Le billet de Gaby NASR

Cacographie de printemps

Billet
Gaby NASR | OLJ
30/03/2018

Faudra sans doute se hâter d’inscrire les prochaines élections législatives libanaises au patrimoine mondial de l’humanité, car au vu de la dizaine de reconductions qui pendent déjà au nez du prochain Parlement, on ne risque pas d’en connaître d’autres avant bien longtemps.
D’autres inscriptions méritent entre-temps de figurer au Guinness Book des records, à savoir la brouettée des slogans niais proposés par les candidats à la prochaine loterie des 128 perles de la République. Et quels slogans! Une bouillie d’onomatopées primitives, pompées au hasard dans les agences de com et balancées sur grand écran ou des confettis d’affiches, dont la mocheté n’a d’égale que la laideur des supports qui parsèment les grandes artères.
Tout ça pour produire une espèce de cacographie hirsute dans laquelle le Liban est tartiné à toutes les sauces : « Le Liban à tous ses fils », « Tous pour le Liban », « Le Liban, et moi, et moi, et moi ». Y a même un empaffé au regard torve qui n’y est pas allé de main morte : « Vive le Liban », bêle-t-il sur un torchis miteux, avec un courage et un concept qui forcent l’admiration. Vaste programme !
Puis, il y a l’ambitieux dont les dents rayent l’asphalte. Il a assaisonné sa trombine du mot « liberté », se targuant d’être « l’homme de la décision ». Alors qu’il sait très bien qu’il n’aura qu’une alternative : décider de ne pas être libre ou avoir la liberté de ne pas décider. Y a aussi l’obsédé sexuel qui a découvert tout seul que « la femme est la partenaire de l’homme » et l’écolo déglingué qui nous donne des leçons d’hygiène en nous promettant « un Liban qui lave plus blanc ». Sans oublier bien entendu le communiste résiduel (oui, ça existe encore!) qui, crise oblige, s’engage à prendre l’argent des pauvres pour nourrir les miséreux. Bref, la bonne vieille soupe réchauffée des slogans creux de blaireaux qui ne peuvent pas se blairer.
Au final, la nature a donné aux candidats deux extrémités : l’une pour s’exprimer, l’autre pour s’asseoir. Pour l’heure, rien d’intéressant ne sort ni de l’une ni de l’autre.

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

"Les promesses électorales n'engagent que ceux qui les écoutent".

RE-MARK-ABLE

Décider de ne pas être libre ou avoir la liberté de ne pas décider.

Jean Jacques Rousseau, Montesquieu et d'autres de la langue de Molière en aurait été vert de jalousie .
Cette phrase va faire du chemin , lol.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE SONT INVERSEES DANS LEUR EMPLOI... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DEUX EXTREMITES, CHER GABY NASR, CHEZ NOS INCAPABLES ET IGNORANTS SONT INVERSÉS DANS LEUR EMPLOI !

C. F..........

““Sans oublier bien entendu le communiste résiduel (oui, ça existe encore!) qui, crise oblige, s’engage à prendre l’argent des pauvres pour nourrir les miséreux.““

Le voilà le “”commusiste résiduel””, démagogie oblige, jouait depuis longtemps le “”Robin des bois”” , détroussait des plus pauvres que lui, avec ce slogan : ““juste partage des richesses““. Prolétaires !!!

Nadine Naccache

Veni, vidi, vici! Amen!

Wlek Sanferlou

Super; en attendant les nouvelles des deux extrémités...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué