X

Moyen Orient et Monde

Une tentative d’attentat contre le palais al-Salam, à Djeddah, déjouée in extremis

Arabie saoudite

L’assaillant a réussi à entrer par la porte « Est » pour arriver à la porte dite « de marbre », parcourant plus d’un kilomètre dans l’enceinte du palais royal.

04/07/2018

Mardi dernier, le palais royal al-Salam, résidence d’été de la dynastie des al-Saoud, à Djeddah, a une nouvelle fois été la cible d’une tentative d’attentat, après une premier affaire du genre en octobre 2017. Aucune confirmation officielle concernant l’intrusion d’un individu armé n’a pu être retrouvée dans les médias officiels ni même sur les réseaux sociaux, mais selon une source informée non officielle, ce dernier se serait infiltré au palais par le biais de la porte dite « Est ». Celle-ci comprend deux barrages consécutifs de la garde royale, distants de quelques mètres seulement. Il serait entré sans problèmes par ce point d’accès avant de parcourir en voiture un trajet long d’un peu plus d’un kilomètre, passant devant le bâtiment qui abrite en été le Conseil des ministres. Il est ensuite arrivé à la porte dite « de marbre » qui donne un accès direct à la zone royale et aux appartements royaux, et où se trouve un troisième check-point. C’est là qu’il aurait été appréhendé. Des témoins ont fait état de tirs nourris, mais il n’est pas clair, pour le moment, si l’assaillant a été tué ou blessé.

Il s’agit néanmoins d’une grave brèche dans le système de sécurité mis en place par la garde royale, et de fortes suspicions pèsent sur l’individu sur lequel circulent des rumeurs d’appartenance à la garde royale. Selon d’autres rumeurs qui circulent également, ce n’est pas l’assaillant qui serait membre de la garde, mais un membre de sa famille, et ce dernier aurait été immédiatement appréhendé à la suite de l’incident.


(Pour mémoire : Arabie saoudite : deux Israéliens jugés pour espionnage et planification d’attentat)


Vent de panique
Cette affaire a semé un vent de panique au sein du palais, et c’est l’ensemble de l’unité chargée de la sécurité royale qui a immédiatement été changée dans la nuit de mardi. De plus, l’ensemble des membres de l’unité qui a été relevée de ses fonctions ont été placés en garde à vue et interrogés pour connaître les tenants et les aboutissants de cet incident, le deuxième du genre en moins d’un an, après celui d’octobre 2017. Mais cette fois-ci les faits sont plus graves sur le plan sécuritaire et représentent une menace bien plus sérieuse pour le clan qui règne sur l’Arabie, puisqu’en octobre dernier, l’assaillant armé avait été arrêté au niveau du premier portail d’entrée. La nouvelle avait alors été diffusée par l’agence officielle SPA et relayée par les médias locaux. Cette fois-ci, c’est le silence total qui a été observé par les autorités, et pour cause : avouer publiquement qu’une intrusion aussi importante a été possible n’est rien moins qu’un aveu de grande vulnérabilité. Ce dont la monarchie al-Saoud n’a pas besoin, à l’heure où le pays connaît, d’une part, une grave récession et, d’autre part, les plus importantes réformes sociétales jamais intervenues en Arabie saoudite depuis 1979.
Lundi 24 juin, les femmes ont enfin pris le volant pour la première fois avec la bénédiction du roi et des religieux ultraconservateurs. Les cinémas ont également été inaugurés en janvier dernier et les propos sur le caractère non obligatoire de la abaya – vêtement ample et noir qui cache le corps des femmes – ont déjà été prononcés plusieurs fois par des hommes religieux de premier plan. L’ensemble de ces changements auraient été tout à fait impensables il y a de cela seulement quelques années. Il n’est pas surprenant que ceux-ci provoquent des réactions violentes de rejet.
Enfin, et parallèlement aux tensions au niveau interne, Riyad est en guerre ouverte au Yémen contre les rebelles houthis. Ces derniers, appuyés par l’Iran, lancent régulièrement des missiles balistiques visant des installations saoudiennes, dont le palais royal d’al-Yamamah à Riyad.



Pour mémoire
Mohammad Ben Salmane lance à Riyad une coalition antiterroriste de pays musulmans

Des zones d’ombre après l’attaque contre le palais al-Salam

Un homme armé attaque un palais royal saoudien: deux gardes tués

Un attentat à La Mecque déjoué

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CA EXHALE QUAND MEME UNE ODEUR IRANIENNE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de changement dans l’approche libanaise du tracé des frontières avec Israël, selon Aïn el-Tiné

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants