Santé

Quand les parents mangent mal, le futur bébé le paie aussi

Obésité
OLJ
21/04/2018

La santé d’un enfant peut se trouver compromise non seulement par une mère qui fume et boit pendant la grossesse, mais aussi par la mauvaise alimentation et l’obésité des deux parents avant la conception, mettent en gardent des chercheurs dans une série de trois articles publiés récemment par la revue médicale The Lancet.
Ce que mangent les futurs parents et leur degré de surpoids « peuvent avoir de profondes répercussions sur la croissance, le développement et la santé à long terme de leurs enfants, avant la conception », soulignent-ils. Les preuves « sont maintenant si convaincantes qu’elles appellent à de nouvelles directives sur la préparation parentale à la grossesse, commençant avant la conception », écrivent-ils.
Les études combinent l’analyse de recherches nouvelles ou déjà publiées sur l’humain et l’animal. Elles montrent que le mode de vie des pères, et pas seulement celui des mères, peut avoir une incidence.
« La période précédant la procréation est un moment critique », souligne la professeure Judith Stephensone, de l’University College de Londres, auteure principale de cette série d’articles. Avec une mauvaise hygiène de vie, les parents font courir à leur enfant « le risque de maladies chroniques futures ». « Il ne s’agit pas de provoquer la peur ou de culpabiliser », insiste la spécialiste. Mais elle plaide avec ses collègues en faveur de campagnes de sensibilisation auprès des parents, en particulier sur l’alimentation.
Tabagisme, excès d’alcool et de caféine, alimentation déséquilibrée et malnutrition, obésité : autant de causes potentielles de modifications génétiques, cellulaires, métaboliques et physiologiques durant le développement du bébé à naître. Elles ont des conséquences durables à l’âge adulte et augmentent le risque de maladies cardio-vasculaires, métaboliques (diabète, obésité, etc.), immunitaires et neurologiques, notent les chercheurs.
L’obésité maternelle, également liée à un risque plus élevé de problèmes à la naissance, augmenterait les niveaux d’inflammation et d’hormones susceptibles d’altérer le développement de l’œuf et de l’embryon.
L’obésité masculine est également problématique. Elle dégrade la qualité du sperme et augmenterait le risque ultérieur de maladie chronique (cardiaque, diabète ou autre) pour l’enfant. Il n’est cependant pas certain que l’alimentation et l’obésité paternelle aient une influence aussi forte que la santé maternelle avant la conception, relèvent les chercheurs.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants