Rechercher
Rechercher

Égypte

Les coptes « n’ont pas vraiment d’autres choix que Sissi »

À l’approche de l’élection présidentielle, la communauté chrétienne en Égypte reste divisée entre lassitude à cause de la situation économique et soutien au président sortant.

Photo d’archives montrant des ouvriers travaillant sur le toit d’une église au Caire, après une attaque terroriste en décembre 2016. Mohammad Abd el-Ghany/Reuters

Il est dimanche matin. Au Caire, le printemps est déjà là. Dans les rues, les premiers flamboyants bourgeonnent et les lunettes de soleil sont de nouveau de sortie. Il est 10 heures. Dans l’église de la Vierge Sainte-Marie, à Behoos, un quartier en périphérie du centre-ville du Caire, la messe a déjà commencé. Le chœur n’est pas tout à fait plein. Une flopée de voiles blancs brodés d’une croix rouge flottent au-dessus des bancs en bois : aujourd’hui, les femmes sont largement plus en nombre que les hommes. 

Georges, 23 ans, deux grands yeux bleus, un jean blanc impeccable et un sachet de snacks entre les mains est un peu en retard. Il vit à Maadi, mais vient à la messe de Behoos dès qu’il le peut : « Je retrouve ma fiancée ici », dit-il avec un sourire. La jeune femme, longs cheveux de jais et maquillage à outrance est sur son 31 pour retrouver son copain. Tous les deux aimeraient convoler en justes noces dès que possible, mais Georges se désole que ce soit si compliqué : « Je suis étudiant, mais, en parallèle, j’ai deux boulots, l’un comme vendeur, l’autre comme chauffeur Uber, pour aider ma famille. Malgré ça, je n’arrive pas à mettre de l’argent de côté. Si je veux me marier, je dois acheter un appartement et la dot pour ma fiancée, j’en suis encore loin, assure-t-il d’un air embêté. Je suis jeune, mes parents ne peuvent pas m’aider, alors la crise me met par terre encore plus durement que d’autres. » 

À l’approche de l’élection présidentielle, qui se tiendra du 26 au 28 mars, le jeune homme assure d’ailleurs ne voir aucun changement pointer à l’horizon. À ce titre, il n’a pas l’intention d’aller voter. « Pourquoi devrais-je aller voter au juste ? Il n’y a qu’une personne dans cette élection, c’est Sissi. Qu’est-ce que je gagne moi en tant que citoyen à aller voter ou pas ? Ça ne change rien, il sera réélu, lâche-t-il. Et l’autre candidat, Moussa quoi ? On ne sait même pas qui c’est, il n’est rien. D’autres candidats avaient du potentiel, mais ils se sont retirés ou ont été arrêtés. Je ne vois pas pour qui j’aurais voté honnêtement, mais j’aurais au moins aimé qu’on me laisse le choix, le vrai choix de décider. »


(Pour mémoire : Les coptes d'Egypte célèbrent Noël après une année sanglante)


« On ne peut plus s’exprimer » 

Ne pas avoir le choix : un sentiment qui domine ce scrutin sans surprise, notamment parmi les jeunes, déçus par une révolution retombée comme un soufflé. Abdel Fattah al-Sissi, président sortant et candidat à sa propre succession, s’est taillé un large boulevard pour assurer sa réélection. Depuis 4 ans, le musellement de la société civile et les arrestations systématiques des opposants potentiels ont laissé exsangue la possibilité de voir émerger une quelconque compétition. Il y a bien eu quelques courageux qui se sont déclarés candidats en début d’année, mais leurs rêves de présidence ont rapidement été douchés. Sami Anan, Ahmad Chafic, Khaled Ali… Tous ont été arrêtés, visés par des plaintes, ou menacés avec assez d’insistance pour qu’ils décident de se retirer de leur plein gré. Seul Moussa Mostafa Moussa, candidat fantoche, soutien de Sissi jusqu’à la veille de l’annonce de sa candidature, fait figure d’opposant.

Pour Mariam et Bishoy, parents trentenaires d’un petit garçon de 7 ans, le processus démocratique semble a priori effectif, mais la jeune mère de famille admet douter de la transparence de cette élection. « D’un côté, on a l’impression que c’est une élection normale et en même temps je doute. Je ne crois pas qu’elle soit totalement libre et, dans ce cas, elle ne signifie rien pour nous. On ira voter, mais je ne suis pas sûre que ce soit une vraie élection, qu’elle n’est pas déjà jouée d’avance. De toute façon, on n’a pas vraiment d’autres choix que Sissi », assure-t-elle. À ses côtés, son mari s’agace : « Ce n’est pas correct de venir nous poser ce genre de questions. Surtout ici, à l’église. Comme si vous ne saviez pas qu’on n’est pas en mesure de vous parler librement. On ne peut plus s’exprimer », s’énerve-t-il, inquiet de voir sa femme s’exprimer sur la question.


(Pour mémoire : En Égypte, les coptes en proie à un véritable sentiment d’abandon)


Si la sphère publique est sous une chape de plomb depuis quatre ans, les chrétiens sont, un peu plus que les autres, soumis au soutien, du moins de façade, du président actuel. L’Église copte a des liens très étroits avec le gouvernement en place et si les fidèles ne sont pas officiellement incités à voter pour le président sortant, le soutien infaillible du pape Tawadros II au chef de l’État laisse peu de liberté à la communauté pour exprimer de quelconques voix dissonantes. 

« L’Église copte soutient clairement la candidature du président Sissi, on peut le voir, dans les déclarations du pape », note Mina Thabet, avocat spécialiste des droits de l’homme et directeur du programme pour les groupes marginalisés à l’Egyptian Commission for Rights and Freedoms. « Je ne sais pas si l’Église va inciter directement les fidèles à voter pour le président, ce n’est pas à exclure, mais l’idée c’est plus de montrer de manière très claire son soutien. C’est suffisant pour influencer les fidèles », note-t-il. 

Pour Mariam, il est difficile de critiquer le chef de l’État face à un tel enthousiasme de la part du patriarcat copte et puis elle ne peut pas le nier, « Sissi a fait des gestes vis-à-vis de la communauté ».


(Lire aussi : Le drôle de jeu israélo-égyptien dans le Sinaï)


« Il faut du temps » 

Les efforts – en communication, du moins – faits par Abdel Fattah al-Sissi pour intégrer la communauté chrétienne, qui représente 8 % de la population dans un pays à large majorité musulmane, sont indéniables. Il est notamment le premier président égyptien à assister à la messe de la Noël copte. Pour beaucoup, c’est un sujet de satisfaction évident. 

Sara et Nora, toutes deux la soixantaine tapante, sont « à 100 % avec Sissi ». « On se sent beaucoup plus en sécurité, il a rendu les choses tellement meilleures pour nous », assure l’une d’elles. « Il est en train de faire construire une cathédrale dans la nouvelle capitale, il combat le terrorisme, il a même procédé à des bombardements en Libye lors de l’exécution de 21 de nos martyrs et a fait construire une église dans leur village natal. Il fait plein de choses bien pour nous. Avec Sissi, nous sommes dans l’âge d’or de l’Égypte », insiste cette femme. 

Malgré une série d’attentats sanglants qui ont touché la communauté chrétienne entre 2016 et 2017, l’homme fort du pays semble peu souffrir d’une baisse de sa popularité chez les convaincus de la première heure, obsédés par un possible retour au pouvoir des Frères musulmans, renversés lors d’un coup d’État en juin 2013. 

« Bien sûr, d’autres choses sont moins positives, la situation économique est toujours très mauvaise, mais il faut lui laisser du temps, il a récupéré ce pays dans un état tellement lamentable », ajoute Sara. 

Un discours qui revient très souvent chez les Égyptiens de toutes confessions : « Il faut du temps. » Rafic Greiche, porte-parole de l’Église catholique, ne laisse pas entrer la politique dans sa paroisse, mais accepte volontiers de discuter avec ses fidèles de l’élection à venir après l’homélie. « Je ne peux pas dire que tout le monde va se présenter aux bureaux de vote et mettre un bulletin dans l’urne pour Sissi, mais la plupart. Même s’il y a des points négatifs, tout n’est pas de la responsabilité du président actuel. On a accumulé les problèmes depuis 50, 60, 70 ans, donc il faut être juste. En général, ce président est vu comme le sauveur des chrétiens, car il a fait beaucoup de démarches pour eux : la loi de construction des églises, l’ouverture du marché du travail aux chrétiens, les nouveaux lieux de culte. En quatre ans, il a donné cinq ou six permis de construction à l’Église catholique. Donc on ne peut pas dire que c’est un régime contre les chrétiens. Certes, ce n’est pas suffisant, mais rien que pour ça, beaucoup ne sont pas contre sa réélection. » 

« Pour les chrétiens, il est très important de pouvoir pratiquer leur culte, d’avoir des églises, précise Mina Thabet. Tout ce qui est lié à leur liberté de croyance est primordial dans leur choix de soutenir un candidat. »



Pour mémoire
L’année se termine dans l’horreur pour les chrétiens d’Égypte

« Tu sais, moi, ce que j'aimerais ? Que le ministère de l'Intérieur fournisse des armes aux coptes »

À travers les coptes, l’EI cherche à diviser l’Égypte


Il est dimanche matin. Au Caire, le printemps est déjà là. Dans les rues, les premiers flamboyants bourgeonnent et les lunettes de soleil sont de nouveau de sortie. Il est 10 heures. Dans l’église de la Vierge Sainte-Marie, à Behoos, un quartier en périphérie du centre-ville du Caire, la messe a déjà commencé. Le chœur n’est pas tout à fait plein. Une flopée de voiles blancs...

commentaires (2)

POUR LE PRESENT. POUR LE FUTUR ILS DEVRAIENT DES MAINTENANT FAIRE LEUR CHOIX ET SE PREPARER...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 13, le 20 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • POUR LE PRESENT. POUR LE FUTUR ILS DEVRAIENT DES MAINTENANT FAIRE LEUR CHOIX ET SE PREPARER...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 13, le 20 mars 2018

  • Le choix est maigre ....peuvent-ils faire autrement ? Ne leur demandez pas d'aller soutenir les islamistes sans foi, ni loi noyés dans leur obscurantisme

    Sarkis Serge Tateossian

    02 h 53, le 20 mars 2018