X

Idées

Syrie : le commencement de la fin ou la fin du commencement ?

Commentaire
24/03/2018

Après la victoire d’el-Alamein (le 3 novembre 1942 en Égypte), Winston Churchill a déclaré : « Ceci n’est pas la fin, ni même le commencement de la fin, mais c’est peut-être la fin du commencement. » La même remarque pourrait être faite au sujet du conflit syrien.
L’élimination de l’État islamique, qui avait l’avantage de réunir tout le monde contre lui, a ouvert une nouvelle phase de la guerre. « Tant que le bras de fer entre la Russie et les États-Unis, mais aussi entre l’Iran et l’Arabie saoudite, va continuer, il n’y aura pas de paix en Syrie. Chacun essaye d’asseoir son influence dans la région via le théâtre syrien. C’est une guerre mondiale, par procuration, qui se joue maintenant », résumait ainsi le géographe et spécialiste de la Syrie Fabrice Balanche, dans un entretien accordé le 14 mars à la radio Europe 1.

Poursuite de la lutte d’influence
Le régime et ses alliés sont déterminés à reconquérir les derniers bastions tenus par le jihadistes. Les Turcs ne peuvent tolérer la présence du Parti de l’union démocratique (PYD) kurde à leur frontière. L’éventualité d’une intervention israélienne qui multiplie les menaces contre la présence de l’Iran et du Hezbollah en Syrie n’est pas à écarter. Quant aux États-Unis, ils entendent maintenir une présence en Syrie, comme l’indique la création d’une force frontalière de 30 000 hommes majoritairement kurdes sous commandement américain. Son but est notamment d’empêcher une renaissance de l’État islamique, de s’assurer que la résolution de ce conflit ne permette pas à l’Iran de se rapprocher de son grand objectif, le contrôle de la région, et d’aboutir au départ de Bachar el-Assad, selon les propos tenus à la mi-janvier par le secrétaire d’État américain sortant Rex Tillerson, lors d’un discours à Stanford (Californie).
Miser sur le PYD pour faire pression contre le régime, l’Iran et Moscou semble toutefois être un pari bien hasardeux, et le contrôle par les Kurdes appuyés par les Américains de villes comme Raqqa et Manbij suscite le vif ressentiment de leurs habitants arabes. L’initiative de Washington montre que la lutte d’influence se poursuit entre les protagonistes du conflit et que le chapitre des affrontements militaires est loin d’être clos. Plusieurs offensives menées respectivement par le régime et la Turquie ont débuté. Le régime a tenté sans succès de reprendre pied dans la partie riche en pétrole de la province de Deir ez-Zor située à l’est de l’Euphrate, s’attirant une riposte dévastatrice des Américains. L’armée syrienne appuyée par ses alliés a lancé une offensive sur la province d’Idlib, la dernière encore aux mains des jihadistes. Puis, en février 2018, elle a entrepris de déloger les rebelles de la Ghouta orientale. Au prix de bombardements meurtriers faisant des centaines de victimes parmi les civils, le régime parviendra certainement à reprendre le contrôle de cette zone qui constituait une menace intolérable sur Damas.

Du côté d’Ankara, des combattants de l’Armée syrienne libre (ASL), soutenus par l’armée turque, ont délogé le PYD du « canton » kurde de Afrine avec l’assentiment tacite des Russes qui ont quitté la ville dès le début de l’offensive turque (opération « Branche d’olivier »). Après en avoir pris le contrôle, la Turquie menace de pousser son offensive jusqu’à la rive occidentale de l’Euphrate. Toute la région frontalière devrait servir de zone d’accueil des réfugiés syriens installés en Turquie qui seraient placés sous sa protection. Cette éventualité pourrait pousser les Kurdes à se tourner vers la Russie et l’Iran pour être protégés d’Ankara, dès lors que les Américains refusent de les soutenir. Enfin, en février, au cours d’un raid contre des objectifs iraniens, un chasseur israélien F16 a été abattu par la défense aérienne syrienne ; signe évident que la guerre est loin d’être terminée et que chacun de ses acteurs cherche à marquer son territoire.

Partition de facto
Même si une division de jure de la Syrie est désormais exclue, et si la souveraineté du pouvoir central s’exercera nominalement sur tout le pays, il sera probablement de facto partagé en trois zones d’influence russo-iranienne, américaine et turque. La majeure partie du territoire et de la population sera sous influence russo-iranienne. La Turquie veut étendre son protectorat à la région bordant sa frontière allant de la province d’Idlib à la rive ouest de l’Euphrate. Cela ne peut qu’aggraver les frictions entre Ankara et Washington, à moins qu’ils ne s’entendent sur le dos des Kurdes. La présence militaire américaine pourrait dans ce cas se cantonner à la région située à l’est de l’Euphrate. L’éventualité d’un deal américano-turc ruinerait les rêves d’autogouvernement kurdes, comme cela s’est passé en Irak. Dans le contexte du rapport de forces qui lui est favorable, grâce au soutien russe et iranien, le régime est appelé à conserver le pouvoir et n’est pas prêt à faire des concessions à même de déboucher sur une solution politique. Si une telle solution devait néanmoins finir par se concrétiser, des représentants de l’opposition « modérée » sont supposés faire partie du gouvernement installé à Damas, à condition bien sûr qu’ils renoncent à réclamer le départ du président Assad. Mais dans tous les cas de figure, il est illusoire de penser que cela puisse conduire à l’instauration de la démocratie. Tant que Bachar el-Assad se maintiendra au pouvoir, ce qui est certain dans un avenir prévisible, le régime syrien ne sera pas reconnu par l’Occident et les monarchies pétrolières. Et ils n’accepteront pas de financer la reconstruction de la Syrie sans un changement assurant une transition politique effective.

Une autre question est celle des conséquences démographiques de la guerre au vu de l’ampleur des déplacements de populations ayant parfois le caractère d’épurations ethnico-confessionnelles. Se pose aussi le problème du sort des sept millions de réfugiés à l’extérieur du pays. La majorité risque de ne pas regagner ses foyers de sitôt, non seulement du fait de leur destruction, mais de la réticence probable du régime à les accueillir. Il a en effet intérêt à une diminution du poids démographique de la population sunnite, majoritairement hostile à son pouvoir.

Président de la délégation au Liban de la Renaissance française, association pour la promotion de la francophonie.


Lire aussi

Le jeu de Trump sur l’échiquier moyen-oriental

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

HABIBI FRANCAIS

Le conflit syrien sera termine lorsque les 22 millions de syriens seront morts assassines sous les bombes....et la syrie peuplee par des iraniens et russes .

VIRAGE CONTRÔLÉ

Des que jai lu la reference a Churchill, j'ai arrêté de continuer à lire et je me suis dit cest pas sérieux ça.

Faudra arrêter ces référence à l'histoire, Hitler, CHAMBERLAIN Munich etc...... elles ne s'adaptent plus au contexte actuel de conflit. Même si plusieurs pays européens, arabe , turc, américain sont impliqués, ceux qui ont la vraie main sur ce conflit sont ceux qui se battent sur le terrain en direct avec force et rage .

Les occidentaux sont peut être 1000 toute nation confondues , israel 0 combattants , ils comptent sur les wahabites .

Les vrais combattants sont les quelques bactéries à dénomination multiple et les forces de la résistance.

Et laissons voir si les périphériques pourront intervenir , on se demande bien avec quoi ?
Leurs aviations ont démontré leur inefficacité à changer le cours des VICTOIRES de l'axe de la résistance, de Syrie au Yémen en Irak et au Liban.

Un conflit ouvert entre les 2 superpuissance serait le dernier, qui en a vraiment envie ?

Sarkis Serge Tateossian

Beaucoup vont y laisser des plumes.
Pour eux aussi ce sera la fin d'un commencement ou le commencement d'une fin. Pour quand la fin des persecutions des kurdes. Aucun peuple n'a le droit de prendre un autre peuple pour esclave.

Saliba Nouhad

Correction: je voulais demander l’article sur le Liban à Mr Tabet plutôt qu’à Mr Balanche, bien que l’opinion de ce dernier serait aussi la bienvenue étant spécialiste de la région!

Saliba Nouhad

“C’est une guerre mondiale par procuration qui se joue maintenant » en Syrie...
Entre Russes, américains, turcs, iraniens, saoudiens, israéliens... qui n’est peut-être qu’un nouveau début d’une guerre sans fin et aux conséquences régionales catastrophiques et impossible à prévoir!
Et notre pauvre Liban, Mr Balanche, pris en tenaille par tous ces protagonistes et de par sa situation géographique, sera-t-il épargné où deviendra-t-il la victime collatérale de ce conflit étant pris en otage par une milice iranienne, menacé par Israël, convoité par les Saoudiens, envahi de réfugiés Syriens dans un état faible presqu’inexistant?
Un article de votre part intitulé: « le Liban: le commencement de la fin, où la fin du commencement? », serait grandement apprécié!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.