X

Moyen Orient et Monde

De l’intérêt du Sud syrien pour Israël

Conflit

L’État hébreu a, à plusieurs reprises, appelé Washington et Moscou à faire pression sur Téhéran, de plus en plus présent à sa frontière, sans résultat.

16/02/2018

Israël semble augmenter sa présence dans le ciel syrien, comme l’atteste l’envoi, mercredi, d’avions de surveillance survolant la région de Quneitra dans le sud de la Syrie. « Les défenses antiaériennes syriennes ont repoussé des avions de surveillance israéliens au-dessus (de cette région), les obligeant à quitter l’espace aérien » syrien, a rapporté l’agence officielle syrienne Sana. Ces développements surviennent quelques jours à peine après une série d’attaques aériennes israéliennes en Syrie durant lesquelles Israël a perdu un avion.  

L’intérêt israélien pour le Sud syrien n’est pas nouveau mais semble plus que jamais pertinent. Depuis l’intervention russe aux côtés de Bachar el-Assad le 31 septembre 2015, le gouvernement syrien, aidé de ses alliés iraniens, libanais et autres, a repris la majorité des territoires perdus depuis 2011 aux mains de groupes armés de tendances diverses. Comme en témoigne la riposte de Damas aux frappes israéliennes de la semaine dernière, lancées en réponse à l’entrée d’un drone iranien dans l’espace aérien israélien, Damas et Téhéran s’aguerrissent. C’était la première fois depuis 2012, et après plus d’une centaine de raids israéliens contre des dépôts et des convois d’armes destinées au Hezbollah, que le régime syrien réagissait avec une telle agressivité. Un F-16 israélien a été abattu, une première depuis 1982.

Face à l’implantation de plus en plus évidente de l’Iran et du Hezbollah en Syrie, qui s’y sont investis militairement et financièrement, l’État hébreu a à plusieurs reprises appelé ses partenaires américain et russe à faire pression sur la République islamique, sans résultat. Le refus américain de s’impliquer davantage dans le conflit ainsi que les intérêts de Moscou, dont le rôle d’équilibriste entre Israël et l’Iran devient de plus en plus délicat, ont poussé l’État hébreu à prendre les choses en main, faute de pouvoir compter réellement sur ces puissances. D’où les raids de plus en plus récurrents contre des cibles syriennes, mais aussi iraniennes, dans diverses régions du pays.

La présence de groupes rebelles dans le Sud syrien, mais aussi de troupes iraniennes et de plusieurs milliers de combattants du Hezbollah, inquiète grandement Israël. Au point d’apporter une aide humanitaire et militaire conséquente aux villages et à certains groupes rebelles, d’après plusieurs témoignages. Quelque 5 000 Syriens blessés auraient été hospitalisés dans des hôpitaux israéliens, et plusieurs milliers d’autres, présents le long de la frontière, auraient reçu de la nourriture et des produits de première nécessité, mais aussi des armes et de l’argent, révèle la chercheuse Elizabeth Tsurkov, dans un article intitulé « L’implication croissante d’Israël auprès des rebelles syriens ». La dépendance de certains groupes à cette manne inespérée serait telle, d’après certaines sources locales, qu’une occupation israélienne du Sud syrien, comme au Liban, est à craindre.

Le régime de Bachar el-Assad a plus d’une fois affirmé vouloir reprendre l’intégralité du territoire syrien. Cela inclut le sud du pays, où plusieurs factions rebelles armées sont présentes. Pour les en déloger, Damas aura certainement l’appui de ses alliés, dont l’Iran et le Hezbollah. Israël acceptera-t-il de les avoir si proches ? Rien n’est moins sûr. Il a plusieurs fois évoqué devant ses partenaires américains et russes vouloir établir une zone sûre de plusieurs dizaines de kilomètres au moins, et incluant Quneitra et Deraa. Qu’une telle initiative aboutisse ou pas, Israël poursuivra probablement ses frappes en Syrie. Elles restent limitées, pour l’instant, mais une erreur suffit, et une escalade est probable. Si les deux pilotes qui se sont éjectés de leur F-16 touché par la DCA syrienne la semaine dernière avaient été capturés en territoire syrien, les conséquences auraient été incalculables, à l’échelle régionale. Reste à savoir si Moscou ou un autre acteur aura la possibilité de peser dans la balance, de manière à empêcher un embrasement général.



Lire aussi

Israël ne permettra pas un "ancrage" militaire de l'Iran en Syrie, prévient Netanyahu

Syrie : qui réussira à imposer ses lignes rouges ?

Quand la destruction d’un F-16 israélien est célébrée comme une victoire arabe

Israël / Iran : une stratégie de « grignotage » dangereuse

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

bachar doit etre encourage par TOUT le monde !
deloger les " rebelles" takfiristes du golan syrien !
faire la guerre a israel avec bien l'aide de wali fakih !
ramener le golan -tout le golan-au giron de la legalite arabo syrienne !
QUEL BONHEUR !
pour ensuite preparer l'annihilation totale de l'etat hebreux toujours par les armees perso-arabo-syriennes .
mais aussi les milliers de "combattants" pour la gloire de jerusalem et promis par HN

voila grosso modo le programme des decennies a venir.
UNE SEULE INCONNUE : le Liban se situerait ou la dedans ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU PIPEAU !
LA DCA... CLASSEE PIECE DE MUSEE DANS LES TEMPS QUI COURENT... A OBLIGE LES AVIONS DE SURVEILLANCE ISRAELIENNE A REBROUSSER CHEMIN... APRES AVOIR PRIS LES IMAGES ET REMPLI LEUR MISSION...

George Khoury

et la syrie dans tout cela? et son peuple? tout a disparu...tout cela pour garder neron au pouvoir...
la rotation du pouvoir, du plus haut au plus bas est une absolue necessite pour le bien d'un peuple.

israel est un etat base sur une religion, un peu comme l'iran ou l'arabie. eh bien chez eux ils n'ont pas eu la folie de mettre un religieux au pouvoir et les presidents/premier ministres sont elu librement sans liste pre-etablie...comparez quel pays sert mieux les interets de son peuple....

AIGLEPERçANT

Empêcher un embrasement régional voir mondial c'est avant tout conseiller à cet état voyou et au dessus des lois de se retirer de tout endroit où il n'a pas le droit de s'y trouver.

Point à la ligne.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.