X

Liban

Khaldé et l’héroïsme des Baltagi

La carte du tendre
17/03/2018

Trouvée au fond d’un sac jeté aux ordures, cette photo à la Robert Capa constitue pourtant le témoignage poignant d’un événement historique qui a marqué les esprits au milieu du siècle dernier.
Sur une mer déchaînée, un navire est en perdition. Il s’est échoué tout près de la côte et prend de la gîte à tribord dans une position précaire, comme un funambule ivre. Le vent tempétueux est si violent que l’écume trouble d’embruns la houle démontée, ajoutant une brume hitchcockienne à la scène ; l’angoisse est à son acmé. À regarder de plus près, la situation est désespérée : pilonné par des vagues de cinq mètres, le paquebot s’est fendu en deux parties égales dont le divorce s’annonce dramatique, sous un ciel aux cinquante nuances de gris.

Ajoutant un geste théâtral à la muette tragédie qui se joue sur ce petit cliché (5,5x9cm), un spectateur sur la plage tente sans conviction de communiquer avec quelqu’un à bord : il y a 310 passagers et membres d’équipage, des femmes, des enfants assoiffés et grelottants, on entend presque leurs cris et gémissements qui se confondent avec ceux du vent et de l’acier en souffrance, le bateau risque de chavirer à tout moment, et pourtant… Juste en face, des badauds observent la scène comme aux jeux du cirque, assis à même le sable ; la troupe est présente, l’ambiance est bon enfant, on aperçoit une carabine en bandoulière au premier plan à gauche et un képi à droite, mains derrière le dos, à croire que la maréchaussée attend l’arrivée d’éventuels survivants pour exiger leurs passeports ; le règlement c’est le règlement.
Eût-elle été un tableau, cette photo qui rappelle les huiles marines du Grand Siècle aurait pompeusement été légendée, sur une petite plaque de cuivre : « Naufrage du Champollion. »

Le paquebot, lancé en 1924 en présence de l’arrière-petit-neveu de Jean-François Champollion lui-même (celui qui déchiffra les hiéroglyphes pour la première fois), appartenait aux Messageries maritimes et assurait la liaison Marseille-Alexandrie-Beyrouth. Particulièrement apprécié pour ses décors somptueux faisant référence à l’Égypte ancienne et à Toutankhamon dont on venait de découvrir le tombeau, il possédait une curiosité technologique : un des premiers lave-vaisselle du monde. D’un luxe affirmé, il offrait un décor digne du Titanic : le teck et l’acajou dans les cabines de première, les mosaïques dans les salles de bains et de magnifiques fers forgés au niveau des ascenseurs.

Retour à l’aube funeste du 22 décembre 1952. À 3h30 du matin, le nouveau phare de l’aéroport de Khaldé, qui vient d’être inauguré, induit l’officier de quart en erreur : il a presque la même fréquence que le phare de Ras-Beyrouth. Ayant mis le cap sur la plage en croyant entrer au port, le Champollion est pris dans les brisants et s’échoue à deux cents mètres du rivage ; le temps exécrable n’arrange rien, avec ces lames, les embarcations de secours sont des dangers flottants. 

À plusieurs reprises, on tend un câble d’acier entre le navire et la plage dans l’espoir de faire sortir les naufragés un à un mais il se rompt. Sous les coups de bélier des vagues qui affouillent sous la coque, le navire finit par se briser en deux. Pas moyen de leur venir en aide : vingt-quatre heures plus tard, assoiffés et démoralisés, mais trompés par la proximité apparente du rivage, plusieurs naufragés se jettent à l’eau. Dix-sept d’entre eux se noient, asphyxiés par la nappe de mazout qui s’est écoulée du bateau ou écrasés contre les récifs ; d’autres sont secourus in extremis par de jeunes téméraires après s’être accrochés aux brisants avec l’énergie du désespoir. Finalement, trois remorqueurs du port, les frères Radwan, Mahmoud et Salah Baltagi, réussissent à coup de manœuvres improbables à accoster le navire avec leur bateau-pilote et à sauver passagers et membres d’équipage au cours de sept voyages héroïques, un exploit qui leur vaudra d’être cités par la France dans l’ordre du Mérite maritime.

Comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, le naufrage est intervenu au tout début du glorieux mandat du président Camille Chamoun (1952-58), qui a supervisé lui-même les secours à partir de la plage, entouré de membres de son gouvernement. En ultime manifestation de la malédiction de Toutankhamon, le défunt Champollion sera revendu quelques semaines plus tard à une société libanaise qui le découpera pour en recycler les matériaux à la tonne.


Dans la même rubrique

Sioufi, là-haut sur la colline

Entre le «poste du Bourj » et « Marica », un flagrant délit d’affection publique

Pharmacie Gemayel, place des Martyrs, Beyrouth : une histoire de potions, de politique et de capote...

Dr Jekyll et Mr. Hyde à Manara

Un pont entre deux rives

Un taxi pour Jérusalem

Cruel rendez-vous avec l’histoire à Bourj Brajneh

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bustros Mitri

Ou est passé le sable depuis...??

KHEIREDDINE EL-AHDAB

Les frères Baltagi connaissaient par coeur les fonds marins beyrouthins et servaient de guides aux bateaux qui entraient au port.

Honneur et Patrie

Le jour du naufrage du "Champollion" le 22/12/1952, c'est le phare de l'aéroport de Bir-Hassan à Ouzaï qui avait induit l'officier du quart en erreur et non le phare de l'aéroport de Khaldé inauguré le 23/4/1954. J'était moi-même parmi les badauds sur le monticule face au malheureux paquebot, j'ai vu, impuissant, les naufragés aveuglés par le mazout cogner sur les rochers juste devant nous. Un temps exécrable, pluie, vents, froid... devant le spectacle héroïque du canot des frères Baltagi...

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants