L’édito de Ziyad MAKHOUL

Tous les autres s’appellent Ziad

L’édito
05/03/2018

Bien sûr, il y a la grandiloquence et le lyrisme un peu démesuré de Nouhad Machnouk, le ministre de l’Intérieur, grand amateur d’arts en tout genre, et qui se présente aux prochaines législatives à Beyrouth II, fief des Itani. Bien sûr, il y a la démagogie et le je-m’en-foutisme très cavalier de Salim Jreissati, le ministre de la Justice, grand habitué des méthodes des gauleiters de Damas en matière de police et de justice durant les années de plomb de l’occupation syrienne. Bien sûr, il y a ces rumeurs, infos ou intox, comme autant de zones d’ombre autour de Ziad Itani lui-même, ses aveux, puis sa rétractation, ses sympathies politiques, etc. Bien sûr…

Mais tout cela est bien secondaire. Parce qu’il y a cette spirale folle dans laquelle le Liban n’en finit pas de se perdre, de perdre son âme, d’altérer irrémédiablement son ADN et de dynamiter ses valeurs. À l’heure où beaucoup de pays font montre d’une belle bravoure pour émerger, ou continuer d’émerger, ce Liban, lui, fait tout pour accélérer sa quart-mondisation. Eh non : le fait que nous soyons très forts dans la régression et la médiocrité ne constitue en rien la moindre consolation, aussi maigre fût-elle.

Naturellement, les bavures policières et judiciaires existent partout, même dans les pays les plus démocratiques, même en Norvège, premier du classement l’an dernier. Le problème au Liban, 104e sur 167 l’an dernier en termes de démocratie, c’est que nous décuplons d’efforts pour aller nous installer dans les bas-fonds de la liste et dans la durée. Le problème au Liban, c’est que nous plantons infatigablement, année après année, tous les microbes possibles et imaginables pour que ce terreau démocratique soit le plus vicié, le plus infécond.

Au-delà des excuses demandées par M. Machnouk et refusées par M. Jreissati, au-delà de la polémique, au-delà des appels à la dépolitisation de Michel Aoun et de Saad Hariri, le cas Ziad Itani a ceci de terrifiant qu’il donne la preuve non seulement de cette resyrianisation galopante des esprits que l’on évoquait dans ces mêmes colonnes pas plus tard que la semaine dernière, mais aussi, et surtout, qu’il est de moins en moins logique, de moins en moins possible, de faire confiance aux appareils sécuritaire, policier et judiciaire libanais. À l’heure où les bureaux de lutte contre la cybercriminalité sont censés protéger les citoyens libanais des hackers, et non pas nourrir ces pirates en leur sein, ni les convoquer à chaque fois qu’ils postent une quelconque critique contre un quelconque zaïm politique, chaque Libanais voit désormais centupler ses chances de vivre ce que Ziad Itani a vécu : un enfer.

Et ce ne sont pas des excuses qui changeraient quoi que ce soit. En tout cas, pas celles des Libanais. Walid Joumblatt a résumé le sentiment général : « Le peuple libanais n’est pas concerné par les excuses présentées à Ziad Itani. C’est à vous, les responsables au pouvoir, de présenter des excuses pour ce fiasco sécuritaire et juridique, et démissionner », a-t-il twitté. Plus encore que ces démissions, qui auraient été instantanées dans n’importe quel pays civilisé, mais qui relèvent dans cette bananeraie libanaise de la pure science-fiction, et indépendamment de l’incompétence de MM. Machnouk et Jreissati à leurs postes respectifs, c’est un ménage drastique et global qu’il faut lancer à l’Intérieur et à la Justice. C’est une refonte et une restructuration en profondeur de ces deux piliers de l’État et de la démocratie qu’il faut lancer. Cela tombe bien : le printemps approche.

Sauf que cela est atrocement impossible, avec ou sans élections. Pour cela, il faut des hommes de (pré)vision, des hommes d’audace. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Michel Aoun, Nabih Berry et Saad Hariri, qui ont, à en croire leurs partisans respectifs, beaucoup de qualités, en manquent cruellement. De (pré)vision et d’audace.

P.-S. : à l’heure de mettre sous presse, le suspense était très grand, et jouissif : Ziad Doueiri et toute l’équipe de L’Insulte arriveront-ils à déjouer les pronostics, à battre le hongrois On Body And Soul, le suédois The Square et, surtout, le russe Loveless (César 2018), et à remporter l’oscar du meilleur film étranger ? Ziad Doueiri, victime lui aussi de ces appareils policier, sécuritaire et judiciaire malades jusqu’à l’os, et L’Insulte, un film qui construit des ponts quand tout le monde, ou presque, ne mise que sur les murs, qui entreraient dans l’histoire : quel joli pied de nez à la resyrianisation, télécommandée de Téhéran, du Liban ; quel joli doigt d’honneur à ces collabos libanais de plus en plus nombreux, de plus en plus vantards…

P.-S. 2 : en parlant de films, Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige, Nadine Labaki, Philippe Aractingi, Ziad Doueiri, Mir-Jean Bou Chaaya ou n’importe quel autre de nos grands cinéastes devraient s’inspirer de l’affaire Ziad Itani en général, et de Suzanne el-Hajj en particulier, pour leur prochain opus. Le fait divers est d’une banalité absolue : la colonelle, ex-directrice du bureau de lutte contre les crimes informatiques au sein des FSI, se serait vengée d’un Ziad Itani qui a diffusé une capture d’écran d’un retweet, par Mme el-Hajj, d’un message ironique sur l’Arabie saoudite – retweet qui lui avait coûté son poste… Mais ce fait divers pourrait accoucher d’une tragi-comédie exceptionnelle.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saleh Issal

Très juste, Ziad MAKHOUL.

stambouli robert

L'Insulte n'a pas gagne l'Oscar du meilleur film etranger ( faut dire que la politique anti Russe a joue probablement in petit role dans cela ) mais etre prime et etre considere in des 5 meilleurs films etrange de l'annee est deja une victoire eclatante et doit rendre fier tout Libanais
Dommage que notre pays s'attaque a nos grands pour des raisons futils et stupides comme pour Amine Maalouf qui repond sur I24 a des questions qui n'ont rien a voir avec la politique ou Ziad parcequ'il a filme en Israel un film ou quand une Miss Liban prend une photo avec Miss Israel ou recement pour Elie Saab qui habille une super vedette Israelienne aux Etats Unis
Arretez ce denigrement pour une raison qui ne concerne pas le Liban en realite et qui a assez soufert de ce problem depuis 1947

gaby sioufi

le pire est que ces gens la n'ont aucune hesitation , honte ou peur de nous annoncer la couleur - le retour - de l'etat policier .....
ET
que leurs partisans en sont toujours inconscients

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST CA NOTRE ATOLL LIBAN ! ET CA NE S,ARRETE PAS A DEUX MINISTERES SEULEMENT MAIS A TOUTE LA SPHERE DES GOUVERNANTS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué