X

Liban

À Brooklyn, Rosette Chams se souvient de son père, médecin juif de Wadi Abou Jmil

Mémoire de Beyrouth

Connu pour être « le père des pauvres », le Dr Nessim Chams, médecin juif du Liban, a refusé de quitter le pays malgré la situation dans la région, notamment entre 1967 et 1973. Ses patients ne l’ont pas oublié.

13/06/2018

Habillée d’un élégant tailleur vert, Régine Merheb Noujaim, octogénaire, nous reçoit dans son appartement de Furn el-Chebback. Son enfance, elle l’a passée à Beyrouth, dans un appartement proche de l’église Saint-Louis des capucins, face au quartier juif de Wadi Abou Jmil.

Comme quelques Beyrouthins du troisième âge, Régine Merheb Noujaim se souvient du Dr Nessim Chams, le médecin juif qui a refusé de quitter le Liban et qui était connu à Beyrouth comme étant « Bay el-fakir » (le père des pauvres).
Le Dr Nessim Chams faisait le bien et auscultait gratuitement toute personne dans le besoin. Beaucoup le payaient avec des biens de consommation, des œufs, des légumes et du yaourt. Il est décédé avec son épouse durant les années soixante-dix. Tous les deux sont enterrés au cimetière juif de Sodeco.

« Je me souviens du Dr Chams. Tout le quartier le connaissait ; il était gentil, généreux, accueillant, chaleureux et affable. Sa porte était ouverte à tous, riches et pauvres, chrétiens, musulmans ou juifs. Il recevait ses malades dans le même immeuble qui abritait son appartement à Wadi Abou Jmil. C’est lui qui m’a percé les oreilles. Je devais avoir cinq ou six ans », raconte l’octogénaire.

Régine Merheb Noujaim se souvient d’un Beyrouth qui n’existe plus.  « Nous vivions tous ensemble à Beyrouth dans la tolérance et le respect. Notre maison donnait sur le quartier juif. Ma mère me disait que leur samedi, c’est comme notre dimanche. C’est leur jour du Seigneur. Leurs femmes étaient très élégantes et très belles. Je me souviens, jusqu’à présent, de leurs manteaux et de leurs sacs. Je me souviens aussi de leur shabbat, ils allumaient la lumière dès vendredi, ils avaient toute leur nourriture préparée un jour à l’avance. Mon oncle maternel et mon père travaillaient pour le compte de commerçants juifs qui entretenaient des liens très étroits avec des juifs de Damas », raconte-t-elle. « Le premier grand magasin de Beyrouth, c’était Orosdi Back. Il appartenait à des juifs. Son directeur était un certain M. Lévy ; mon père travaillait pour lui. Orosdi Back était un bâtiment sur trois niveaux et c’était le premier magasin qui avait un ascenseur à Beyrouth », poursuit-elle. « Je me souviens aussi de mes camarades juives à l’école des sœurs de la Charité : Stella Barrak et Leila Pitto, je ne sais pas ce qu’elles sont devenues, toutes les deux ont quitté le Liban quand elles étaient jeunes. Stella est revenue, je ne me souviens plus quand ; elle était restée quelques jours à l’hôtel Alexandre à Achrafieh et on m’a raconté que Leila a épousé un chrétien. »


(Pour mémoire : De São Paolo à Beyrouth : des juifs d'origine libanaise à la découverte du pays de leurs ancêtres)


« Tout va bien dans le meilleur des mondes »
Rosette Chams Tahan, la fille du Dr Nessim Chams, vit aujourd’hui avec sa famille, à Brooklyn, New York, aux États-Unis. Elle est mariée à un juif du Liban.  Cette femme née à Beyrouth, jointe au téléphone par L’Orient-Le Jour, tient à parler en arabe et en français. « Mon père est originaire de Deir el-Qamar mais il est né à Wadi Abou Jmil. C’est là où nous avons vécu et c’est là aussi qu’il avait sa clinique. Il était connu par le surnom “Abou el-fakir”, le père des pauvres, car il auscultait gratuitement toute personne dans le besoin. Je me souviens que nous vivions dans un immeuble de trois étages, la clinique était au premier. Mes parents avaient une Peugeot et c’est ma mère qui conduisait souvent mon père pour qu’il aille rendre des visites à domicile à ses patients. Nous recevions aussi beaucoup de visites à la maison. Il a toujours eu d’excellentes relations avec tout le monde, juifs, chrétiens et musulmans », dit-elle.

Le Dr Chams et son épouse, malgré le départ en masse des juifs du Liban vers Israël, les États-Unis, l’Amérique latine et l’Europe, notamment de 1967 à 1973, ont décidé de rester au Liban. « Jusqu’à son dernier souffle, malgré la situation dans la région et au Liban, il n’a pas arrêté de répéter “el-deniyé be alef kheir” (une expression qu’on pourrait traduire par “tout va bien dans le meilleur des mondes”), raconte Rosette Chams Tahan qui est peintre et qui a une sœur et deux frères tous établis aux États-Unis, entre New York, Chicago et Boston. "Comme mon père, l’un de mes frères est médecin », note-t-elle, un brin de fierté dans la voix.

Cela fait de très longues années que Rosette Chams Tahan n’est pas venue au Liban. « Je vis à Brooklyn et tous mes amis sont libanais. Nous confectionnons des spécialités libanaises et nous parlons encore arabe et français. Je regarde les chaînes libanaises sur satellite avec une prédilection pour les programmes satiriques, surtout “Ma fi metlo” », poursuit-elle. Qu’est-ce qui lui manque le plus ? « Le quotidien à Beyrouth et l’air frais de Bhamdoun. »



Pour mémoire

Le cimetière juif de Saïda impunément dégradé par un chantier routier

De Brooklyn à Beyrouth, l’histoire d’un retour

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

Un article intéressant sur l'identité libanaise. On écrit "nous parlons encore arabe et français" pour faire référence à cette identité ... Je me demande d'où venaient ces gens; il se peut que comme en Turquie il s'agit de gens juifs qui sont allés au Liban ou en Turquie ou en Tunésie quand ils sont expulsés de l'Espagne (les juifs Séfarades). En fait l'identité libanaise c'est quelque chose complexe, par exemple on parle ici d'arabe et français mais à Beitedinne il y a beaucoup de mozaiques avec inscriptions grecques et le pays Liban me faisait beaucoup penser à la Grèce ... il y a un coté grecque (comme à Saida, Tyre etc.) et on ne peut pas nier qu'il y a depuis toujours aussi un coté iranien - perse babylonien et aussi juif hébreu etc. ... mélange complexe donc.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET QUI A DIT QUE LES JUIFS NE SONT PAS DES HUMAINS COMME TOUS LES AUTRES ? PREUVE A L'APPUI...

Wlek Sanferlou

Allah yirham le Liban d'antan avec ses fiers libanais de tout bord et de toute croyance qui formaient un tissu social enviable...

Le Faucon Pèlerin

La France a ses grands magasins Le Printemps et les Galeries Lafayette, le Liban avait son magasin "Orosdi Back" dit familièrement "Orosdi". Mon premier souvenir remonte vers le milieu des années 1930 avec les débris fumants de l'incendie de grand "Orosdi Back" rue du Port à l'endroit même du futur immeuble Fattal. "Orosdi " s'installe ensuite à la rue Sami-Solh. "Orosdi" était le sujet principal des "sobhiyés" de ces dames, toutes papotaient de leurs achats chez "Orosdi" un magasin où l'on trouve tout du "babouche au tarbouche"
Qui se souvient du magasin "Prilimit" qui était à la place du café "Sémiramis" rue Weygand ? Qui se souvient du chocolatier "Bafga" rue Georges-Picot ?
Nous avions un couple d'amis juifs installés à Wadi Abou-Jmil à côté de l'église Mar-Elias, Zaki Qabbané et Henriette Charabati, partis au Brésil.
C'est le temps où le Liban était appelé "La Suisse de l'Orient" devenu aujourd'hui la brousse africaine du Levant.

George Khoury

On les a virés et remplacés par des palestiniens...grande contribution a notre economie, avancement, paix, etc....
Merci qui? Kamal joumblatt et co

Dernières infos

Les matchs d’aujourd’hui

  • Angleterre
    Panama

    24/06

    15h00 (GMT+3)

  • Japon
    Sénégal

    24/06

    18h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Colombie

    24/06

    21h00 (GMT+3)

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué