X

À La Une

La guerre mondiale aux pailles en plastique est déclarée

France

Selon une étude, huit millions de tonnes de débris plastiques sont déversées tous les ans dans les mers et les océans du globe, l'équivalent de 250 kilos par seconde    


OLJ/AFP/Pierre DONADIEU
25/06/2018

Après les sacs, les pailles en plastique sont devenues la bête noire des défenseurs de l'environnement. Des pays comme le Royaume-Uni et des géants tels que McDonald's réfléchissent à les bannir, quitte à faire tousser les professionnels du plastique. 

Selon une étude de la revue américaine Science, huit millions de tonnes de débris plastiques sont déversées tous les ans dans les mers et les océans du globe, l'équivalent de 250 kilos par seconde. Parmi ces déchets, les pailles en plastique tiennent une bonne place. Et les défenseurs de l'environnement à travers le monde ne manquent pas d'images frappantes pour illustrer leur impact nocif sur la faune marine. 

Une vidéo tournant sur les réseaux sociaux montre par exemple deux biologistes, qui retirent pendant plusieurs minutes des pailles coincées dans le nez d'une tortue de mer au Costa Rica. "Les pailles sont servies automatiquement avec les verres dans les bars. Et elles sont trop petites pour être recyclées, elles passent tous les filtres", déplore auprès de l'AFP Yasmine El-Kotni, co-fondatrice de l'association Bas les Pailles, qui a lancé une pétition sur change.org pour leur interdiction en France.  


(Lire aussi : A Monaco, des Libanais bannissent les pailles en plastique de leur hôtel)

Le Royaume Uni, bon élève
Côté législatif, les avancées restent timides.  Fin mai, la Commission européenne a proposé d'interdire cotons-tiges, couverts, assiettes, pailles, mélangeurs à cocktails et autres tiges de ballons en plastique, en imposant que ces articles soient fabriqués dans des matériaux plus durables. La mesure doit cependant encore être discutée par les Etats membres et le Parlement européen. 

Le Royaume-Uni, lui, a annoncé en avril vouloir interdire les pailles, touillettes et cotons-tiges en plastique dès la fin de l'année. La France a pour l'heure choisi d'interdire la vaisselle en plastique et les cotons-tiges à l'horizon 2020, mais pas les pailles, "grandes oubliées" selon Mme El-Kotni, qui dit n'avoir "aucun retour, pas une porte ouverte pour la discussion. On ne comprend pas le manque de réponses du gouvernement" français. 

Le Sénat français discute de les ajouter à la liste des produits interdits, mais des amendements similaires ont déjà récemment été rejetés par l'Assemblée.


(Lire aussi : WWF tire la sonnette d'alarme : la Méditerranée risque de se transformer en "mer de plastique")


Pailles biodégradables
Certaines entreprises n'ont pas attendu d'être contraintes. Le géant de la restauration rapide McDonald's teste depuis mi-juin deux alternatives aux pailles en plastique: des pailles biodégradables ou des gobelets avec fermeture intégrée.  "Il faut voir quelle solution ils vont adopter car si c'est pour remplacer un objet en plastique par un autre...", prévient Yasmine El-Kotni.  

La chaîne hôtelière Hilton a quant à elle annoncé la fin des 5 millions de pailles et des 20 millions de bouteilles en plastique servies chaque année dans ses 650 établissements. La chaîne Franprix a rejoint le mouvement: après le 1er janvier 2019, il ne sera plus possible d'acheter des pailles dans ses supermarchés.  

Des alternatives existent, à l'image des pailles biodégradables en bio plastique issues du maïs - deux fois plus chères - désormais servies au palace Monte-Carlo, un hôtel cinq étoiles de Monaco. Pâtes alimentaires crues, pailles en bambou ou pailles comestibles aux 8 parfums: les idées de remplacement ne manquent pas.  

Du côté des professionnels du plastique, cette guerre aux pailles qui s'annonce suscite des inquiétudes. "Ce n'est pas un très bon signe. Mais ces grandes marques ont aussi une problématique d'image et elles doivent aussi essayer de trouver les moyens de répondre à une supposée attente sociétale", estime Hervé Millet, directeur des affaires techniques et réglementaires de la Fédération européenne des producteurs de plastique PlasticsEurope, reconnaissant "un mouvement" dans l'opinion "au-delà de la réglementation".  

"Le problème n'est pas nouveau et il est réel, donc évidemment qu'il faut trouver des alternatives. On y travaille depuis plusieurs mois. Mais du jour au lendemain, c'est terriblement compliqué", relève Pierre Soyez, directeur général de Soyez, leader européen de la fabrication de pailles. "C'est le bon moment pour trouver une alternative, mais ce qui me préoccupe aujourd'hui c'est l'avenir de mes salariés", poursuit-il, craignant un impact sur le chiffre d'affaires dès l'année prochaine. 

Soyez, qui produit en France, emploie environ 80 salariés et affiche un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros.


Lire aussi

5.000 milliards de sacs par an : Le monde malade de sa consommation de plastique, selon l'ONU

Pollution : Une enzyme dévoreuse de plastique, découverte par hasard, suscite l'espoir


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants