X

À La Une

Chine et USA engagent "la plus grande guerre commerciale" de l'histoire

diplomatie économique

Au total, ce sont 50 milliards de dollars d'importations chinoises annuelles qui seront donc affectées par les mesures américaines, destinées à compenser ce que l'administration Trump considère être le "vol" de propriété intellectuelle et de technologies par la Chine.

OLJ/AFP
06/07/2018
Les Etats-Unis ont lancé vendredi les hostilités avec la Chine en imposant des droits de douane sur des dizaines de milliards de dollars de produits chinois, Pékin ripostant aussitôt et dénonçant "la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique".

A 00h00 heure de Washington (04h00 GMT) sont entrés en vigueur les droits de douane punitifs décidés par Donald Trump sur un total de 34 milliards de dollars d'importations chinoises dont des automobiles, des disques durs ou encore des composants d'avions.
Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que des mesures de rétorsion étaient entrées en vigueur "immédiatement" après. L'agence officielle Chine nouvelle a précisé que des "droits de douane complémentaires de 25%" avaient été imposés sur un montant "égal" de produits américains.

Pékin avait averti précédemment qu'il imposerait des tarifs douaniers sur 34 milliards de dollars d'importations américaines, rendant ainsi coup pour coup à Washington.
Le ministère chinois du Commerce avait accusé plus tôt vendredi l'administration Trump d'avoir lancé "la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique à ce jour" et assuré que le pays défendrait ses droits auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Les droits de douane américains frappent, à hauteur de 25%, 818 produits chinois.

Un second lot de taxes sur 16 milliards d'importations, qui fait pour l'heure l'objet d'un examen de la part du représentant au Commerce (USTR) Robert Lighthizer, entrera prochainement en vigueur, a indiqué M. Trump, qui a évoqué un délai de "deux semaines".




"Acheter chinois"
Au total, ce sont 50 milliards de dollars d'importations chinoises annuelles qui seront donc affectées par les mesures américaines, destinées à compenser ce que l'administration Trump considère être le "vol" de propriété intellectuelle et de technologies par la Chine.

Les Etats-Unis ne devraient pas en rester là puisque Donald Trump a demandé à Robert Lighthizer "d'identifier 200 milliards de dollars de biens chinois en vue de taxes supplémentaires de 10%".
Et le président américain s'est dit prêt à taxer 200 milliards de dollars de biens additionnels "si la Chine augmente à nouveau ses tarifs douaniers" en réaction.


(Lire aussi : Pékin cherche à remplacer le « made in USA »)


Ces mesures pourraient donc porter à 450 milliards la valeur des produits chinois taxés, soit la grande majorité des importations venues du géant asiatique (505,6 milliards de dollars en 2017).
Le Premier ministre chinois Li Keqiang, en visite en Bulgarie, a averti qu'une "guerre commerciale ne profite à personne".

Dans les rues de Pékin, des consommateurs s'inquiétaient d'une possible hausse des prix suite aux taxes sur les produits américains. Mais ils disaient soutenir la Chine dans la guerre commerciale qui s'ouvre.  "Je viens juste ici pour acheter de l'eau. Mais je ferai de mon mieux pour acheter chinois", a assuré à l'AFP M. Yang, client d'une supérette pékinoise.



Quelles conséquences ? 
Cette confrontation sino-américaine survient dans un contexte de relations tendues entre Washington et le reste du monde. Depuis début 2018, Donald Trump a déclenché un conflit commercial en imposant des droits de douane sur des produits canadiens, européens et chinois, jugeant le commerce international déséquilibré et en défaveur des Etats-Unis.
La majorité des experts mettent en garde contre les dommages potentiels d'une telle politique, non seulement sur l'économie américaine, mais aussi sur l'économie mondiale.
Des entreprises américaines ont déclaré qu'elles en ressentaient déjà l'impact avec une hausse des prix. D'autres ont affiché leurs craintes quant à leurs parts de marché en Chine.

Ces mises en garde ont laissé de marbre M. Trump, qui les a balayées mardi dans un tweet. "L'économie se porte probablement bien mieux que par le passé, avant que nous réglions le problème des accords commerciaux inéquitables passés avec chaque pays", a-t-il estimé.
La veille, son secrétaire au Commerce Wilbur Ross avait, lui, affirmé que les prévisions de ralentissement à venir de la croissance économique américaine étaient "prématurées et probablement inexactes".

Du côté chinois, un responsable de la banque centrale a indiqué que "la guerre commerciale va ralentir la croissance du PIB chinois de 0,2 point de pourcentage" en 2018. Il a cependant estimé que les nouvelles taxes américaines auraient un "impact limité" sur l'économie chinoise.



Lire aussi

La Chine va lever les restrictions aux investissements étrangers

Trump temporise sur les investissements chinois aux États-Unis

Bras de fer commercial : les investissements chinois dans le collimateur américain

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA GUERRE COMMERCIALE EST UNE EPEE A DEUX TRANCHANTS ! CEUX QUI LA MANIPULENT PEUVENT EN ETRE LES PREMIERES VICTIMES...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants