Rechercher
Rechercher

Commentaire

Macron, Trump et le Moyen-Orient

Le président des États-Unis, Donald Trump, époussettant devant les caméras le costume de son homologue français, Emmanuel Macron, dans le Bureau ovale le 24 avril. Archives AFP

La visite effectuée il y a deux semaines par Emmanuel Macron aux États-Unis illustre de façon éclatante le renforcement des relations franco-américaines, qui n’ont probablement jamais été aussi étroites. Au-delà des embrassades et des manifestations ostentatoires d’amitié entre les deux présidents, c’est un succès personnel pour le locataire de l’Elysée qui a renfoncé son statut d’allié privilégié de Washington au sein de l’Union européenne post-Brexit. Enfin, survenant juste après la participation française à la frappe militaire contre le régime syrien, elle avait pour but de réaffirmer le rôle de la France dans le jeu de puissances au Moyen-Orient qui a figuré en bonne place au menu des  discussions. Mais si M. Macron a partiellement réussi à influencer son interlocuteur au sujet du dossier syrien, il a échoué à le faire sur la question du nucléaire iranien.


(lire aussi : Quelles sont les options de Trump pour l'accord sur le nucléaire iranien)

Baroud d'honneur
En Syrie, l’Occident paie aujourd’hui le prix de ses contradictions et de ses mésalliances, et a perdu la partie dans  la guerre par procuration dont ce malheureux pays  est le théâtre. La frappe soigneusement calibrée menée le 14 avril par les États-Unis,  la France et le Royaume-Uni sur des sites supposés de production d’armes chimiques fait figure de baroud d’honneur qui n’aura aucun effet sur l’issue du conflit, ce qui n’était d’ailleurs pas le but.

Bachar el-Assad restera au pouvoir, malgré les tentatives de ses adversaires de changement du régime syrien, faisant suite aux désastreuses interventions militaires occidentales en Irak et en Libye. La Russie, qui a toujours été cohérente dans sa stratégie, a effectué un retour fracassant au Moyen-Orient où son influence est désormais incontournable. Et, malgré les tentatives américaines de l’en empêcher, l’Iran a réussi à ouvrir le fameux corridor terrestre le reliant à la Méditerranée et au Hezbollah, via l’Irak et la Syrie, menaçant de créer un second front face à  Israël, en plus du Sud-Liban.

Dans ce contexte, vouloir « ramener les troupes américaine à la maison le plus tôt possible » comme l’a annoncé Donald Trump reviendrait à offrir un cadeau au régime des mollahs, bête noire de Washington. Qu’elle soit conforme à sa promesse de campagne de placer « l’Amérique d’abord », ou qu’elle serve de moyen de pression sur Riyad pour lui extorquer d’avantage de moyens destinés à financer le maintien des forces américaines sur place, ne diminue en rien l’impression de confusion du signal qu’elle envoie, après que le Département d’État et le Pentagone aient affirmé le contraire. Elle ne peut que réjouir les adversaires russe, iranien et syrien de Washington et inquiéter ses alliés : les monarchies arabes du Golfe et surtout les Kurdes qui risquent d’être abandonnés à la merci de la Turquie après avoir servi de troupes supplétives contre le groupe État islamique. Et elle compromettrait les chances des États-Unis et de ses alliés occidentaux de peser sur la solution du conflit syrien. D’où le fait que le président Trump, dans un des énièmes revirements dont il est coutumier, ait apparemment prêté une oreille favorable aux arguments d’Emmanuel Macron de sursoir à sa décision de retrait précipité ; d’autant plus qu’ils sont partagés par ses conseillers.


(Pour mémoire : Nucléaire iranien : Macron réclame des discussions sur un nouvel accord, Poutine veut sa "stricte application")

Semblant de recours
Qu'apparaitre plus royaliste que le roi américain permette à Paris de recouvrer un rôle politique dans la résolution du conflit syrien dont il est complètement exclu depuis le quinquennat de François Hollande est une autre question. En fait, depuis la présidence de Jacques Chirac, l’influence française n’a pas cessé de reculer au Moyen-Orient. Chirac a été le dernier représentant de la « politique arabe » de la France initiée par le Général de Gaulle. Celle-ci était caractérisée par une politique indépendante par rapport au États-Unis et à une position plus équilibrée sur le conflit israélo-palestinien. Elle a permis à  la France d’apparaître comme la seule puissance occidentale représentant un semblant de recours vis-à-vis de l’hégémonie des États-Unis. Un des principaux leviers d’influence de la France et de l’Europe est le volet financier, la Russie étant incapable d’assurer la reconstruction du pays. Une autre carte à jouer est la rivalité potentielle entre Moscou et Téhéran qui constitue un obstacle à la consolidation du protectorat russe en Syrie, ce qui implique de mettre un bémol à l’ostracisme dont le Kremlin est l’objet de la part de l’Occident.

Sur la question de l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en juillet 2015, il est clair que celui-ci n’a eu aucun effet modérateur sur la politique étrangère et intérieure du régime des mollahs. Paris et Washington sont d’accord pour dénoncer ses visées expansionnistes et  leur effet déstabilisateur au Moyen-Orient. Mais alors que Donald Trump considère l’accord comme le pire qui soit, Emmanuel Macron estime que c’est la moins mauvaise des solutions. Un retrait unilatéral éventuel américain ce soir n’impliquerait certes pas celui des autres signataires, mais ses conséquences sont imprévisibles. D’une part parce qu’il n’est pas clair qu’il puisse être complété par un nouvel accord sur les missiles balistiques iraniens ou sur sa politique régionale. Et d’autre part car Téhéran n’a nullement l’intention d’ouvrir des négociations sur ces sujets. Quant à l’imposition de nouvelles sanctions elle n’aurait aucun effet  sur la politique étrangère de la République islamique, malgré le délabrement de son économie dont témoignent la chute vertigineuse de sa devise et la grogne populaire. Seule une intervention militaire israélienne contre les bases iraniennes en Syrie pourrait changer la donne, mais ses conséquences seraient encore plus imprévisibles.


Ibrahim Tabet est président de la délégation au Liban de la Renaissance française, association pour la promotion de la francophonie.





La visite effectuée il y a deux semaines par Emmanuel Macron aux États-Unis illustre de façon éclatante le renforcement des relations franco-américaines, qui n’ont probablement jamais été aussi étroites. Au-delà des embrassades et des manifestations ostentatoires d’amitié entre les deux présidents, c’est un succès personnel pour le locataire de l’Elysée qui a renfoncé...

commentaires (1)

L'esclave français chez l'esclave préfèré de leurs patrons en commun .

FRIK-A-FRAK

15 h 55, le 08 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • L'esclave français chez l'esclave préfèré de leurs patrons en commun .

    FRIK-A-FRAK

    15 h 55, le 08 mai 2018