Worldcup

COUPE DU MONDE DE LA FIFA 2018 RUSSIE

X

Sport

Kanté et Modric, les rois du milieu

Football / Mondial – Portraits croisés
10/07/2018 | 00h00

L’un est, pour l’instant, le meilleur joueur de cette Coupe du monde. L’autre est, sans doute, le plus agréable à regarder jouer. Aussi indispensable l’un que l’autre pour leurs équipes respectives, N’Golo Kanté et Luka Modric sont en train de faire de ce Mondial leur chose, à l’ombre des grandes stars nettement plus médiatisées.

Malgré leur petite taille (1,67 m pour Kanté, 1,72 m pour Modric), les deux joueurs règnent sur le milieu de terrain avec élégance, combativité et générosité. Ils font la différence, avec ou sans le ballon, par leur justesse et leur intelligence de jeu.

Surnommé le Mozart croate, Modric est l’un des trois meilleurs milieux de terrain de ces dix dernières années. Il donne le tempo, dicte et oriente le jeu de son équipe, abat un travail défensif conséquent et sait se montrer décisif dans les moments-clés. Le milieu du Real est une parfaite synthèse entre le football de papa et celui d’aujourd’hui. C’est un chef d’orchestre capable de s’adapter à la rapidité du football moderne sans pour autant perdre ce raffinement et cette vista que possédaient les plus grands 10 de l’histoire. Une seule de ses passes de l’extérieur du pied peut suffire à vous faire tomber amoureux de lui. Mais regarder Modric caresser le ballon comme on tourne les pages d’un livre n’est pas seulement un régal pour les yeux. C’est aussi un cours accéléré de football, qui devrait être enseigné dans toutes les écoles du monde.

L’analyse du jeu de Kanté mériterait elle aussi de devenir un enseignement obligatoire. Le milieu de Chelsea est le joueur que chaque équipe rêverait d’avoir, tant il bonifie et soulage tous ses coéquipiers. Kanté donne l’impression d’être partout. « Il a quinze poumons ! » dit de lui son alter ego au milieu, Paul Pogba. « Avec lui, on a l’impression de jouer à 12 », surenchéri l’attaquant des Bleus Olivier Giroud. L’impression visuelle est trompeuse. Kanté est partout sur le terrain, et a sans aucun doute la VMA d’un marathonien. Mais il ne fait pas partie des joueurs qui courent le plus dans cette Coupe du monde. Kanté fait en moyenne 10 km en 90 minutes, à peu près la même distance qu’un Mesut Özil (oui, vous avez bien lu !) dont on critique la nonchalance, et beaucoup moins que Christian Eriksen (12,5 km en moyenne). C’est son intelligence de placement au moins tout autant que ses performances physiques qui lui permettent de faire croire qu’il possède le don d’ubiquité. Kanté est toujours au bon endroit, fait toujours le bon choix, défend comme si sa vie en dépendait, mais sans (presque) jamais faire de fautes, et se projette avec prudence pour faire la différence en attaque.

Après avoir remporté 4 Ligues des champions en 5 ans avec le Real, Modric est à 180 min (sans prolongations) de décrocher la timbale avec son pays. « J’échangerais tous mes titres avec le Real contre une victoire à la Coupe du monde avec la Croatie », disait-il avant le début de la compétition. Plutôt d’un tempérament timide, « Luka » a pris ses responsabilités durant ce Mondial. Le capitaine des Vatreni a offert un véritable récital lors de la victoire de son équipe contre l’Argentine et a marqué lors des deux séances de tirs au but en huitièmes et en quarts de finale. Il faut le voir, à 33 ans, taper un sprint à la 110e minute du match contre la Russie, après avoir enchaîné les performances avec son club tout au long de l’année, pour se rendre compte de sa détermination. Modric est assoiffé de titre. Le beau ne lui suffit pas. Il doit être consacré par le bon, autrement dit par le goût de la victoire.

Kanté, c’est probablement son coéquipier en club et futur adversaire demain, Eden Hazard, qui en parle le mieux : « C’est le meilleur du monde à son poste. S’il est en forme, son équipe a 95 % de chances de gagner. »

Kanté est peut-être le joueur le plus timide de cette équipe de France. Peut-être aussi le plus attachant, en témoigne la chanson que les supporters des Bleus entonnent pour lui rendre hommage. Ce n’est pas un leader naturel, pas non plus homme à tirer la couverture à lui. Découvert sur le tard – il jouait encore en amateur il y a six ans –, Kanté est très loin de la star-culture qui entoure ses coéquipiers depuis leur plus tendre jeunesse.

Le meilleur intercepteur du tournoi (17) participe pleinement à l’épanouissement de Pogba. Le milieu mancunien semble métamorphosé par le fait de jouer avec Kanté à ses côtés : plus libéré, surtout plus déterminé et plus décisif offensivement comme défensivement. Ensemble, ils forment l’une des deux plus belles paires de milieu de ce Mondial.

L’autre, évidemment, c’est celle que composent Luka Modric et Ivan Rakitic. Les deux paires auront un rôle primordial à jouer lors des demi-finales opposant leurs équipes respectives à la Belgique et à l’Angleterre. Avant de s’affronter, peut-être, en finale et de nous offrir la plus belle guerre du milieu de toute la compétition.


Lire aussi
La génération Messi-Ronaldo tire sa révérence

Quand la Mannschaft perd son football

Ils sont d'origine libanaise et ils participent à la Coupe du monde

Comment se faire passer pour un expert du foot

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué