X

À La Une

WWF tire la sonnette d'alarme : la Méditerranée risque de se transformer en "mer de plastique"

Environnement

Le grande bleue concentre un niveau record de "micro-plastiques".

OLJ/AFP
08/06/2018
La Méditerranée menace de se transformer en "mer de plastique", met en garde vendredi le WWF, qui propose une série de mesures pour la sauver des déchets plastiques, qui l'asphyxient comme aucune autre mer au monde.

L'association compile une série de données scientifiques alarmantes, dans un rapport publié vendredi : la mer Méditerranée concentre un niveau record de "micro-plastiques", ces miettes de moins de 5 millimètres, qui empoisonnent toute la chaîne alimentaire jusqu'à menacer la santé humaine.
Au total, "la concentration de micro-plastiques est presque quatre fois plus élevée" dans cette mer quasi fermée que dans les "continents" de déchets plastiques repérés dans les océans, souligne le WWF.
La faute à l'omniprésence du plastique dans la vie quotidienne, et au recyclage de seulement un tiers des déchets plastiques en Europe.



Pour changer la donne, l'ONG plaide pour un accord international contraignant pour réduire les rejets plastiques ou encore la lutte contre le matériel de pêche "fantôme", abandonné dans l'eau.
Au niveau des pays riverains, le WWF appelle à booster le recyclage et la collecte des déchets, au nord comme au sud, à interdire tous les sacs plastiques à usage unique et l'ajout de micro-plastique, par exemple dans les détergents ou les cosmétiques, d'ici 2025.
L'industrie doit développer des alternatives "recyclables ou compostables" aux plastiques, et produire à partir de matières renouvelables et non plus de dérivés du pétrole.
"L'industrie du tourisme (...) devrait éviter d'utiliser des articles en plastique à usage unique tels que sacs, bouteilles, bouchons ou pailles", estime le rapport.

L'association prône également une chasse au plastique à l'échelle individuelle : préférer le fil dentaire biodégradable, les peignes et pinces à linge en bois, les éponges en cellulose, la vaisselle en céramique, les bouteilles en verre, les serviettes en coton, ou encore les tapis de yoga en fibre de bambou.
D'une manière générale, acheter en vrac ou au poids et ne pas jeter ses déchets n'importe où contribuera à sauver la Méditerranée.


Lire aussi

5.000 milliards de sacs par an : Le monde malade de sa consommation de plastique, selon l'ONU

Pollution : Une enzyme dévoreuse de plastique, découverte par hasard, suscite l'espoir

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants