X

À La Une

Le Yémen proteste auprès du Liban contre le soutien du Hezbollah aux houthis, selon al-Arabiya

conflit

"Nous nous réservons le droit d'évoquer cette question au sein de la Ligue arabe, de l'Organisation de la conférence islamique, et au sein du Conseil de sécurité des Nations unies", a prévenu le ministre yéménite des AE.

OLJ
11/07/2018

Le Yémen a adressé une lettre de protestation au Liban contre le soutien du Hezbollah aux rebelles houthis soutenus par l'Iran, rapporte mercredi la chaîne d'informations al-Arabiya sur son site internet.

Selon la chaîne, le chef de la diplomatie yéménite, Khaled Yamani, a adressé une lettre à son homologue libanais, Gebran Bassil, dans laquelle il proteste fermement et appelle le gouvernement libanais à "freiner les milices affiliées à l'Iran (...) par respect au principe de distanciation" du Liban par rapport aux conflits régionaux.
"Nous nous réservons le droit d'évoquer cette question au sein de la Ligue arabe, de l'Organisation de la conférence islamique, et au sein du Conseil de sécurité des Nations unies", a prévenu le ministre yéménite des Affaires étrangères.

Al-Arabiya rapporte enfin que M. Yamani a estimé que "l'incitation du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à combattre les forces légales (yéménites), est une ingérence flagrante dans les affaires du Yémen".

La coalition qui intervient contre les rebelles au Yémen sous la conduite de l'Arabie saoudite avait affirmé le 26 juin avoir tué lors d'une opération huit membres du Hezbollah, dont un commandant. Pour la coalition, il s'agissait de la première annonce de pertes significatives infligées à des éléments du Hezbollah et de leur implication directe sur le terrain dans le conflit yéménite.

Une information démentie par Hassan Nasrallah lors d'un discours prononcé le 29 juin. Hassan Nasrallah avait toutefois fait planer le doute sur la présence au Yémen de son parti, alors que par le passé il avait nié l'envoi d'armes ou de combattants dans ce pays en guerre. "Que nous soyons présents ou pas, je nie formellement cette information selon laquelle il y a des martyrs du Hezbollah au Yémen, ni ces derniers jours ni ces dernières années", avait lancé le chef du parti chiite. "Pour des raisons et des intérêts particuliers, nous ne disons pas pour le moment si nous avons une présence au Yémen, ou si nous n'en avons pas", avait-il ajouté.

Par le passé, la coalition a maintes fois accusé l'Iran et le Hezbollah de soutenir les rebelles chiites houthis qui contrôlent la capitale Sanaa et une bonne partie du nord du pays. L'Iran a toujours démenti fournir des armes aux houthis sans nier son soutien politique aux rebelles.



Pour mémoire
Washington promet de "traquer les agents iraniens et leurs supplétifs du Hezbollah pour les écraser"

Abdel Malek al-Houthi : En cas de guerre avec Israël, nous enverrons nos hommes aux côtés du Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Le Hezbollah va s’en mordre les doigts un Jour ou l’autre quand il comprendra qu’il est totalement instrumentalisé par l’iran , qui ne pense qu’à elle et à elle seule et se contrefiche des peuples qu’elle déstabilise . Il faut avoir à l’esprit l’adage oh combien logique et issu du bon sens : «  charité bien ordonnée commence par soi-même ».
Ou Penses à ton pays et à lui seul!

Jack Gardner


La fourberie Perse gagne du terrain...via le Hezbollah au Liban...on en est tous victimes, en premiers leur alliée-sous fifres Libanais.

Irene Said

Quelques questions à
Monsieur Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah

1) jusqu'à quand allez-vous mettre en danger le Liban et son peuple ?

2) de quel droit participez-vous à des guerres à des milliers de km du Liban ?

3) qui vous donne le droit de vouloir instaurer chez nous la suite du couloir chiite IRAN-IRAK-SYRIE-LIBAN
sachant très bien que le Liban n'est pas un pays
uniquement chiite, mais aussi sunnite,druze et
chrétien ?

4) si vous tenez tellement à vivre dans un pays gouverné totalement par vos théories et lois chiites, pourquoi ne partez-vous pas simplement vivre en Iran, et de cette façon vous nous laisserez vivre en paix, selon notre façon libanaise ?

Monsieur Gebran Bassil, ministre des affaires étrangères du Liban

1) jusqu'à quand allez-vous laisser faire ce qu'il veut chez nous le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, sachant exactement qu'il agit uniquement sur ordres de Téhéran ?

2) êtes-vous le ministre des affaires étrangères du Liban, ou le complice de Hassan Nasrallah ?

3) ne pensez-vous pas que la réputation et l'honneur du pays que vous représentez internationalement, le Liban, devrait primer sur toutes autres considérations ?
Irène Saïd

Le Faucon Pèlerin

L'Etat du Liban n'a rien à voir avec l'activité du Hezbollah en dehors du territoire libanais. La protestation yéménite devrait être adressée à l'Etat iranien auquel le Hezbollah porte allégeance et d'où il reçoit les ordres. CQFD

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DISTANCIATION BAFOUEE MILLE FOIS GENDRISSIMEMENT AU VU ET AU SU DES HAUTES SPHERES QUI LA CHANTE SANS INTERRUPTION !

FAKHOURI

Le Yemen n'aura pas de réponse à sa protestation. C'est le Hezbollah qui gouverne au Liban
à classer sans suite
et ce n'est certainement pas Bassil Ministre des AE qui formulera une réponse......

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué