Liban (Finul) et à l’équipe d’observateurs positionnés dans la région d’enjoindre à l’armée israélienne de cesser ces travaux d’excavation sur la frontière entre les deux pays.


(Pour mémoire : La mission du Liban à l’ONU célèbre le 40e anniversaire de la Finul)


En fin de journée, le porte-parole officiel de la Finul, Andrea Tenenti, a démenti qu’il y ait eu empiétement sur le territoire libanais de la part d’Israël le long de la ligne bleue. M. Tenenti a assuré à ce propos que « la Finul est présente sur le terrain pour prévenir toute violation du sud de la ligne bleue », soulignant que la force internationale « coordonne étroitement avec les différentes parties pour trouver une solution (concernant la construction d’un mur frontalier par Israël), de manière à empêcher tout malentendu et réduire les tensions».
Sur fond de haute tension dans la région, on notait hier de part et d’autre de la frontière une forte mobilisation de l’armée libanaise et des forces israéliennes. Le ministère de la Défense, de son côté, était hier en contact permanent avec les éléments de l’armée qui avaient repéré les travaux de tranchée à la frontière, veillant à se tenir au fait de tout développement nouveau sur le terrain en vue de prendre les mesures appropriées pour empêcher le dépassement de la ligne bleue.


Pour mémoire
Réunion tripartite Finul-armée-Israël à Naqoura    

Aoun : Le Liban remettra sur le tapis les 13 points litigieux de la ligne bleue

Israël poursuit la construction de son mur à la frontière avec le Liban


Les travaux effectués par Israël pour la construction d’un mur de séparation en béton sur la ligne bleue entre le Liban et Israël ont suscité des remous au plan local au cours des dernières vingt-quatre heures. Des sources libanaises ont en effet affirmé hier que ces travaux empiétaient sur le territoire libanais au niveau de la porte de Fatmé, face aux localités de Kfarkila et...

commentaires (3)

Et maintenant où on va....

Eleni Caridopoulou

13 h 10, le 31 juillet 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Et maintenant où on va....

    Eleni Caridopoulou

    13 h 10, le 31 juillet 2018

  • LA DACTYLO des annees 50-60 etait accussee de tous les maux. LA DACTYLO du 21e siecle fait bien pire car generee par n'importe qui , n'importe quand, a zero cout de distribution vers le monde entier au besoin. "reseaux sociaux" obligent.

    gaby sioufi

    09 h 51, le 31 juillet 2018

  • ET MAINTENANT... QU,EN FAIT-ON ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 58, le 31 juillet 2018