X

À La Une

L'EI enlève une trentaine de femmes et d'enfants à Soueida

syrie

Le groupe jihadiste n'a pas mentionné cet enlèvement sur ses plateformes de communication habituelles.

OLJ/AFP
30/07/2018

L'organisation Etat islamique (EI) a enlevé une trentaine de femmes et d'enfants de la minorité druze en Syrie, lors d'un assaut sanglant mené la semaine dernière dans la province méridionale de Soueida, a indiqué lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le 25 juillet, l'EI a lancé une série d'attaques coordonnées notamment dans le chef-lieu de la province qui ont fait plus de 250 morts, l'un des bilans les plus lourds depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, selon l'Observatoire.

En se retirant après les attaques, les jihadistes ont kidnappé "36 femmes et enfants", a indiqué l'OSDH, qui comme le site d'information local Soueida24 fait état de 20 femmes et 16 enfants enlevés. Toutefois seuls 30 femmes et enfants sont toujours détenus par l'EI, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Quatre femmes ont réussi à prendre la fuite, et deux sont mortes, l'une tuée par balles, l'autre, probablement d'épuisement".

Selon Soueida24, les femmes et enfants ont été pris en otage dans le village de Chabké, aux portes du désert dans l'est de la province de Soueida. Ils ont été emmenés dans les régions désertiques aux limites Nord-Est de la province, où l'EI est toujours présent, a indiqué une source locale.

La province de Soueida, largement contrôlée par le régime de Bachar el-Assad et jusque-là relativement épargnée par le conflit en Syrie, est dominée par la minorité druze.


(Lire aussi : La minorité druze syrienne en proie au terrorisme et à l’instrumentalisation)


Négociations
Des négociations, impliquant des dignitaires religieux de la communauté druze -qui pratique une religion ésotérique issue d'un courant minoritaire de l'islam chiite-, sont en cours pour obtenir la libération des kidnappés aux mains de l'EI, ont indiqué à l'AFP des sources locales.

"L'EI communique par téléphone avec les familles des femmes kidnappées, il leur envoie des photos et des vidéos", a indiqué à l'AFP le journaliste Nour Radwan, qui dirige Soueida24. Les jihadistes réclament la libération par le régime de détenus affiliés à l'EI, des hommes et des femmes, mais aussi l'arrêt de l'offensive du régime contre un groupe lié à l'EI dans la province de Deraa, selon M. Radwan.

Soueida24 a publié une vidéo présentée comme montrant une otage, réclamant des concessions du régime.  L'AFP n'était pas en mesure d'authentifier la vidéo mais des habitants contactés par l'AFP ont confirmé que les images sont effectivement celles d'une des personnes enlevées. L'EI n'a pas mentionné cet enlèvement ni diffusé de vidéos sur ses plateformes de communication habituelles.

Outre les femmes et enfants enlevés, "17 hommes de la région sont toujours portés disparus", a indiqué M. Abdel Rahmane.




Exactions

"Un jeune homme de Chabké a perdu son père et son frère dans les attaques. Sa mère était portée disparue, il l'a retrouvé il y a deux jours près du village. Ses cousines font partie des kidnappées", témoigne Noura al-Bacha, une militante de Soueida.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes pans de territoire en Syrie et en Irak voisin, l'EI a été chassé de tous les centres urbains dans ces deux pays, où il a commis de terribles exactions. En Syrie, l'organisation conserve quelques secteurs (moins de 3% du territoire) mais parvient à mener des attentats meurtriers.

En février 2015, les jihadistes ont kidnappé plus de 220 chrétiens assyriens dans la région de Tall Tamer, dans le nord-est syrien, avant de les relâcher en plusieurs étapes, selon l'OSDH. Et en Irak, des milliers de femmes et d'adolescentes, en particulier de la minorité yazidie, ont subi des abus horribles de la part de l'EI -viols, enlèvements et esclavage- selon l'ONU.

Toujours dans le sud de la Syrie, les forces du régime ont poursuivi dans la province de Deraa leur progression dans le dernier réduit contrôlé par un groupe lié à l'EI.  Elles ont conquis lundi un village jihadiste, selon l'agence officielle Sana. Plus que trois localités restent aux mains de l'EI, selon l'OSDH.  Huit civils, dont cinq femmes, ont été tués lundi dans des raids aériens visant le secteur sous contrôle jihadiste, a en outre indiqué l'Observatoire, sans pouvoir préciser s'il s'agissait de frappes du régime ou de son allié russe.

Le pouvoir a depuis la mi-juin réussi à reconquérir l'immense majorité des provinces de Deraa et de Qouneitra dans le Sud, à la faveur de bombardements meurtriers et d'accords de capitulation imposés aux rebelles. La guerre complexe en Syrie a fait plus de 350.000 morts.



Lire aussi
Le Hezbollah dénonce le carnage de Soueida, pointe du doigt les Etats-Unis

Joumblatt : Le régime syrien veut faire des druzes de la chair à canon

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUT EN FINIR AVEC L,E.I. !

aliosha

M. Joumblat ayant une reponse et des justifications a tout , voyons voire son commentaire a cette tragedie . Probablement c'est des combattants de boko haram payés par Bachar.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants