X

À La Une

Chrétiens d'Orient, de l'inquiétude à l'exil

Repère

Le pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient est passé de 20% avant la Première Guerre mondiale, à 4%, selon le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'union des chrétiens.

OLJ/AFP
08/07/2018

Les chrétiens d'Orient, dont le Pape a dit samedi craindre l'effacement de la présence dans une région où ils sont enracinés depuis les débuts du christianisme, sont des communautés minoritaires, confrontées à des conflits régionaux et à des attaques jihadistes.

Le pourcentage de chrétiens au Moyen-Orient est passé de 20% avant la Première Guerre mondiale, à 4%, selon le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'union des chrétiens.


Liban 

Les chrétiens libanais, essentiellement maronites, sont la deuxième plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient. Le Liban, où le partage du pouvoir est fondé sur des quotas communautaires, est le seul pays de la région à être traditionnellement dirigé par un président chrétien.

Depuis l'indépendance en 1943, le système politique garantit une parité entre musulmans et chrétiens, alors que la communauté chrétienne est devenue minoritaire au fil des décennies. Elle représente aujourd'hui moins de 35% de la population, même si aucune statistique officielle n'est publiée à ce sujet en raison de la sensibilité de la question.


Egypte

Les coptes orthodoxes constituent la communauté chrétienne la plus nombreuse du Moyen-Orient et l'une des plus anciennes.

Ils représentent 10% des plus de 96 millions d'Egyptiens et sont présents dans tout le pays, avec des concentrations plus fortes dans le centre. Ils sont faiblement représentés au gouvernement et se disent marginalisés.

Les coptes sont depuis longtemps la cible de violences, aggravées depuis l'apparition d'organisations jihadistes comme le groupe Etat islamique (EI).

Depuis décembre 2016, plus d'une centaine de personnes sont mortes dans des attaques anti-chrétiennes revendiquées par l'EI.

En avril 2017, les coptes ont été visés lors d'attaques par des kamikazes contre deux églises qui ont fait 45 morts, en pleine célébration du dimanche des Rameaux, conduisant les autorités à déclarer l'Etat d'urgence. Le mois suivant, 28 pèlerins chrétiens se rendant dans un monastère ont été tués dans un attentat contre leur bus.

La communauté copte soutient le président Abdel Fattah al-Sissi, qui a fait du retour de la sécurité sa priorité. 


(Lire aussi : "Aidez-nous chez nous!", l’appel angoissé de l’archevêque grec catholique d’Alep)

Irak

Les chaldéens représentent la majorité des chrétiens d'Irak. 

L'Irak comptait 1,5 million de chrétiens avant la chute de Saddam Hussein en 2003 et depuis la communauté s'est réduite, pour s'établir entre 400.000 et 500.000 personnes, selon le patriarche de l'Eglise catholique chaldéenne, Louis Raphael Sako, nommé cardinal par le pape fin juin. 

Beaucoup de chrétiens irakiens ont fui les violences qui ont ensanglanté leur pays depuis 15 ans. Qaraqosh, qui était la plus grande agglomération chrétienne d'Irak, a été reprise à l'EI en octobre 2016.


Syrie

En Syrie, les chrétiens représentaient entre 5 et 9% des 22 millions d'habitants avant la guerre déclenchée en 2011. Mais selon l'évêque chaldéen d'Alep, Mgr Antoine Audo, la moitié des 1,5 million de chrétiens de Syrie auraient quitté le pays, fuyant la guerre.

Les chrétiens ont très souvent essayé de se tenir à l'écart du conflit, mais nombre d'entre eux ont pris le parti du président Bachar el-Assad, notamment par crainte de l'islamisme de certains groupes rebelles.

Ils ont été pris pour cibles par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui a eu recours aux enlèvements de masse et à la destruction d'églises avant qu'il ne soit chassé de tous les centres urbains d'Irak en 2017.


Territoires palestiniens et Israël

En Cisjordanie occupée et à Jérusalem, on dénombre près de 50.000 chrétiens, principalement implantés à Bethléem et Ramallah.

Lieu de naissance du Christ selon la tradition, Bethléem, à majorité chrétienne il y a un demi-siècle, est aujourd'hui à majorité musulmane. Mais les chrétiens ont un rôle central dans d'importants secteurs de l'économie palestinienne.

Dans la bande de Gaza, leur nombre est en baisse régulière, notamment depuis la prise du pouvoir par le mouvement islamiste Hamas en 2007.

Israël compte environ 160.000 chrétiens (2% de la population), dont près de 80% appartiennent à la minorité arabe formée des descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948.


Jordanie

Les chrétiens représentent 6% de la population jordanienne, évaluée à 9,5 millions d'habitants. Des chrétiens occupent des postes importants et cette communauté a droit à une représentation parlementaire.


Lire aussi

Les patriarches orientaux à la Journée de réflexion et de prière pour le Moyen-Orient à Bari

Le pape dénonce le « péché d’incohérence » des Églises d’Orient

Le pape au pays de Calvin pour revigorer l’unité des chrétiens

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Un peu de recherche montre que Bartholomée Ier de Constantinople de nationalité turque, appartenant à la petite minorité grecque de la Turquie était présent à Bari ... Quand on fait une liste Liban, Syrie, Irak etc. je trouve qu'il faut aussi ajouter la Turquie, qui est aussi en Moyen-Orient, à la liste ... En fait, en lisant le OLJ j'ai appris qu'à Alexandrette (Iskundrun en Turquie) il y avait des réfugiés chrétiens le siècle dernier dans cette partie (Syrie du nord, Turquie actuel).

Stes David

On doit être prudent de comparer les églises de l'orient avec le christianisme tel qu'il s'est développé en Afrique du nord et en Europe. Si on regarde par exemple les 'saints' et les noms des saints, on voit vite que c'est une histoire très différente en occident et en orient. Par exemple en occident nous avons beaucoup de saints de l'empire romain hispanique ou italien ou irelandais etc., par exemple le San Lorenzo ou la Sainte Eulalie ou le Saint Patrick. Le 'schisme' des églises en occident et orient est peut-être aussi la raison pourquoi la Turquie et la Grèce ne sont pas répresenté dans la réunion avec le pape ?? L'absence de la Turquie et la Grèce est remarquable dans la liste de l'article. Les grecques-orthodoxes (Grèce, Chypre, Liban) par exemple c'est une église qui diffère pas mal de l'église de l'occident européen. En Turquie reste-t-il encore des chrétiens ? L'église libanaise maronite s'est rapproché dans le passé de l'église catholique de Rome si j'ai bien compris, mais c'est moins le cas des églises orthodoxes de Grèce ou Géorgie etc.

Melki Elias

L'Occident pleurniche et fait semblant de déplorer une réalité qu'il a largement enforcée, par indifférence d'une part et par une vision géopolitique erronée d'autre part. Le Pape et l'Eglise font ce qu'ils peuvent... Mais, "pour qui lis-tu tes psaumes, David ?"

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET ON ACCUEILLE EN OCCIDENT LES RESPONSABLES DE L,EXIL DES CHRETIENS D,ORIENT !

FAKHOURI

“On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu’on prend pour l’éviter.”
de Jean de La Fontaine
Extrait de Fables

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué