Liban

Trêve médiatique entre le palais Bustros et l’UNHCR

Réfugiés syriens
21/06/2018

Le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil n’a pas réussi à convaincre le Haut-Commissaire aux réfugiés des Nations unies, Filippo Grandi, des souhaits du Liban en ce qui concerne le retour des déplacés syriens chez eux. 

Lors de son entretien avec le diplomate onusien, M. Bassil a estimé que les questions posées par les enquêteurs de l’UNHCR aux réfugiés qui veulent rentrer chez eux sont en train de les effrayer et de les pousser à réfléchir sur leur éventuel retour, les incitant indirectement à rester sur place dans les campements des déplacés.
M. Grandi s’est montré compréhensif et a promis de revoir les questions posées par les enquêteurs aux réfugiés pour voir si elles les effraient effectivement et les poussent à rester sur place.
Les deux responsables ont également convenu d’une « trêve médiatique » de deux semaines afin de trouver des solutions adéquates à ce dossier. Et c’est selon ces solutions que M. Bassil prendra des décisions relatives au gel ou non des visas et des permis de travail de diplomates et d’experts travaillant au sein de l’UNHCR. 

M. Bassil s’est aussi entretenu avec l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres en Syrie, Staffan de Mistura, du dossier des réfugiés syriens ainsi que de celui d’une éventuelle paix en Syrie.
Le dossier des réfugiés était également au cœur d’une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères et son homologue suisse Ignazio Cassis, qui a souligné que Berne soutient le retour volontaire et non le retour sécurisé des réfugiés syriens dans leur pays.


Lire aussi
Une aide européenne sans précédent au Liban

Le dossier des déplacés syriens au menu des entretiens de Merkel à Beyrouth

Réfugiés syriens au Liban : le régime de Damas entrave sérieusement les efforts de rapatriement anticipé    

Le Liban et les Nations unies : ensemble pour atteindre des objectifs communs !

Entre les Affaires étrangères et le HCR, les « zones grises » subsistent

Réfugiés syriens : Bassil et Aoun tempèrent leurs propos, mais la crise n’est pas pour autant résolue

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants