Rechercher
Rechercher

Diplomatie

Macron veut bâtir une « alliance stratégique » avec MBS

Le prince héritier saoudien affirme que son pays pourrait s’impliquer dans d’éventuelles frappes concertées contre le régime syrien.

Les discussions, hier, au palais de l’Élysée, entre le président français Emmanuel Macron et le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane. Yoan Valat/Pool/AFP

Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane (alias MBS) a terminé hier sa visite officielle en France par un dîner avec le président Emmanuel Macron, soucieux de bâtir une « alliance stratégique » avec cet acteur-clé de la politique régionale au Moyen-Orient. Avant ce dîner, les deux hommes ont tenu des discussions au palais de l’Élysée, suivies d’une conférence de presse conjointe sur les principaux sujets examinés : Syrie, Yémen, Iran et Liban. M. Macron a d’ailleurs associé le Premier ministre libanais Saad Hariri à son échange avec MBS.
Lors de la conférence de presse, concernant la Syrie et la réponse à l’attaque chimique contre Douma, le président Macron a déclaré : « Dans les prochains jours, nous annoncerons nos décisions (...). En aucun cas les décisions que nous prendrions n’auraient vocation à toucher des alliés du régime (la Russie et l’Iran) ou s’attaquer à qui que ce soit, mais bien à s’attaquer aux capacités chimiques détenues par le régime. Nous ne souhaitons aucune escalade dans la région. » « Nous allons poursuivre les échanges d’informations techniques et stratégiques avec nos partenaires, en particulier britanniques et américains. La réponse (sera) forte et commune, au moment où la décision sera prise », a ajouté le président français. De son côté, MBS a affirmé que son pays pourrait s’impliquer dans d’éventuelles frappes concertées contre le régime syrien. « Si notre alliance avec nos partenaires l’exige, nous répondrons présent », a assuré MBS. En outre, M. Macron a clairement attribué l’attaque chimique au régime de Bachar el-Assad. « Nous avons obtenu des informations, qui d’ailleurs ont été pour une large partie d’entre elles en source ouverte et dont la presse ainsi que les organisations non gouvernementales se sont fait l’écho, qui ont montré qu’il y avait bien eu utilisation d’armes chimiques et que de manière évidente l’attribution pouvait en être faite au régime », a-t-il affirmé.
Sur le Yémen, où la guerre a fait près de 10 000 morts depuis 2015, M. Macron a indiqué qu’une conférence se tiendra à Paris d’ici à l’été, « pour faire la clarté sur ce qui est fait et qui permettra de prendre de nouvelles initiatives humanitaires ».
Le jeune président français et l’encore plus jeune futur monarque saoudien ont acté une divergence de poids sur le futur de l’accord nucléaire iranien de 2015, que la France veut préserver alors que l’Arabie saoudite est sur la même ligne que Donald Trump qui est prêt à le remettre en cause.
 « Nous avons une vue tactique différente sur l’accord, mais nous avons une vision stratégique cohérente » pour stabiliser la région, éviter que l’Iran ne devienne une puissance nucléaire et limiter l’influence de Téhéran de l’Iran jusqu’au Liban, a déclaré le président français. Répétant que l’accord de 2015 est « le seul qui permet d’avoir une forme de contrôle », il a ajouté qu’il fallait le compléter par un travail « de limitation de l’activité balistique de l’Iran et de l’expansionnisme régional » de Téhéran.
À l’issue de sa visite en France, qui s’est conclue avec la signature de 19 protocoles d’accord entre des entreprises françaises et saoudiennes pour une valeur totale de plus de 18 milliards de dollars, MBS s’envolera pour Madrid, où il passera une journée avant de regagner son pays.
Source : AFP


Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane (alias MBS) a terminé hier sa visite officielle en France par un dîner avec le président Emmanuel Macron, soucieux de bâtir une « alliance stratégique » avec cet acteur-clé de la politique régionale au Moyen-Orient. Avant ce dîner, les deux hommes ont tenu des discussions au palais de l’Élysée, suivies d’une...

commentaires (0)

Commentaires (0)