X

La Dernière

Quand les chanteurs s’invitent dans la course des feuilletons du ramadan

Liban pop

L’ex-crooner Fadel Chaker, recherché par les autorités libanaises, chante le générique de la série égyptienne de l’actrice Yousra.

24/05/2018

Le mois de ramadan constitue un temps fort pour tous les acteurs du monde arabe. Avec la profusion de feuilletons télévisés – une centaine –, la consommation télévisée augmente chaque année de 65 % ; un tiers des budgets publicitaires y est dépensé et les tarifs publicitaires se voient multipliés par trois. L’enjeu est donc de taille dans cette course folle où les acteurs mènent un rude combat pour tirer leur épingle du jeu. Il y a quelques années pourtant, et notamment depuis le succès du générique de la série Law interprété par Elissa, ramadan est devenu tout aussi intéressant pour les stars de la pop qui trouvent prestigieux le fait de s’associer à des séries populaires suivies par des milliers.
Cette année, une dizaine de grandes stars chantent des génériques de feuilletons du ramadan. Au Liban, Nancy Ajram interprète le single enjoué Aam Betghayyar, de la série comique Julia avec l’actrice Maguy Bou Ghosn. Elissa a opté pour la série égyptienne Dodd Maghoul avec l’actrice Ghada Abdelrazek, en interprétant le titre mélancolique Echt w Choft. Tandis que Kadim el-Saher chante al-Wak Wak, pour un feuilleton syrien comique. À travers un groupe de personnages que rien n’unit, et qui se retrouvent perdus sur une île déserte, il met l’accent sur la réalité absurde des sociétés arabes qui n’arrivent pas à trouver un système de gouvernement approprié.

Majbour 2.0
Incontestablement le meilleur générique l’an dernier, Majbour, interprété par le Syrien Nassif Zeytoun pour la série al-Hayba, a connu un succès fou en 2017. L’annonce d’une seconde saison il y a quelques mois a donné lieu à de nombreuses spéculations sur le générique de la nouvelle saison. Craignant de ne pas pouvoir présenter une nouvelle chanson qui soit à la hauteur de la précédente, Zeytoun et le producteur Sadek Sabbak ont finalement décidé de conserver le même générique, qui connait une deuxième vie depuis quelques jours.
Pour leur autre série, Tarik, avec les acteurs Abed Fahed et Nadine Nassib Njeim, les frères Sabbah ont cassé les codes en privilégiant un choix peu commercial avec l’artiste libanaise Hiba Tawaji. La chanson, écrite par Ghadi Rahbani et composée par Oussama Rahbani qui signe également la musique du feuilleton, illustre le scénario inspiré de la nouvelle al-Charida de Naguib Mahfouz et raconte l’histoire de deux amoureux qui font un bout de chemin ensemble avant de se rendre compte qu’ils ne se ressemblent en rien.




La surprise de cette saison arrive pourtant avec un chanteur peu connu, Jad Katrib, et son W Mchit, un titre qu’il a écrit et composé pour le feuilleton éponyme. Écrit par Carine Rizkallah, qui y joue le rôle principal aux côtés de Badih Abou Chakra, W Mchit raconte l’histoire d’une femme qui rentre au Liban dans des circonstances sombres après 16 ans d’absence. Triste et poignant, et porté par la voix émouvante de Jad Katrib, le single a été un tube immédiat.




Le come-back raté de Fadel Chaker
Cette saison aura toutefois été marquée par un incident qui a secoué l’opinion publique libanaise : la sortie d’un titre chanté par Fadel Chaker, compagnon de route du cheikh salafiste Ahmad el-Assir et ex-chanteur poursuivi par la justice. Condamné par contumace à 15 ans de travaux forcés par le tribunal militaire pour avoir participé aux affrontements de Abra contre l’armée libanaise, il est depuis recherché par les autorités qui le soupçonnent de s’être réfugié dans le camp palestinien de Aïn el-Heloué. Quelle ne fut pas la surprise des Libanais à l’annonce de la sortie du générique de la série égyptienne de l’actrice Yousra, Ladayna Akwal Okhra, d’y voir apparaître le nom de Fadel Chaker. Si certains de ses fans (surtout arabes) ont salué la nouvelle, elle a suscité chez nous une vague d’indignation sur les réseaux sociaux et de nombreuses interrogations : où Chaker a-t-il enregistré la chanson ? Pourquoi ce choix ? Et comment les producteurs ont-ils pu entrer en contact avec le fugitif ?




Interrogé par L’Orient-Le Jour, Medhat Adel, écrivain et porte-parole du Groupe el-Adel qui produit le feuilleton, a annoncé le retrait de la chanson qui ne sera plus adoptée comme générique. « Nous avons choisi Fadel Chaker pour des raisons purement artistiques, a-t-il déclaré, en estimant que sa voix et son feeling sont les plus convenables pour la chanson que nous avons. Nous n’avions pas la moindre idée que cela allait poser un problème au Liban car nous avions entendu des chansons récentes enregistrées par Fadel en studio. » « Quand le titre est sorti, nous avons été surpris de voir que le public était divisé entre approbateurs et personnes consternées, a-t-il ajouté. Nous avons surtout été touchés par des messages envoyés par des mères de martyrs tombés à Abra, et avons préféré laisser tomber le titre qui reste un détail dans le projet du feuilleton sur lequel nous travaillons depuis un an. »
Si Medhat Adel affirme que les producteurs ont été mis en contact avec le chanteur par le biais de son fils Mohammad Chaker, il explique qu’ils lui ont envoyé une première version de la chanson par internet avant de recevoir la chanson finale enregistrée en studio par l’ex-crooner. « Je ne sais pas où il l’a fait, mais il est apparemment libre de ses mouvements, a affirmé Medhat Adel. Je l’ai joint par téléphone hier et lui ai expliqué notre point de vue. Il a d’abord été fâché car il veut faire son come-back, mais a fini par nous comprendre. Par respect pour lui, personne d’autre ne chantera la chanson et elle sera remplacée par une musique. »


Dans la même rubrique 

Farès Karam : un album en 44,36 minutes chrono...

Quand la télévision libanaise échange (enfin) ses premiers baisers...

Lynn Hayek : toute la vie pour grandir

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué