Chasse

Chasse au Liban : Pour une loi « réellement » appliquée par tous les acteurs

Afin d'accompagner l'ouverture de la chasse cette saison (depuis le 15 septembre), et pour la première fois en vingt ans, la Coalition libanaise pour la conservation des oiseaux (LBCC) a publié un communiqué au ton peu complaisant, appelant à une application stricte de la loi.
« Les chasseurs devront obéir à toutes les dispositions de la loi, souligne le texte. Et les chasseurs qui ont toujours pratiqué cette activité dans les normes devraient se joindre au combat contre les braconniers, les tireurs et les piégeurs. »
La coalition dénonce par ailleurs la vente d'oiseaux à consommer, que ce soit dans le commerce ou dans les restaurants, ce qui constitue une motivation pour en tirer davantage dans la nature, toutes espèces confondues. Voilà pourquoi elle demande « au secteur privé de s'engager à arrêter de vendre des oiseaux vivants ou cuisinés, des pièges, des filets (pour attraper des oiseaux en plein vol), des machines imitant les sons (pour les attirer, ce qui ne leur laisse aucune chance face au tireur) ainsi que tout autre équipement de chasse illégale ».
Du point de vue sensibilisation du public, la LBCC préconise que toute personne se sente concernée pour rapporter les abus qu'elle constate. Le plus important reste, cependant, que « les autorités compétentes agissent suivant les rapports qu'elles reçoivent ». De plus, la coalition demande aux chefs religieux et communautaires, particulièrement influents, de « servir d'exemple en ayant recours aux enseignements religieux pour combattre ces crimes contre la Création ».
Le communiqué note l'effet positif de l'engagement pris par le président de la République Michel Aoun en vue de protéger les espèces d'oiseaux en danger, notamment les oiseaux migrateurs. Mais le comité rappelle également les effets dévastateurs sur la réputation du Liban des véritables carnages contre les oiseaux migrateurs ces dernières années. « Afin de renforcer les engagements pris par le président, nous appelons le gouvernement libanais à accélérer le processus de signature complète de la Convention sur la conservation des espèces migratrices (CMS) », conclut le texte.


Afin d'accompagner l'ouverture de la chasse cette saison (depuis le 15 septembre), et pour la première fois en vingt ans, la Coalition libanaise pour la conservation des oiseaux (LBCC) a publié un communiqué au ton peu complaisant, appelant à une application stricte de la loi.
« Les chasseurs devront obéir à toutes les dispositions de la loi, souligne le texte. Et les chasseurs...

commentaires (2)

DE LA RIGOLADE ! COMMENCEZ PAR APPLIQUER SEVEREMENT ... DE L,IMPROBABLE... LES LOIS CONTRE LE MASSACRE... DE MASSACRE ET NON DE CHASSE IL EN EST QUESTION... DES PASSEREAUX ET AUTRES ESPECES D,OISEAUX DANS UN PAYS OU CHACUN MASSACRE A SA GUISE... JE VOUS DIS QU,ON TIRE MEME LES PAPILLONS ET JE NE RIGOLE PAS DU TOUT !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

10 h 51, le 23 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • DE LA RIGOLADE ! COMMENCEZ PAR APPLIQUER SEVEREMENT ... DE L,IMPROBABLE... LES LOIS CONTRE LE MASSACRE... DE MASSACRE ET NON DE CHASSE IL EN EST QUESTION... DES PASSEREAUX ET AUTRES ESPECES D,OISEAUX DANS UN PAYS OU CHACUN MASSACRE A SA GUISE... JE VOUS DIS QU,ON TIRE MEME LES PAPILLONS ET JE NE RIGOLE PAS DU TOUT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 51, le 23 septembre 2017

  • Encore une fois, je veux souligner que, dans la Qadicha, censée être protégée, tous les jours, des chasseurs tirent sur tout ce qui vole (passereaux, mais aussi chouettes,et même chauve-souris!). Et ce , à 100 m d'un poste de gendarmes et gardes forestiers, sourds et aveugles.

    Yves Prevost

    06 h 42, le 23 septembre 2017