X

À La Une

Au moins un mort dans une frappe de la coalition anti-EI contre l'armée syrienne

Conflit

"La position ciblée est à seulement vingt kilomètres de la région d'al-Tanaf", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Le bilan pourrait s'alourdir car de nombreux blessés sont dans un état grave".

OLJ/AFP
22/06/2018

Au moins un soldat syrien a été tué jeudi soir et sept autres blessés dans une frappe de la coalition internationale anti-jihadistes, dirigée par Washington, sur une position militaire dans le centre de la Syrie, selon une ONG.
L'observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a fait état d'"explosions" dans le sud-est du désert de Palmyre (province de Homs), à 50 kilomètres de cette ville stratégique, et non loin de la région d'al-Tanaf (sud), où la coalition dispose d'une base militaire.
"La position ciblée est à seulement vingt kilomètres de la région d'al-Tanaf", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Le bilan pourrait s'alourdir car de nombreux blessés sont dans un état grave".

De son côté, le Pentagone a nié l'existence de toute frappe, ajoutant qu'aucune victime n'était à déplorer.
"Les combattants de Maghawir al-Thawra (une milice syrienne soutenue par Washington, ndlr) et les conseillers de la coalition dans la zone de déconfliction près d'al- Tanaf ont été pris pour cible par une force hostile non identifiée située juste à l'extérieur de la zone de déconfliction", a indiqué à l'AFP le commandant Adrian Rankine-Galloway, un porte-parole du Pentagone.

La coalition a défini, en concertation avec les Russes, une telle zone d'un rayon de 55 kilomètres autour d'Al-Tanaf dans le sud syrien, où des forces spéciales américaines entrainent des forces locales syriennes dans la lutte contre le groupe Etat islamique.
Les combattants de la milice syrienne soutenus par la Coalition ont dû "riposter en guise de défense légitime", a ajouté le porte-parole du Pentagone.


(Lire aussi : Comment l’Iran peut rester en Syrie malgré la pression israélienne)


Ce nouvel incident intervient quatre jours après un raid meurtrier dimanche soir sur le secteur d'Al-Hari, dans l'extrême est de la Syrie, à la frontière avec l'Irak, ayant fait 55 morts, dont 16 combattants des forces pro-régime, selon l'OSDH.
Le raid a été particulièrement meurtrier pour des combattants irakiens engagés aux côtés du régime: la force paramilitaire du Hachd al-Chaabi a annoncé que 22 de ses membres avaient été tués et 12 autres blessés.
Placées sous l'autorité du Premier ministre irakien, ces forces comptent des groupes proches de l'Iran, notamment les "Brigades du Hezbollah", qui ont perdu des combattants dans les frappes.

A Washington, un responsable américain s'exprimant sous le couvert de l'anonymat a imputé la frappe à Israël.

L'Etat hébreu a intensifié ces derniers mois ses incursions militaires contre les forces iraniennes en Syrie, critiquant de manière virulente l'ancrage de Téhéran chez son voisin syrien.
La coalition, qui intervient en Syrie depuis 2014 pour combattre l'EI, a, de son côté, également frappé des forces du régime ces derniers mois.
Le 24 mai, 12 combattants pro-régime ont péri dans un raid aérien contre des positions de l'armée syrienne au sud de Boukamal, ville située à quelques kilomètres de la frontière avec l'Irak.
L'OSDH et des médias d'Etat syriens avait attribué cette frappe à la coalition, mais le Pentagone avait nié.
Le 7 février, la coalition a reconnu avoir tué au moins 100 combattants pro-régime dans la province de Deir ez-Zor (est).


Lire aussi

Frappes dans l’Est syrien : un travail d’équipe entre Washington et Tel-Aviv ?

Syrie : Israël 1, Iran 0

Lavrov : Seule l'armée syrienne devrait être déployée à la frontière sud du pays

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FRAPPE ISRAELIENNE ! APPELEZ-LA PAR SON NOM ! RIEN NE SERT DE LE CACHER POUR NE PAS ETRE CRITIQUE DE NE POUVOIR PAS Y REPONDRE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants