X

Liban

Le tollé s’accentue autour de la réglementation de la chasse au Liban

Environnement

Les associations écologiques, qui ont dénoncé un allongement de la saison de chasse et l’ajout de nouvelles espèces sur la liste des espèces pouvant être chassées, comptent envoyer leur argumentation au ministre de l’Environnement.

17/07/2018

Le tollé autour d’une recommandation du Conseil supérieur de la chasse sur un allongement de la saison de chasse cette année par rapport à l’année dernière aura fait son effet. Suite à un communiqué signé par 120 associations de protection de l’environnement, qui avaient haussé le ton au sujet de cette recommandation (voir L’OLJ du 16 juillet), le ministre de l’Environnement Tarek el-Khatib, qui est également président du Comité supérieur de la chasse, a tenu une conférence de presse pour assurer que « cette recommandation a été faite au conseil mais que la décision n’a pas encore été prise ». « Si les arguments des environnementalistes sont convaincants, je suis prêt à rouvrir le débat », a-t-il ajouté.

Cette recommandation avait été soulevée au conseil jeudi au cours d’une réunion de ce dernier. Le communiqué envoyé par les associations en week-end s’insurgeait particulièrement contre la recommandation « d’ouvrir la chasse à la mi-août 2018 au lieu de fin septembre et de retarder sa clôture jusqu’à fin février 2019 au lieu de fin janvier », soit non moins de 60 jours supplémentaires. Et ce n’est pas tout : le conseil « a modifié la liste des espèces, gibier à plumes et mammifères, qu’il est permis de chasser », y incluant des espèces menacées et bénéfiques pour la protection de la biodiversité et de l’agriculture.

Hier, donc, le ministre de l’Environnement a précisé que « le Conseil supérieur de la chasse transmet des recommandations au ministre qui décide, ou pas, d’ouvrir la saison de chasse ». Il a insisté sur le fait que la réunion du jeudi dernier n’avait pas abouti à une décision. « Nous avons eu vent de la contestation d’associations écologiques (…) dont nous respectons l’opinion, a-t-il poursuivi. Voilà pourquoi j’ai décidé de m’adresser aux associations par médias interposés, afin de leur demander de me présenter, par écrit et dans un délai de trois à quatre jours, leurs éventuels arguments. Je suis prêt à les soumettre au conseil. »

Interrogé plus particulièrement sur les espèces de becfigues qui ne se nourrissent que de fruits saisonniers et qui n’étaient pas présentes sur la liste des espèces pouvant être chassées l’année dernière, M. Khatib a indiqué que « cet oiseau n’est pas résident », ajoutant que « la recommandation de sa réintroduction sur la liste des proies a fait suite à des protestations l’an dernier ». « Que ceux qui s’insurgent contre cela nous présentent des arguments scientifiques, et nous les discuterons, nous ne sommes pas fermés au dialogue », a-t-il insisté.

Par ailleurs, en réponse à une question sur l’influence des marchands d’armes et de munitions de chasse, le ministre a formellement démenti qu’ils aient quelque chose à voir là-dedans, réitérant, comme il l’avait fait à L’OLJ la veille, que « l’application de la loi sur la chasse durant la saison précédente n’était pas parfaite », soulignant que « les marchands d’armes n’ont de toute façon jamais arrêté de vendre leur marchandise ». Il a enfin suggéré que « les représentants des environnementalistes ont émis des réserves sur la rallonge de la saison de chasse et pas sur l’ajout d’espèces à la liste des proies ».


(Lire aussi : Les écologistes montent au créneau après une décision d’allonger la saison de chasse au Liban)


Une « volonté de modifier la décision » ?
Or des sources ayant requis l’anonymat assurent que les représentants d’environnementalistes ont émis des réserves sur les deux points. Interrogé par L’Orient-Le Jour sur la présence des environnementalistes dans le conseil, Assaad Serhal, directeur de la Société de protection de la nature au Liban (SPNL), rappelle notamment que l’ornithologue Ghassan Jaradi en fait partie et qu’il représente le Conseil national de la recherche scientifique, sans compter un représentant des associations. « Il était en voyage et le demeure, mais il avait donné un avis défavorable par écrit », souligne-t-il. M. Jaradi avait déclaré la veille à L’OLJ que le conseil « n’a pas pris en considération les avis scientifiques ».

L’argument qu’avance Assaad Serhal est sans appel. « Si on réintroduit les petits oiseaux insectivores dans la liste des espèces pouvant être chassées, c’est un immense pas en arrière, affirme-t-il. La loi a précisé que les proies se limitent à 14 espèces d’oiseaux et deux espèces de mammifères, et cela est fondé sur des arguments scientifiques. Les petits oiseaux insectivores, dont il existe d’innombrables espèces et non pas une seule, n’en font pas partie en raison de leur importance pour la biodiversité, d’autant plus qu’ils sont très difficiles à identifier. »

À une question sur ce qu’il pense de l’issue de cette affaire, M. Serhal indique avoir décelé dans la conférence de presse tenue par le ministre une volonté de modifier cette décision concernant l’ouverture de la chasse, ce qui est « positif ». « Nous sommes prêts à fournir un avis scientifique, poursuit-il. Nous préparons actuellement le document muni de notre argumentation, que nous enverrons au ministre dans les délais. Et nous avons demandé un rendez-vous dans le courant de cette semaine. »


(Lire aussi : Les abus de la chasse, inégalement réprimés sur le territoire libanais)


Une chasse « sans aucune éthique »
Pour Fouad Nassif, responsable de la communication au Conseil national de la chasse (également représenté au sein du Conseil supérieur de la chasse), l’introduction des becfigues et passereaux dans la liste des espèces pouvant être chassées est inadmissible. « Le représentant du Conseil national est arrivé en retard à cette réunion du jeudi, sinon il aurait voté contre cette décision, affirme-t-il à L’OLJ. Nous demandons la tenue d’une nouvelle réunion et un nouveau vote. Mais ce que je peux vous dire, c’est que cette recommandation votée ce jour-là était arrivée dans un papier imprimé d’avance. » Celui qui est lui-même un chasseur expérimenté pense que « l’impulsion vient des marchands d’armes et de munitions ». Il rappelle que les becfigues et passereaux sont des oiseaux insectivores très bénéfiques, et qu’ils sont généralement chassés sur les arbres et non en vol. « Les abattre n’est même pas du sport, c’est une chasse sans aucune éthique, d’autant plus qu’on finit par truffer les arbres de plomb », ajoute-t-il.

Par contre, M. Nassif se dit favorable à l’ouverture de la chasse à la mi-août, soulignant que c’est la seule saison à laquelle on peut cibler un oiseau particulier, la sarcelle d’été, ainsi que du gibier. « Cela n’aura pas d’incidence sur les espèces tant que la chasse est réglementée, et je peux vous dire qu’elle l’est puisqu’elle est interrompue depuis la clôture de la chasse cette année, ce qu’on peut mesurer par l’arrêt de la vente de munitions », affirme-t-il. Comment y croire lorsque le ministre lui-même confirme que l’application de la loi est, pour le moins, lacunaire ?



Lire aussi

Les buses, victimes inutiles d’une barbarie injustifiée

Chasse au Liban : Pour une loi « réellement » appliquée par tous les acteurs

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

Les Libanais, au point où en est l'assassinat de la nature au Liban, se doivent d'INTERDIRE LA CHASSE UNE FOIS POUR TOUTE ! Toute autre alternative ne peut et ne doit être considérée !

Neuschwander Joël

Grande émotion pour moi aujourd'hui, avec votre sujet sur la chasse au Liban et en particulier celle des oiseaux. Comme "Faucon Pélerin" j'avais lu le livre de Rachel Carlson en 1965 ou 66. J'étais déjà féru d'ornithologie et de sciences de la nature, mais quand je suis arrivé auu Liban au premier printemps 1968, j'ai été émerveillé.
Ce n'est (si mes souvenirs sont exacts) qu'en 1971,que j'ai fait une rencontre déterminante en la personne du Professeur Georges Tohmé.Je lui suis reconnaissant à jamais, cet homme m'a donné de réaliser un rêve d'enfance, m'a donné un espace de travail et des moyens pour contribuer à ses propres recherches ainsi qu'à celles de son épouse, et renforcer son équipe pluridisciplinaire. Rejointe par un jeune dîplômé, Ghassan Jaradi que votre article mentionne. Perdu de vue, hélas, mais que j'ai estimé en frère, véritablement.
Le but était de faire enfin un point d'expertise sur l'état de la nature au Liban, du nord au sud et d'est en ouest. Grâce à Georges Tohmé,à la Faculté des sciences de l'Université Libanaise, au CNRS, et à la Fondation Ford, nous avons eu les moyens de débuter les investigations qu'il conviendrait de reprendre et de faire aboutir maintenant! L'état biologique de la nature exige l'urgence.Au Liban comme ailleurs,mais au moins autant qu'ailleurs.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,OISEAU SUR LA PHOTO EST UN FESTEYKÉ... TRES PETIT EN ARABE... S,IL RECOIT UN COUP DE FUSIL QU,EST-CE QU,IL EN RESTE... ET POURTANT LUI ET DE PLUS PETITS AUSSI SONT TIRÉS IMPITOYABLEMENT ! IL EN FAUT UNE DIZAINE POUR FAIRE PEUT-ETRE UNE BOUCHÉE... ARRETEZ LEUR CARNAGE !

Le Faucon Pèlerin

Résumé : Mao Tsé-Tung, entre 1958 et 1960, avait ordonné l'extermination des moineaux... conséquences, libérés de leurs prédateurs, les insectes se mettent à polluler et à ravager les récoltes. La Grande Famine s'abat sur la Chine et plus de 30 millions de Chinois meurent de faim.
Laissons donc nos petits passereaux voler en paix.
Le rouge-gorge, l'ami du cultivateur, n'a jamais fait du mal à personne, ni d'ailleurs la fauvette à tête noire.

Le Faucon Pèlerin

Offrons urgemment à Tarek el-Khatib, ministre de l'Environnement, le livre "Printemps silencieux" de Rachel Carson, version française parue chez Plon - Paris en 1963 ou la version originale américaine "Silent Spring" paru aux éditions Houghton Mifflin -Boston en 1962.
Ce livre est le beau témoignage pour la protection des passereaux.

Irene Said

"...si les arguments des environnementalistes sont convaincants, je suis prêt à rouvrir le débat..."
Un débat qui va trainer en longueur, comme toujours, et pendant ce temps les Libanais-chasseurs, indisciplinés et qui s'enfoutent de l'environnement, continueront tranquillement d'abattre des petits oiseaux...uniquement pour le plaisir stupide et bestial de les viser et de les voir tomber...

De grâce, renvoyez chez lui en toute urgence ce soi-disant ministre Tarek el-Khatib avant qu'il ne détruise encore plus notre environnement déjà en voie de disparition à cause de son ignorance et de sa lâcheté:
- les montagnes à cause des carrières illégales
- les bords de mer et les cours d'eau pollués par
les déchets
- et maintenant les oiseaux

Monsieur Tarek el-Khatib,
citez-nous un seul autre pays "civilisé" et soucieux de son environnement où l'on chasse les petits oiseaux ???
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

INTERDISEZ LA CHASSE AUX PETITS OISEAUX POUR AU MOINS CINQ ANS SI CE N,EST TOUTE LA CHASSE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban et les spéculations sur l’avenir des relations syro-iraniennes

Un peu plus de Médéa AZOURI

« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir »

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué